Au moins trois candidats au rachat du Sporting d'Anderlecht

Sur la table: une offre des enfants de Paul Gheysens (Ghelamco), et une de Johan Beerlandt (Besix). La troisième émanerait d’un trio de familles industrielles pilotées par un ancien proche d’Alexandre Van Damme. ©Photo News

Les offres liantes pour la reprise du club d’Anderlecht seront présentées ce mercredi midi au conseil d’administration du club. Une troisième offre a été déposée. Il s’agirait d’un "trio de familles industrielles". Un projet piloté par "une ancienne connaissance d’Alexandre Van Damme". Johan Beerlandt, le patron de Besix, aurait bien remis une offre avec les actionnaires égyptiens du groupe. Ghelamco nous détaille son offre.

Dans le dossier de la vente du RSC Anderlecht, la messe sera bientôt dite. Ce mardi, les offres liantes pour la reprise du club de foot champion en titre devaient être remises à Jo Van Biesbroeck, manager opérationnel du club. Pour la petite histoire, les offres liantes devaient être remises à 8h du matin et non 20 heures comme cela a été écrit dans la presse. Rendant le travail des candidats d’autant plus sportif.

Peu d’informations filtrent néanmoins sur le dossier. Il faut dire que selon l’accord en interne, Jo Van Biesbroeck sera le seul au courant et devrait dévoiler au CA ce mercredi à 12h30 les noms des offres liantes reçues, et ce afin d’éviter les fuites. Ce qui n’est pas une mince affaire dans ce genre de dossier.

L’Echo a appris auprès de plusieurs sources qu’au moins trois offres liantes auraient été déposées. "J’ai eu peur qu’après le résultat à Bruges (5-0, NDLR), il n’y en ait plus une seule", sourit un proche du dossier.

Paul Gheysens, CEO de Ghelamco ©BELGAIMAGE

La plus transparente est celle émanant des enfants de Paul Gheysens, le patron Ghelamco, qui essaye au passage de défendre son dossier de stade national dans lequel jouerait l’équipe d’Anderlecht. Il nous revient aussi que Johan Beerlandt, CEO de Besix et actionnaire à Anderlecht, est revenu à la charge après avoir fait savoir la semaine dernière qu’il n’était pas intéressé. Il a pourtant bel et bien déposé une offre liante effectuée avec les partenaires égyptiens de Besix, la famille du milliardaire Naguib Sawiris. Une offre qui aurait l’avantage d’être payée cash.

Mais ces deux offres connues ne sont pas les seules. Une troisième offre a été déposée sur la table de Jo Van Biesbroeck. Elle émanerait selon nos sources d’un "trio de familles industrielles", le tout piloté par une "ancienne connaissance d’Alexandre Van Damme". Ce dernier est un actionnaire important qui détient 15% du RSC Anderlecht mais ne serait pas intéressé à monter en puissance dans le club. Nous n’avons pas obtenu les détails supplémentaires concernant cette troisième offre.

Ghelamco promet la continuité

Nous avons par contre obtenu des précisions sur le dossier Gheysens. L’offre est développée aussi bien sur le plan sportif que financier. Ce sont les trois enfants fils de Paul Gheysens qui deviendraient propriétaires du club (à hauteur de 51%), les autres actionnaires minoritaires pouvant rester en place. Pourquoi ses enfants et pas lui? Parce qu’un dirigeant ne peut pas posséder plusieurs clubs évoluant dans la même division (la D1A). Or Paul Gheysens contrôle déjà l’Antwerp.

Il y aurait aussi un paiement en cash "largement supérieur aux autres", dit-on chez Ghelamco, avec à la clé le nouveau stade national. Ce projet est "la continuité et l’amélioration sur le plan sportif", estime-t-on chez Ghelamco.

"Cette offre est vraiment parfaite pour le club, je ne vois pas comment elle pourrait ne pas être choisie par Anderlecht."
Un proche de Paul Gheysens

Gheysens peut en outre se targuer d’avoir reçu l’appui de trois grands clubs européens qui s’engagent à travailler avec Anderlecht au cas où il en devient le propriétaire. On parle ici de l’échange de joueurs, de l’école de jeunes, etc. Selon nos informations, il s’agirait de l’Atletico Madrid, de Chelsea et de Monaco.

Un proche de Paul Gheysens explique que "cette offre est vraiment parfaite pour le club, je ne vois pas comment elle pourrait ne pas être choisie par Anderlecht. Elle est ambitieuse et vise à ramener Anderlecht dans la cour des grands".

Quid des actionnaires?

Reste à voir ce que les actionnaires actuels penseront du deal? Une source nous indique d’ailleurs qu’il y aurait eu 4 offres en tout, mais nous n’en apprendrons pas plus sur un éventuel quatrième dossier. Elle nous explique que ce qui a débloqué le dossier, c’est le fait que les offres liantes pouvaient être réalisées sur une majorité simple des parts, soit 50% plus une part. Ce qui pourrait avoir comme avantage de permettre aux actionnaires qui le désirent de garder une part dans le club comme dans l’offre formulée par les enfants Gheysens. Certains actionnaires minoritaires pourraient ains rester dans le club, d’autres actionnaires pourraient également très bien décider de réduire leur participation.

Il nous revient d’ailleurs que c’est la volonté de Gheysens de reprendre 100% du club qui avait dans un premier temps refroidi les actionnaires avant qu’il ne revoie sa copie.

Les différents dossiers seront donc présentés sur le coup de midi trente ce mercredi en conseil d’administration exceptionnel. Reste également à voir quels seront les montants proposés. "Si ce n’est pas suffisant, les actionnaires peuvent toujours décider de ne pas vendre", rappelle à juste titre l’une de nos sources.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect