analyse

Apple avait Jobs, Anderlecht a Kompany

©Guardian / eyevine

Le retour de Vincent Kompany à Anderlecht ne se limitera pas à ses apparitions sur le gazon. Détenteur d’un MBA, il voudra appliquer au club mauve et blanc ce qu’il a appris sur les bancs de l’université.

 

Ouverture du JT de la RTBF, Une des quotidiens, tornade sur les réseaux sociaux… L’annonce du retour de Vincent Kompany au RSC Anderlecht, là où tout a commencé pour lui, efface d’un coup de baguette magique la saison désastreuse du club. "Le timing est parfait, estime un ex-cadre de l’Union belge de football. Faire ça un dimanche, quand l’actualité est calme, le jour où le Sporting termine le dernier des play-offs, c’est du grand art. Cette seule annonce a monopolisé l’espace médiatique et presque effacé la pire saison de son histoire."

On a déjà quasi-tout dit sur Vincent Kompany: son talent, son palmarès, son charisme, son intelligence, son côté fédérateur… "Vince the Prince" est attendu comme le messie au parc Astrid. La pression qui pèsera sur ses épaules sera énorme. À commencer par celle venant de ceux qui doutent de cette double casquette de joueur-entraîneur, quasiment inédite à ce niveau. Mais l’homme sait y faire. "Pour redresser Anderlecht, c’est la personnalité rêvée tant son charisme est énorme, relève Jos Verschueren (rien à voir avec le directeur sportif des Mauves, Michael Verschueren, NDLR), fondateur de l’International Football Business Institute (IFBI), un master international en foot business lancé à Bruxelles. Son empreinte sera à la fois sportive, sociétale et économique."

Galaxie
  • Pierre Kompany - Père de Vincent Kompany. Le père du joueur est aussi le bourgmestre de la commune de Ganshoren.
  • Sheikh Mansour - Propriétaire de Manchester City. Le Sheikh Mansour est à la tête d’une véritable entreprise de football. Sa société, City Football Group, compte aujourd’hui sept clubs.
  • Simon Davies - Formateur à Manchester City. Le responsable des jeunes du club mancunien pourrait devenir l’adjoint de Kompany.
  • Jacques Lichtenstein - Agent de Kompany. L’agent de toujours de Kompany est réputé dans le monde du ballon rond.
  • Pep Guardiola - Coach de Manchester City. L’Espagnol est l’un des entraîneurs les plus réputés au monde.
  • Klaas Gaublomme - CEO de Bonka Circus, société qu’il codétient avec Vincent Kompany. L’homme de l’ombre de Vincent Kompany est l’indispensable partenaire d’affaires du Bruxellois.

Sportive car, bien qu’il ait déjà 33 ans, Vincent Kompany preste toujours à un très haut niveau. Il était redevenu un titulaire indiscutable à Manchester City, dont il était le capitaine, et avec lequel il vient de signer un quadruplé historique (championnat, coupe, coupe de la ligue, charity shield). Mais son apport sportif ne se limitera pas au terrain. Il va sans doute permettre d’attirer de bons joueurs et convaincre les jeunes prometteurs du club de rester plus longtemps pour bénéficier de ses conseils.

Sociétale aussi, car on le sait engagé dans de nombreuses causes: l’aide aux sans-abri à Manchester via la fondation Tackle4MCR; l’intégration des jeunes issus de la diversité par le sport via le BX Brussels, club bruxellois qu’il finance et qui est présidé par sa sœur Christel; l’aide au développement via son soutien à l’ONG SOS Village d’Enfants; son engagement citoyen quand il est devenu l’égérie publicitaire d’Actiris pour encourager le bilinguisme à Bruxelles, etc. "C’est ce lien avec sa ville natale qui rend ce retour si fort, souligne encore Jos Verschueren. En termes d’image on ne fait pas mieux."

Economique, enfin. "Avec une sixième place et le mauvais football pratiqué, le club aurait probablement eu du mal à satisfaire ses sponsors, à en attirer de nouveaux et à remotiver les abonnés dont le nombre a reculé ces dernières années, note Trudo Dejonghe, professeur en économie du sport à la KULeuven. Avec son retour par contre, beaucoup de sponsors voudront s’associer à lui et donc aussi au club." De fait, il nous revient que la vente d’abonnements, atone encore il y a quelques jours, a décollé depuis dimanche dernier. Quant aux ventes de maillots, le nouvel équipementier, Joma, s’apprête à vivre un rêve éveillé.

Kompany et Jobs

L’influence de Vincent Kompany est telle que le consultant en marketing Fons Van Dijck n’hésite pas à l’assimiler à une grande marque: "Il en a en tout cas toutes les composantes: le côté émotionnel, fédérateur, sociétal, smart, etc. Toutes proportions gardées, il me fait penser à Steve Jobs et à Apple. La marque Steve Jobs est devenue plus forte que la marque Apple tant il incarnait cette entreprise. C’est la même chose avec Kompany et Anderlecht." Et d’aller plus loin dans la comparaison: "Lorsqu’il est revenu chez Apple, l’entreprise allait mal, c’est exactement ce qui se passe à Anderlecht."

©Bonka Circus

"Il a un nom prédestiné, plaisante de son côté Jos Verschueren, il suffit de remplacer le K par un C. Quand il était à Manchester, il a obtenu un MBA pour préparer son après-carrière; à présent il va appliquer à Anderlecht ce qu’il a appris." En réalité, Vincent Kompany n’a pas attendu de décrocher son MBA pour se lancer dans les affaires avec plus ou moins de bonheur. Si ses sports bars Good Kompany lancés à Bruxelles et Anvers ont déjà été fermés, et Nubis Rock, une société d’investissement liquidée assez rapidement après sa création, il possède des intérêts dans plusieurs entreprises, en partenariat avec son ami Klaas Gaublomme (contacté, ce dernier n’a pas donné suite à nos sollicitations). Les deux hommes possèdent notamment Bonka Circus, agence de communication qui s’appelait initialement VKG Management. En septembre dernier, ils ont créé à Manchester le holding Plankton & Smallfish qui chapeaute leurs affaires en Angleterre, rapporte De Tijd. Soit la filiale britannique de Bonka Circus, la société de gestion droits d’image de Kompany V4K, Football Centrix, société de conseil en gestion de club de football, son association caritative Tackle4MCR ainsi que divers investissements immobiliers.

Vu ce qui précède, il paraît clair, aux yeux des observateurs, que Vincent Kompany ne vient pas que pour jouer au football et entraîner ses futurs coéquipiers, il va s’impliquer dans le Sporting à tous les étages, y compris commercial et marketing. "C’est un gars super-intelligent, Anderlecht, c’est ‘son’ club et vu son pedigree, il va vouloir donner son avis sur tout. Ce sera au club à le canaliser et à bien répartir les rôles notamment par rapport à Marc Coucke qui possède lui aussi une forte personnalité", note un de nos interlocuteurs.

Or les chantiers à Anderlecht sont nombreux. Vincent Kompany aura un rôle capital dans la reconstruction. Comment va-t-il s’y prendre et avec qui? Pour le moment, l’heure est aux suppositions. Référence dans le monde du football, son épais carnet d’adresses pourrait lui être utile.

Connu dans le monde entier, omniprésent sur les réseaux sociaux (lire encadré ci-dessous) y compris sur le chinois Weibo, son impact est tel qu’il pourrait ouvrir à Anderlecht des perspectives internationales, le club rêvant, à l’instar des grands clubs européens, de développer des académies dans des pays footballistiquement "exotiques" comme la Chine ou les Etats-Unis. Trudo Dejonghe se montre réservé à ce sujet. "Son réseau aidera, mais l’internationalisation d’un club est liée à la performance et à la compétition, or le championnat belge, trop modeste, n’est pas pertinent au niveau international."

©BELGAIMAGE

Du côté sportif, il se chuchote que certains membres de l’encadrement de Manchester City pourraient bien embarquer dans l’aventure avec lui. L’une des pistes les plus sérieuses se nomme Simon Davies. Pas vraiment connu, hormis peut-être des plus grands fans des Citizens, il est un homme de l’ombre important à Manchester. Davies y est en charge de l’encadrement des jeunes. S’il devait rejoindre Kompany en tant qu’assistant, le message envoyé serait fort sur l’importance du suivi des jeunes. Mais Manchester City laissera-t-il partir un élément clé de son école de jeunes s’il était si indispensable? Selon Het Laaste Nieuws, un autre nom circule: Sam Erith, à la tête deHead of Sports Sciences à Manchester City où il est présent depuis huit ans.

Bankable

Quel est, chiffres à l’appui, l’impact de Vincent Kompany sur sa communauté? C’est ce que L’Echo a tenté de savoir en contactant plusieurs experts du marketing et de la communication.

→ La société d’analyse des médias Auxipress a ainsi calculé que les retombées de cette arrivée ont permis d’améliorer de 4% l’impact positif du RSC Anderlecht dans la presse. "En seulement 3 jours, c’est considérable après la très mauvaise saison que le club a connue, relève l’expert Grégory Piet. En outre la couverture du club dans les médias s’est rééquilibrée. Auparavant, Anderlecht était davantage suivi par les médias francophones (71%), un chiffre retombé à 58%, depuis cette annonce. C’est important pour les sponsors."

→ Une étude datant de 2015 mesurant l’impact marketing des célébrités (indice DBI du bureau Repucom) montrait que Vincent Kompany était le Diable Rouge le plus porteur pour les marques, ceci sur la base de critères comme la notoriété, l’influence, la confiance, etc. "En 2019, il faudrait voir l’évolution d’Eden Hazard mais je suis sûr que Vincent Kompany est toujours très populaire et possède une grande influence parmi la population belge et les fans", relève Jerome Bouchat directeur commercial de Nielsen Sport (qui a racheté Repucom en 2016). Rebolote un peu avant l’Euro 2016, Kompany était considéré par le magazine Challenges comme la 11e star la plus bankable de la planète foot.

→ L’agence spécialisée dans le marketing d’influence, Movietown, a quant à elle passé la marque Kompany à la moulinette des réseaux sociaux. Verdict: près de 3 millions de followers sur Twitter et 3,1 millions de fans sur Facebook avec un "taux d’engagement" de 7%, c’est-à-dire les gens qui likent, partagent et commentent les posts: "C’est beaucoup car la moyenne est de 3 à 4%, estime Ralph Vankrinkelveldt cofondateur de Movietown. Ce taux d’engagement est très intéressant pour une marque qui voudrait s’associer à lui."

Sur Instagram, Vincent Kompany compte 1,7 million de followers (82.000 de plus qu’il y a 4 semaines) venant surtout d’Angleterre (22%), d’Espagne et… d’Indonésie (7%), de Belgique et des Etats-Unis (6%). "Sa notoriété est donc mondiale, ce qui est très intéressant pour Anderlecht, estime Ralph Vankrinkelveldt. Pour moi, c’est un superbe coup qu’a réalisé Marc Coucke en le faisant revenir."

Inspiration mancunienne

©Photo News

Il l’a répété à plusieurs reprises, Kompany a énormément appris aux côtés de Pep Guardiola. Le coach espagnol est tout simplement l’un des meilleurs au monde. Passé par les équipes championnes de Barcelone et du Bayern Munich avant d’arriver à Manchester City, il a systématiquement imposé son style, porté sur un jeu léché, offensif et redoutablement efficace. Les leçons que le Bruxellois a apprises auprès du coach seront sans doute très utiles à Anderlecht. Pep Guardiola est par exemple un spécialiste de l’analyse vidéo. De quoi inspirer Vincent Kompany. Selon la DH, il pourrait d’ailleurs compter sur le soutien d’un des vidéastes spécialistes de Manchester City, prêt également à le suivre à Anderlecht.

©AFP

Être actif durant onze saisons permet de plutôt bien s’ancrer dans un club. Celui de Manchester City n’est pas tout à fait comme les autres. Dans son mot de remerciement lors de son départ posté sur les réseaux sociaux, Vincent Kompany a largement remercié le Sheikh Mansour, propriétaire des lieux. Plus qu’un simple club, le propriétaire émirati du club a fondé au fil des années une véritable entreprise du sport. S’il dispose des clés de Manchester City, il est également le propriétaire de clubs plus "modestes" aux Etats-Unis, en Australie et depuis peu en Chine. Au total, City Football Group compte aujourd’hui sept clubs, répartis partout sur le globe. Son ambition est très grande et ne s’arrêtera sûrement pas là. Le mauve pourrait-il être la nouvelle couleur du maillot dans lequel le richissime émirati pourrait investir ou amener des sponsors?

Des contacts intéressants, le footballeur semble donc en avoir dans tous les secteurs. Même politique. Avec un papa étiqueté cdH à la tête de la commune de Ganshoren, le premier contact, même indirect, avec la Ville de Bruxelles semble déjà noué. Peut-être, encore une fois, une bonne chose pour le club. Anderlecht ne manque pas de défis qui impliquent, de près ou de loin, la responsabilité des autorités locales. Marc Coucke rêve ainsi d’un nouveau stade. Le joueur n’a toutefois probablement pas besoin de relais politique direct. Avec une telle image collée à la peau, les politiques sont certainement très peu nombreux à ne pas vouloir s’afficher au côté de l’icône nationale du football.

©BELGAIMAGE

Vincent Kompany est également entouré de personnes plus discrètes mais à l’importance tout aussi capitale. À l’image de Jacques Lichtenstein, son agent. Si certains joueurs changent d’agent comme de maillot, Vincent Kompany, lui, a toujours été fidèle à son homme de confiance. Il faut dire que l’agent est plutôt reconnu dans le monde du ballon rond. Outre le Bruxellois, Lichtenstein est également l’agent d’un certain Thomas Meunier qui évolue actuellement au PSG mais aussi d’une série de jeunes joueurs prometteurs. Anderlecht doit se renforcer. Kompany devrait d’ailleurs faire le ménage et partir à la recherche de nouveaux talents et joueurs prometteurs. Nul doute qu’il demandera l’avis de son agent. Voire plus.

En ramenant le joueur à la maison, le club a donc frappé un grand coup. Reste à savoir quels sont les talents qu’il prendra effectivement dans ses valises à côté de ses crampons. Pour son agent, il faudra être patient avant de voir les premières grandes opérations. "Je connais Vincent depuis 15 ans. Notre relation dépasse celle de joueur-agent. Il est une personne très réfléchie et pas du tout impulsive. Même s’il a suivi le football belge, avant de prendre la moindre décision, il va devoir réaliser l’état des lieux. Il ne prendra aucune décision tout de suite."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect