Publicité

Selecta: "Un jour de télétravail, c'est une perte de 20% des revenus de nos distributeurs automatiques"

Le groupe suisse Selecta, leader européen des distributeurs automatiques de boissons, de confiseries et de café, craint de ne jamais retrouver le niveau d’activité d’avant-crise. ©Shutterstock

À cause de la pandémie, Selecta, leader du marché belge des distributeurs automatiques de confiseries et de boissons a vu son chiffre d’affaires s’effondrer.

Même si la recommandation de recourir au télétravail prend fin le 1er septembre en Flandre et en Wallonie, le groupe suisse Selecta, leader européen des distributeurs automatiques de boissons, de confiseries et de café, craint de ne jamais retrouver le niveau d’activité d’avant-crise.

Derrière la question de savoir si vous irez chercher tout à l’heure (ou non) un KitKat ou un Bounty à l’automate de l'entreprise, se cache en réalité un business de plusieurs milliards d’euros.

1
milliard €
Présent dans seize pays, Selecta enregistrait l'an dernier un chiffre d'affaires de plus de 1 milliard d'euros.

La plupart des appareils qui vous permettent de calmer une petite faim sont aux mains de la société suisse Selecta. Le leader européen des distributeurs automatiques de boissons, de confiseries et de café sert chaque jour près de 10 millions de clients dans 16 pays. L’an dernier, Selecta a enregistré un chiffre d’affaires de plus de 1 milliard d’euros.

Le groupe, dont le siège belge est situé à Boom, exploite dans notre pays plus de 25.000 automates installés chez près de 9.000 clients et employait l’an dernier 390 personnes.

Suite aux coûts liés à l’acquisition en 2017 du groupe Pelican Rouge (spécialisé en café) et des réductions de valeur sur la vente de certains actifs, Selecta Belgium a affiché plusieurs années de pertes consécutives. Le groupe ambitionnait de revenir dans le vert à partir de 2020, mais la crise du coronavirus a douché cet espoir.

Selecta n’exploite pas uniquement des appareils installés dans des bureaux, mais aussi dans des stations-service, des hôpitaux et autres espaces publics. Grâce aux machines à café Pelican Rouge, le groupe est également actif dans le secteur de l’horeca. Cette branche représente aujourd’hui de 14 à 15% des activités de Selecta.

5
millions €
D'octobre 2019 à fin 2020, Selecta a enregistré des pertes de plus de 5 millions d'euros et a dû licencier plusieurs collaborateurs, évitant néanmoins une restructuration de grande ampleur.

À cause de la pandémie, tous ces automates ont été beaucoup moins utilisés. Le télétravail est devenu la norme, et les cafés et restaurants sont restés fermés pendant plusieurs mois. Après la première période de confinement, le chiffre d’affaires a reculé de près de 50%, peut-on lire dans le rapport de Selecta Belgium sur son exercice comptable prolongé d’octobre 2019 à fin 2020. Pendant cette période, l’entreprise a affiché des pertes de plus de 5 millions d’euros et a dû licencier plusieurs collaborateurs, évitant néanmoins une restructuration de grande ampleur.

Calcul simple

"Nos chiffres sont en très net recul", confirme Dick Deroo, responsable du marketing et de la communication chez Selecta Belgium. "En réalité, le calcul est simple: chaque jour de télétravail représente une réduction de 20% du chiffre d’affaires de nos distributeurs automatiques. S’ajoute le fait que nos activités dans l’horeca se sont également retrouvées sous pression. Même si le marché redémarre."

La semaine dernière, le Comité de concertation a décidé que la recommandation de recourir au télétravail pouvait être abandonnée, du moins en Flandre et en Wallonie. Cette décision peut-elle booster les chiffres de Selecta? Deroo préfère rester prudent: "La plupart des grandes banques et compagnies d’assurances en Belgique sont clientes de Selecta et ont déjà annoncé qu’elles introduiraient des formes de télétravail et de travail flexible de manière structurelle, y compris après la crise du coronavirus. Vu que d’autres entreprises comptent également répartir le temps de travail entre télétravail et présence au bureau, notre marché ne devrait plus retrouver les niveaux d’activité d’avant-crise."

Un point positif est que l’exercice de réflexion actuellement en cours au sein des entreprises à propos de l’organisation de leurs bureaux pourrait déboucher sur de nouvelles activités. Selecta a développé avec des sociétés comme Starbucks et Albert Heijn des solutions permettant aux employés de retirer de la nourriture et des boissons, et même des repas chauds, sur leur lieu de travail. "L’intérêt pour ces nouveaux concepts de distributeurs automatiques est très élevé", explique Deroo.

À cause du coronavirus, les utilisateurs paient de plus en plus par voie électronique, une tendance également observée par Selecta. Lundi, la maison mère suisse a annoncé avoir signé un accord de collaboration avec la société de paiements américaine Fiserv, afin de permettre aux utilisateurs de payer avec une carte ou à l’aide de leur smartphone. "Cela fait de nombreuses années que nous misons sur les paiements électroniques et nous avons remarqué que nos clients étaient de plus en plus enclins à utiliser ces modes de paiement", constate Deroo.

"Nous sommes nous-mêmes demandeurs, car les risques en matière de sécurité et les coûts de traitement sont plus élevés pour le cash."

Le résumé

  • Selecta Belgium est le leader du marché des distributeurs automatiques de confiseries, de boissons et de café dans notre pays.
  • La société y exploite 25.000 automates installés chez 8.775 clients.
  • L’entreprise fait partie de Selecta, une multinationale suisse dont l’actionnaire principal est le géant du Private Equity, KKR.
  • Selecta a beaucoup souffert de la crise du coronavirus: de nombreux bureaux sont restés fermés et le chiffre d’affaires s’est effondré.
  • Avec l’assouplissement des règles sur le télétravail, Selecta espère une reprise des activités, mais ne s’attend pas à ce que le chiffre d’affaires retrouve son niveau d’avant-crise.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés