Besix veut rénover le stade Roi Baudouin pour moins de 200 millions

©BELGA

Didier Reynders juge sérieuse la candidature de Besix pour rénover le Stade Roi Baudouin.

Après le flop du futur stade national qui s'est fait recaler par l'UEFA, le promoteur immobilier Besix saute sur la balle. Il propose, dans les pages du Nieuwsblad, une rénovation totale du stade Roi Baudouin dans le respect des normes de l'UEFA pour moins de 200 millions d'euros et entièrement financé par lui-même. Pas besoin d'aller chercher des fonds auprès des pouvoirs publics donc. Ce montant est largement inférieur à l'estimation de Ghelamco (entre 300 et 400 millions d'euros) qui avait peser dans la balance pour l'option d'un nouveau stade sur le parking C.

Une condition toutefois. Si Besix rénove le stade, il veut pouvoir l'utiliser par après. Rappelons que la figure emblématique de Besix, Johan Beerlandt est actionnaire du RSC Anderlecht. 

"Besix est un candidat sérieux pour la rénovation du stade Roi Baudouin."
Didier Reynders
Vice-Premier ministre

Et cette proposition a séduit Didier Reynders. Le vice-Premier ministre, fervent défenseur d'une rénovation du stade actuel, a qualifié ce vendredi Besix de "candidat sérieux". C'est "peut-être le début d'un projet porteur pour Bruxelles", a-t-il commenté sur Twitter.

Ghelamco en mauvaise posture?

Les choses prennent donc une tournure de plus en plus mauvaise pour Ghelamco qui maintient sa demande de construction d'un nouveau stade national sur le parking C du Heysel. Le promoteur qui a raflé le projet à Besix espère toujours obtenir les permis pour débuter les travaux en février. Mais après la perte des matchs de l'Euro 2020, plus rien ne presse. Et tant mieux, car les choses avancent très lentement dans ce dossier. La ville de Grimbergen a en effet de nouveau émis un avis négatif sur le projet de stade fin novembre pointant des lacunes en matière d'aménagement et de mobilité. 

En guise de comparaison, le promoteur a évalué le coût de son projet à 300 millions d'euros, qui pourrait encore sensiblement varier en fonction du moment où la construction sera lancée. Le prix des matières premières et le coût du travail restent des facteurs d'incertitude.  

Ghelamco est aussi en train de perdre le soutien d'un de ses plus fervents partisans. Le ministre bruxellois Guy Vanhengel (Open Vld) n'exclut désormais plus une rénovation du stade Roi Baudouin, d'après Le Soir.

©BELGA

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content