Une fois n'est pas coutume, Lionel Messi gagne... un procès

©REUTERS

Le footballeur Lionel Messi pourra enregistrer sa marque de vêtements de sport Messi en Europe. Le tribunal de l'Union européenne balaie les deux autres décisions.

Lionel Messi va-t-il se réconcilier avec la justice? Le meneur de jeu argentin star du FC Barcelone vient de gagner une manche importante dans sa lutte commerciale contre la marque de vêtements de sports Massi. Il a obtenu de la Cour de justice de l’Union européenne le droit d’enregistrer sa marque d’articles de sport Messi dans l’UE. Cette décision renverse deux précédentes.

→ En 2013, l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) avait donné raison aux exploitants espagnols de la marque Massi, qui faisaient valoir un risque de confusion.
→ En avril 2014, Messi avait essuyé un second revers lorsque son recours contre la décision de l’EUIPO avait été rejeté.

Une décision dont le tribunal de l’UE a pris le contre-pied. "C’est à tort que l’EUIPO a conclu que l’usage de la marque "MESSI" […] pouvait créer un risque de confusion avec la marque "MASSI" dans l’esprit du consommateur", relève le tribunal dans son arrêt. Il souligne que la renommée dont jouit Messi dépasse le seul public s’intéressant au sport, et que par conséquent, une grande majorité des consommateurs pourra facilement distinguer le terme "Messi" de "Massi".

Pour la petite histoire, Lionel Messi remporte cette bataille judiciaire alors qu’il a été condamné à une peine de 21 mois pour fraude fiscale en Espagne en 2016. Une peine confirmée par la Cour suprême espagnole en mai 2017. Lui et son père ont été condamnés pour avoir mis sur pied une structure faite de sociétés écrans pour cacher des revenus de droits à l’image reçus de sociétés comme Pepsi, Danone ou Adidas. Lionel Messi a dû payer une amende de 2,1 millions d’euros et son père de 1,3 million d’euros. Les peines de prison étant sous les deux ans, ils n’avaient pas dû être incarcérés.

Habitué des tribunaux, Lionel Messi avait fait condamner à 72.783 euros le journal La Razon, qui avait sous-entendu qu’il se dopait. Une somme reversée par sa société de gestion d’image à l’ONG Médecins sans frontières.

Il est probable que les futurs clients des vêtements Messi les achèteront plus pour l’image de star du ballon rond philanthrope que pour celle de fraudeur fiscal.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content