Publicité
Publicité

Une formation innovante pour accéder aux métiers techniques

A ce jour, une dizaine d'entreprises, dont Beyers Koffie (photo) à Puurs, ont déjà souscrit au programme de formation d'ASAP. ©katrijn van giel

La société d'intérim ASAP met en place des parcours de formation ciblés. Objectif: pallier la pénurie de profils techniques qui touche de nombreuses entreprises.

C'est presque devenu un leitmotiv: nos rencontres avec des chefs d'entreprise sont très souvent émaillées d'un commentaire, d'une plainte ou d'une inquiétude sur la difficulté à recruter certains profils sur le marché du travail. C'est particulièrement le cas des fonctions techniques: la moitié des 4.000 postes vacants dans le pays requièrent de telles qualifications.

Pour répondre à cette pénurie structurelle, la société belge ASAP, spécialisée dans les ressources humaines et l'intérim, a lancé depuis quelques mois un programme de formation ciblé, organisé en collaboration avec les sociétés clientes. Pour ce faire, elle s'est associée à TEO, une start-up flamande qui a mis au point un système de formation unique permettant d'apprendre des compétences techniques en peu de temps.

"On change l'esprit du processus de recrutement, en misant plus sur l'envie de se former;"
Ann Boterman
Responsable de l'initiative TEO chez ASAP

Concrètement, TEO (acronyme de "Teaching each other") a développé une plateforme numérique et des "valises d'apprentissage" destinées aux entreprises opérant dans un environnement technique complexe. Ces modules visent pour l'essentiel à former des techniciens de maintenance, des opérateurs techniques ou des électro-mécaniciens. Une dizaine de métiers en tout.

Emploi et apprentissage

ASAP a été séduite par le caractère innovant de ce module de formation. "Il se base sur un principe: proposer une offre d'emploi assortie d'un apprentissage. L'idée, c'est de ne pas cibler que des profils techniques. Nous voulons convaincre les employeurs qu'ils peuvent aussi engager des gens qui ont la capacité d'apprendre", précise Ann Boterman, responsable de l'initiative TEO chez ASAP.

10
entreprises
Á ce jour, une dizaine d'entreprises ont souscrit au programme de formation TEO lancé par ASAP.

Pour elle, cette approche "constitue la solution pour de très nombreux métiers en pénurie". L'atout majeur du module TEO, c'est une approche nouvelle face à la problématique de la pénurie de profils techniques. "On change l'esprit du processus de recrutement, en s'appuyant moins sur le diplôme et l'expérience et en misant plus sur l'envie de se former pour une nouvelle fonction", souligne Ann Boterman.

Pas de précipitation de la part des entreprises

Lancée en 2020, en pleine crise du covid, cette initiative suscite en tout cas de l'intérêt du côté des candidats: à ce jour, ils sont environ 250 à avoir entamé le parcours. "Pour beaucoup, c'est une occasion unique d'accéder durablement au marché de l'emploi. Pour d'autres, dont les diplômés de l'enseignement supérieur, cela représente une opportunité de prendre un nouveau tournant dans leur vie professionnelle", dit Ann Boterman.

Les entreprises mordent elles aussi à l'hameçon, mais sans se précipiter outre mesure. Seules une dizaine d'entreprises ont déjà souscrit au programme. Les premiers candidats y entament leur parcours de formation. C'est le cas notamment chez Beyers Koffie à Puurs et Flanders Food Productions à Lommel.

"Nous sommes en contact avec des entreprises wallonnes, et si rien n'est encore signé, cela ne devrait pas tarder."
Ann Boterman
Responsable du programme TEO chez ASAP

Surtout l'alimentaire

La demande, à ce stade, vient d'ailleurs surtout d'entreprises du secteur alimentaire (où la pénurie de main-d'oeuvre est parfois criante). On note aussi des marques d'intérêt venant du secteur énergétique.

Seules des sociétés flamandes se sont jetées à l'eau jusqu'ici. "Mais nous sommes en contact avec des entreprises wallonnes, dans l'alimentaire notamment, et si rien n'est encore signé, cela ne devrait pas tarder", dit la responsable d'ASAP.

Concrètement, les formations TEO se décomposent en trois phases et durent deux mois au total. Le candidat reçoit tout d'abord une formation théorique, dispensée en ligne, avant de suivre des cours pratiques au moyen de valises de formation. Une fois qu'un candidat a réussi les deux premières phases, il effectue un stage rémunéré chez l'employeur. Engagé via un contrat intérimaire d'ASAP.be, il reçoit la possibilité de décrocher un contrat à duré indéterminée. Dans le cas de Beyers, le CDI devrait être signé après 65 jours.

ASAP.be applique du reste aussi le principe des formations TEO à un autre groupe cible (...): les opérateurs de call center.

Call Academy

ASAP.be est convaincue du potentiel des formations TEO. La société d'intérim basée à Genk, qui emploie 350 personnes et s'appuie sur un réseau de 65 agences dans le pays, a subi un gros creux en 2020 après un cru 2019 bouclé sur un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros. Ce nouveau module devrait contribuer à son redémarrage.

ASAP.be applique du reste aussi le principe des formations TEO à un autre groupe cible pour lequel la demande est particulièrement élevée: les opérateurs de call center. Une "Call Academy" a été créée, qui propose une formation d'environ un mois, basée sur les aspects commerciaux: techniques de vente, gestion de clients et des médias sociaux. L'objectif est ici d'aider 250 personnes à trouver un emploi dans les prochains mois, au sein d'un secteur où la rotation du personnel est énorme.

Le résumé

  • Pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre technique, la société d’intérim ASAP a lancé un programme de formation ciblé encollaboration avec la start-up flamande TEO.
  • Celle-ci a développé une plateforme numérique et des "valises d'apprentissage" destinées aux entreprises opérant dans un environnement technique complexe.
  • A ce jour, environ 250 candidats ont entamé le parcours de formation.
  • Une dizaine d'entreprises ont déjà souscrit à ce programme.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés