Publicité
Publicité

BeGold, le programme pour faire briller la Belgique aux JO

Nafi Thiam et tous les jeunes de l'équipe des Red Lions sont passés par le programme BeGold. ©BELGA

Lancé en 2004, le programme soutient les sportifs les plus prometteurs dès leur 16 ans. 17 ans après son lancement, son succès est indiscutable.

L'attente a été longue. Elle est enfin terminée. Durant deux semaines, 122 Belges vont tenter de rapporter un métal précieux en Belgique. Si la préparation a été un peu chamboulée, les ambitions restent les mêmes. Pour la plupart des athlètes, elles sont connues depuis qu'ils ont 16 ans: faire au moins un top 8.

L'objectif n'est pas lancé au hasard. Il est visé par BeGold. Lancé en 2004, ce programme du COIB (Comité olympique et interfédéral belge, NDLR) est une aide supplémentaire aux sportifs belges de haut niveau pour qui les chances de briller à l'échelon mondial sont bien réelles. BeGold fut lancé à l'initiative du directeur technique Eddy De Smedt et Robert Van De Walle, médaillé d'or en Judo aux Jeux de Moscou de 1980. "Il expliquait souvent qu'il aurait été encore plus fort s'il avait été mieux encadré dès le début de sa carrière", explique Didier Haller, le responsable de BeGold.

Avant le lancement du programme, la détection de futurs talents ne faisait effectivement pas partie des habitudes. Désormais donc, outre le soutien à nos stars, le COIB se penche aussi sur les champions de demain. "On travaille d'ailleurs toujours sur les deux olympiades qui suivent. Dès que Tokyo sera terminé, alors que les athlètes se focaliseront sur Paris, on pensera déjà à Los Angeles et Brisbane", explique Didier Haller.

Courbe de progression

L'anticipation est devenue indispensable. Son travail débute dès que les sportifs atteignent l'âge de 16 ans. "On travaille sur des courbes de progression. On regarde les résultats des JO et l'âge des athlètes qui y participent. On descend ensuite progressivement dans les catégories d'âge en regardant à chaque fois les résultats. Quand on arrive à un athlète belge, on se penche sur la distance qu'il lui reste à parcourir pour atteindre le sommet et on lui trace un parcours", résume le responsable.

"Tout se fait au cas par cas. Deux athlètes d'une même discipline n'auront pas spécialement le même soutien."
Didier Haller
Responsable du programme BeGold

Au fil des années, les athlètes à avoir rejoint le programme sont toujours plus nombreux. Ils sont désormais 470 a afficher "BeGold" sur leur tenue d'entrainement. Pour les encadrer, le responsable dispose d'un budget d'un peu plus de 3 millions d'euros, financé par le public, le COIB et la Lotterie Nationale. "Une fois que nous repérons un athlète, nous lui proposons un programme personnalisé, au cas par cas. Deux athlètes d'une même discipline n'auront pas spécialement le même soutien. Cela peut être des entrainements supplémentaires, un suivi scolaire, le soutien pour des compétitions à l'étranger… Il n'y a pas non plus de budget alloué par athlète. D'une année à l'autre, suivant, par exemple, où se déroule un championnat du monde, les besoins nécessaires seront plus ou moins élevés."

66%
des athlètes belges
66% des athlètes belges aux Jeux sont passés par le programme BeGold.

Thiam et les Red Lions en exemple

Dix-sept ans après, le programme est aujourd'hui une réussite indiscutable. "En 2008, il  y avait 97 athlètes, 16% étaient passés par BeGold et deux ont fait un top 8. En 2016, il y avait 109 athlètes belges, 61% ont suivi le programme BeGold et nous avons réalisé 15 top 8 et 3 médailles", détaille le responsable.

Cette année, 66% des athlètes ont suivi le programme et 14 jeunes talents y sont d'ailleurs toujours actifs. Les plus belles réussites de Didier Haller et son équipe? "Nafi Thiam, qui a rejoint BeGold à 15 ans, et les Red Lions, dont tous les jeunes sont passés par le programme." La suite est plutôt encourageante. "À l'heure actuelle, dans toutes les compétitions internationales qu'ils ont effectuées, les équipes U18 et U21 n'ont jamais fait moins bien qu'un top4." Rendez-vous est pris sous la tour Eiffel. Ou à Los Angeles.

Le résumé

  • Lancé en 2004, le programme BeGold cherche les champions de demain.
  • 470 athlètes sont actuellement suivis.
  • 66% de ceux présents à Tokyo sont passés par la case BeGold.
  • Le programme dispose d'un budget annuel de 3 millions d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés