Des maillots de foot vintage qui valent de l’or

Damien Eck, fondateur du site Classic Soccer Jerseys. ©Wouter Van Vooren

En créant un site de vente en ligne de maillots de football vintage, le bruxellois Damien Eck ne s'attendait pas à pénétrer un univers complexe, aux opportunités parfois incroyables.

Nous sommes en juin 2016 et Damien Eck, un Français installé à Bruxelles, est fin prêt. L’Euro de football va débuter, son équipe de France semble en bonne forme, et c’est avec espoir et excitation qu’il envisage son été. Seule petite ombre au tableau: le maillot des Bleus est moche. Très moche même. Et franchement cher aussi. Alors, pour parfaire son kit du parfait supporter, il se rend pour la première fois de sa vie sur eBay et tape ses quelques mots qui deviendront sa marotte quelques années plus tard:  "maillot foot vintage équipe de France". "J’ai trouvé une réédition Adidas des années 1980 et j’ai porté ce maillot tout l’Euro. Je n’arrêtais pas de recevoir des compliments des gens! Je me suis alors dit qu’il y avait un truc à faire”, nous confie-t-il, depuis la terrasse de la Brasserie de l’Union qui fait face au stade de Saint-Gilles.

Les maillots de foot les plus incroyables de Classic Soccer Jerseys

Quatre ans plus tard, les termes de cette recherche eBay font désormais partie de son quotidien. Damien a lancé en 2018 le site RB-Jerseys.com, également connu sous le nom de Classic Soccer Jerseys. Un webshop sur lequel il propose des maillots de football vintage d’exception, toujours sélectionnés par ses soins. 'Ma ligne c’est: années 80 et années 90, et parfois années 2000, mais seulement s’il y a un flocage style Kaka, Ronaldo…", détaille-t-il un brin tatillon. "C’est une vraie sélection. Mon site s’appelle RB Classic Soccer Jerseys, mais le mot le plus important dans le titre, c’est vraiment 'classic'."

"Les gens ne se rendent pas toujours compte de la valeur des maillots qu'ils vendent."
Damien Eck
Fondateur de Classic Soccer Jerseys

Pour dénicher ses "classics", Damien passe beaucoup de temps sur les sites et les applications de vente en seconde main, où "les gens ne se rendent pas toujours compte de la valeur des maillots qu'ils vendent" selon lui. L’entrepreneur est également parvenu à se constituer un petit réseau au sein des revendeurs de vêtements de type friperie et de fournisseurs spécialisés. "Maintenant, j’ai la chance d’être dans une position où ce sont les gens qui viennent me proposer des maillots, et moins l’inverse." Sur sa vitrine virtuelle se côtoient ainsi ses plus belles trouvailles: des maillots mythiques du Napoli de Maradona, de la Belgique de 1984, du Barça 1995 floqués "Ronaldo" et des centaines d’autres références que même votre serviteur n’est pas en mesure d’identifier. Des vareuses qui feraient baver les puristes du foot, mais aussi les hipsters adeptes du vintage.

©Wouter Van Vooren

Mode des 90's

Avec le retour en grâce de la mode des années 1990, le business de Damien Eck est florissant. Le maillot de foot rétro s’affiche désormais dans la rue, porté avec des jeans amples streetwear ou des survêtements flashy, et non plus uniquement au stade ou devant sa télé. Une aubaine pour Damien, même si cette clientèle ne représente pas encore le gros de ses ventes. "Pour l’instant, c’est une petite bulle dans une grosse bulle", schématise-t-il. "La petite bulle des collectionneurs hardcore restera toujours ma première clientèle, et ils sont prêts à mettre beaucoup d’argent. La plus grosse bulle de clients occasionnels et de hipsters représente un plus grand public, mais moins fidèle."

Un public de niche que Damien parvient à toucher grâce à sa présence en ligne et à son expérience des réseaux sociaux, lui qui a travaillé dans le marketing digital. Son compte Instagram, qui concentre l’essentiel de sa communication et où il expose en priorité ses nouvelles trouvailles, frise les 68.000 abonnés. Une jolie base de clients potentiels.

"Un marché de fou"

Sur le site de Damien, le prix des maillots va de 40 euros… à 700 euros. Des prix qui peuvent rebuter les "footix" (les fans du dimanche, dans le jargon), mais qui sont, croyez-le, totalement en adéquation avec le marché du maillot rétro. "Certaines personnes sont prêtes à mettre 500, 600, voire 1.000 ou 2.000 euros pour un maillot. C’est un marché de fou! Et je ne le savais même pas avant de me lancer.”

"Un Américain m'a déjà proposé 10.000 dollars pour un maillot. J'ai refusé."
Damien Eck
Fondateur de Classic Soccer Jerseys

On peut diviser le marché du maillot vintage en deux segments. D’abord, celui des maillots classiques issus des boutiques, qui représente la plus grosse branche du marché en volume.  Puis, celui des maillots rétro portés et/ou préparés par les joueurs eux-mêmes. C’est dans ce segment que les prix peuvent parfois atteindre des sommes astronomiques. "J’ai acheté un maillot du Napoli saison 1987-88, préparé et porté par Diego Maradona lui-même" frime un peu l’heureux propriétaire, dont la famille est d’origine napolitaine. "Il m’a coûté 3.000 euros, mais c’est un maillot qui ne perdra jamais de sa valeur. Il y a des gens qui investissent dans les œuvres d’art, moi j’ai décidé de mettre mon argent là-dedans." Un placement qui peut sembler farfelu, mais qui peut s’avérer très lucratif si l’on possède l’expertise nécessaire et le sens du timing. "Un Américain m’en a déjà proposé 10.000 dollars. J'ai refusé. Maradona, on espère dans longtemps, mais quand il va décéder... Un maillot comme ça vaudra une fortune. Je pourrai m’acheter une deuxième maison!", plaisante-t-il, à moitié.

©Wouter Van Vooren

Un confinement bienvenu

Bien évidemment, Damien n’est pas le seul passionné de football à avoir eu cette idée lumineuse. Ses concurrents les plus connus jouissent déjà d’une notoriété et d’une taille comparable ou supérieure à la sienne. Il y a d’abord le mastodonte du secteur, les Anglais de Classic Football Shirts, véritable usine à vintage, mais il y a aussi Cult Kits ou encore Vintage Football Shirts. Cela n'effraie pourtant pas le Français, qui considère qu’il y a de la place pour tout le monde. "Nous sommes concurrents parce qu’on fait le même boulot, mais nous n’avons pas tous les mêmes maillots en même temps et chacun est un peu spécialisé dans un domaine. S’il y en a qui préfèrent les maillots japonais, ils iront chez Cult Kits. Si les gens veulent plus des maillots italiens, ils viendront peut-être plus chez moi."

"Le confinement, c'était Black Friday pendant 3 mois!"
Damien Eck
Fondateur de Classic Soccer Jerseys

Outre les acteurs du marché, la passion du maillot de foot a, semble-t-il, touché bon nombre d’amateurs durant le confinement, une période propice aux longues heures de divagations sur internet. "C’était Black Friday pendant 3 mois!", s’exclame-t-il. "Au début, je ne savais pas à quoi m’attendre, j’avais investi pas mal d’argent avant le confinement. Et puis, en avril-mai, l’e-commerce a explosé. Je pense qu’il y a pas mal de gens qui ont passé pas mal de temps sur internet en se disant 'qu’est ce que je vais bien pouvoir acheter aujourd’hui'."

Pour l’anecdote, c’est exactement comme cela comme votre serviteur a eu vent de l’existence du petit business florissant de Damien Eck.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés