Agents de joueurs, un business juteux à 1,5 milliard d'euros

Mino Raiola, un des agents les plus influents du footbusiness. ©AFP

Selon les chiffres que L’Echo a pu obtenir, les agents de joueurs de football ont touché 4,75 milliards d’euros sur la période 2014-2017. Plus de la moitié de la somme est perçue pour les transferts.

En plein scandale du football belge et alors que la Pro League et l’Union belge essayent de réguler l’activité d’agents de football, L’Echo a obtenu les chiffres fous des commissions touchées par les agents de la planète football.

Établis par le Centre International d’Étude du Sport (CIES) de Neuchâtel, les chiffres sont éloquents. Sur 2014-2017, les agents de joueurs ont touché, selon les calculs du CIES, la bagatelle de 4,75 milliards d’euros de commissions dans le monde.

Les agents touchent davantage d’argent des activités de transfert que de l’activité de placement et de management.

Des chiffres qui se basent sur ceux de l’UEFA et TMS de la Fifa, la plateforme électronique de la Fifa par laquelle on enregistre normalement toutes les transactions internationales de joueurs.

Des chiffres qui pourraient donc se situer en dessous de la réalité, mais qui donnent déjà des indications très claires de la dynamique à l’œuvre dans le monde des agents de footballeurs.

Augmentation folle

Premier enseignement: les commissions sur les transferts sont les plus gros contributeurs à la rémunération des agents. Dans leur activité de négociation d’accords et d’indemnités de transferts pour le compte de clubs, les agents de joueurs ont touché 2,6 milliards d’euros sur les 4 dernières années.

Les sommes touchées par les agents auprès des clubs pour cette activité augmentent d’ailleurs à une vitesse folle. Elles sont passées de 420 millions d’euros en 2014 à 900 millions en 2017, soit une augmentation de 114% en 4 ans.

Il est intéressant de noter à titre de comparaison que les indemnités de transferts dans les 5 plus gros championnats européens sont passées de 2,9 milliards d’euros à 5,9 milliards d’euros sur le même laps de temps. Une progression importante mais moins rapide que celle des commissions d’agents.

Pour les agents, ce sont surtout ces indemnités de transferts qui sont alléchantes. L’argent perçu pour les activités de management des joueurs est moindre. En clair, depuis 2015, les agents touchent davantage d’argent des activités de transferts que sur l'activité de placement et de management de leurs  joueur.

Pour rappel, les ligues nationales européennes sont dénoncées par Sport 7 en Suisse. La société de management pour joueurs estime qu’il y a conflit d’intérêts dans le chef des agents qui touchent de l’argent sur les deux tableaux.

Sur la même période 2014-2017, les rémunérations des agents reçues pour les activités  l'activité de placement et de management de leurs joueurs (calculées par le CIES sur base de leurs salaires) sont passées de 480 millions en 2014 à 590 millions d’euros en 2017. Soit une augmentation de 23%, bien moindre donc que celle concernant ce que touchent les agents lors des transferts.

Les agents ont donc perçu, rien que sur 2017, quelque 1,49 milliard d'euros. 

Réformes Fifa

Il y a donc un incitant clair pour les agents à satisfaire d’abord les clubs, avant de satisfaire les joueurs. Aussi, la question soulevée quant à savoir s’il est légitime qu’un agent puisse gagner de l'argent pour les deux activités.

Ces chiffres sont en tout cas sur la table de la Fifa où le président Gianni Infantino a insufflé une vague de réformes. "On est devant l’une des plus grandes réformes depuis 15 ans dans la Fifa", explique à ce titre l’avocat spécialisé dans l’économie du sport Sébastien Ledure, du cabinet Cresta.

Gianni Infantino essaye d'insufler une vague de réformes dans la Fifa. ©AFP

On parle de limiter le nombre de joueurs prêtés par les clubs, le nombre de joueurs sous contrat dans les noyaux, d’indemnités de formation et de contribution de solidarité pour les clubs formateurs, etc. Parmi la vague des réformes, la question de la régulation des agents figure en bonne place. On parle également de mettre en place des chambres de compensation pour inscrire toutes les transactions de transferts.

La Fifa tient un congrès ce vendredi à Kigali au Rwanda et les membres doivent y valider les principes de ces réformes sur les agents. Ensuite, il s’agira de rédiger les textes. On en est donc qu’au début de la régulation de la fonction d’agents au niveau international.

La Fifa avait dérégulé totalement l’activité en 2014, année à partir de laquelle les indemnités de transferts ont commencé à exploser.

On sait néanmoins, et c’est important, que dans les principes discutés à la Fifa, on essaye de mettre fin à la double représentation qui permet à un agent de représenter à la fois un joueur et un club. Dans certains cas, cette représentation est même multiple avec le même agent qui représente les deux clubs vendeurs et acheteurs, le joueur voire le coach d’un des clubs. Une situation des plus problématiques en termes de transparence ou de conflits d’intérêts…

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés