Publicité

2,9 millions d'euros pour sauver et relancer le Spiroudôme de Charleroi

La structure qui accueille les joueurs du Spirou a pu compter sur un apport important de Jean Gabriel. ©Photo News

Avec des activités dans le sport, l'événementiel et l'horeca, le Dôme de Charleroi a subi de plein fouet la crise sanitaire. La structure vient de boucler une recapitalisation essentielle.

Le Dôme respire. Son directeur financier aussi. Après une année particulièrement difficile, la structure qui héberge notamment le célèbre club de basket du Spirou a trouvé les moyens pour repartir du bon pied et relancer ses investissements. Avec un chiffre d'affaires très largement en dessous des rentrées habituelles, l'emblématique pôle carolo avait besoin de remplir les caisses. Cela est désormais fait, via un apport de 2,9 millions d'euros.

La recapitalisation a été menée essentiellement en interne. Jean Gabriel, administrateur et actionnaire majoritaire de longue date du Dôme, est le principal investisseur à remettre la main au portefeuille. Ce dernier a injecté dans le Dôme 2,7 millions d'euros. Il est également accompagné dans sa démarche par Vincent Failly, Jacques-Laurent Josse et les frères Marc et Willy Wauters, deux partenaires de longue date du Dôme. Ces quatre investisseurs supplémentaires ont chacun apporté entre 50 et 60.000 euros et font leur entrée dans le capital de la structure.

Mois de tempêtes

L'opération financière était indispensable pour garder le Dôme à flot. "Ce n'est un secret pour personne que la période vécue a été très compliquée", explique François Smal, le directeur financier du Dôme. "Nous avons traversé des mois de tempête, notamment parce que nous avions la malchance de collectionner les activités les plus touchées par la crise."

Connu essentiellement pour son activité basket, le Dôme est aujourd'hui multifonction. Outre pour accueillir ses basketteurs, le Dôme profite également depuis quelques années de sa salle pour organiser des concerts, séminaires et activités en tout genre notamment dans le BtoB. En parallèle, le Dôme dispose également d'une activité horeca importante.  

"Sur toute la crise, on a tourné avec un chiffre d'affaires d'environ 30% de nos revenus habituels."
François Smal
Directeur financier du Dôme

"En temps normal, nous tournons avec des charges mensuelles d'environ 100.000 euros. En parallèle, sur toute la crise, on a tourné avec un chiffre d'affaires d'environ 30% de nos revenus habituels", explique François Smal.  Si les charges ont forcément baissé durant le covid, le Dôme a dû maintenir le paiement d'une série de coûts. Les principaux étaient ceux liés à son équipe de basket qui est restée active durant une bonne partie de la crise. "Il a donc fallu continuer à organiser les matchs et payer les joueurs. Mais les revenus dans le basket belge n'ont rien à voir avec ceux du foot. Nous nous appuyons normalement sur les rentrées issues du public et la visibilité que peuvent obtenir nos partenaires", poursuit le directeur financier.

Mauvais agenda

Outre une crise particulièrement virulente pour son activité, le Dôme a dû également faire avec un agenda tout aussi mauvais. La crise est tombée alors que le Dôme entamait un important chantier de restructuration de son activité. L'ambition était de rendre la structure moins dépendante du basket et s'ouvrir davantage à l'évènementiel. "La crise a commencé quelques mois après le début de la mise en place du plan. On espère désormais que cette injection permettra enfin de repartir du bon pied. Nous faisons de l'événementiel en intérieur, cela prendra donc encore un peu de temps avant le retour à la normale."

"La volonté est désormais de miser d'abord sur nos jeunes plutôt que sur des transferts de joueurs."
François Smal

Outre son repositionnement, le  club a également revu cette année sa manière de penser son pôle basket. Sa gestion a récemment été donnée à Axel Hervelle, ancien joueur du club et de l'équipe nationale. "Il va complément reconstruire l'équipe avec désormais la volonté de miser d'abord sur nos jeunes plutôt que sur des transferts de joueurs qui viennent pour un an. Cela prendra encore quelques années,  mais cela permettra d'être plus efficace."

Le résumé

  • Le Dôme vient de finaliser une recapitalisation de 2,9 millions d'euros.
  • Jean Gabriel est le principal investisseur avec un apport de 2,7 millions d'euros.
  • Le Dôme a particulièrement été touché par la crise.
  • Le covid a touché la structure alors qu'elle entamait une vaste restructuration.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés