Publicité

Francorchamps traîne encore une perte de plus de 5 millions

©Photo News

La société de gestion du circuit de F1 à Spa-Francorchamps affiche une perte reportée de 5,54 millions d’euros pour 2017. C’est la conséquence des pertes héritées de deux sociétés en 2010. La perte reportée était de 16,6 millions. Elle a donc bien fondu grâce aux bons résultats annuels.

La société Le Circuit de Spa-Francorchamps est désormais bien installée sur une trajectoire positive depuis 6 ans et ses dirigeants ont le sourire. Mais elle est lestée par les mauvais résultats du passé. Selon des documents que nous avons pu consulter, elle affiche une perte à reporter de près de 5,54 millions en 2017.

C’est la conséquence de la fusion par absorption qui a donné naissance à la société en 2010. En effet, c’est cette année-là que la SA Circuit de Spa-Francorchamps et l’association intercommunale pour l’exploitation du circuit de Spa-Francorchamps ont été coulées dans une seule entité Le Circuit de Spa-Francorchamps. Cette dernière démarrait avec une perte cumulée de près de 16 millions au 31 décembre 2010. La nouvelle structure creuse le mali de 794.100 euros portant la perte reportée à 16,58 millions à fin 2011.

Subsides de 3,7 millions

L’année suivante marqua une inversion de la tendance déficitaire. La société réalise un premier bénéfice de 618.568 euros à fin 2012 réduisant la perte reportée à 15.964.895 euros. Elle enregistre un nouveau résultat net positif de 833.432 euros, ramenant la perte à reporter à 15.131.462 euros à fin 2013. Depuis lors, ce poste n’a cessé de diminuer chaque année (-13.290.914 euros en 2014, -11.334.361 euros en 2015, -8.964.804 euros en 2016).

20 millions €
.
Le nouveau contrat qui stabilise la F1 à Spa jusqu’en 2021 fixe le prix du plateau à plus de 20 millions d’euros par an.

2017 n’a pas dérogé à la bonne santé financière de la société de gestion de l’infrastructure de F1. L’an dernier s’est soldé par un profit net positif de 3.428.156 euros ramenant la perte à reporter à 5,536.637 euros au 31 décembre 2017. Le chiffre d’affaires a progressé de près de 11% à 11,25 millions. "Ces bons résultats sont la conséquence d’une meilleure maîtrise de la structure de coûts, mais sont surtout imputables à l’arrivée de nouvelles séries et épreuves sur la piste. L’augmentation du chiffre d’affaires (+1,093 million) est essentiellement le résultat de l’accueil de nouvelles organisations sportives ainsi que des droits à l’image et licences e-games qui sont en forte progression", expliquent les dirigeants de la société dans le rapport de gestion.

À noter que la société reçoit chaque année un subside d’environ 3,7 millions de la Région wallonne pour ses travaux d’infrastructure et que ce montant est inclus dans ses comptes. En 2017, elle a investi 4,52 millions (installation de caméras HD de sécurité sur la piste, pose de fibres optiques pour la digitalisation du circuit, etc.) et prévoit des travaux pour près de 10 millions en 2018. Les dirigeants sont optimistes pour 2018 au regard de la diversification des activités. Mais la société accuse une dette de près de 23 millions dont plus de 19 millions garantis par la Région wallonne.

226.193
euros
En 2017, la directrice générale Nathalie Maillet a perçu une rémunération brute fixe de 226.193 euros, augmenté d’un salaire variable de 15.000 euros.

Une particularité au conseil d’administration du Circuit de Spa-Francorchamps, société anonyme de droit public: les 13 administrateurs, dont le président Melchior Wathelet Jr, y siègent gracieusement, sans bénéficier d’aucun défraiement. Il faut dire que ce n’est pas leur activité principale.

En 2017, la directrice générale Nathalie Maillet a perçu une rémunération brute fixe de 226.193 euros, augmenté d’un salaire variable de 15.000 euros. Elle a bénéficié d’un avantage en nature de 4.793,66 euros (GSM, véhicule de société). Elle a remplacé fin 2017, André Maes à la Commission F1 de la Fédération internationale de l’automobile (FIA).

La F1 jusqu’en 2021

Selon nos informations, les discussions pour la prolongation de la F1 à Francorchamps sont proches d’un accord. Le contrat actuel finit avec l’édition 2018 qui aura lieu le 26 août. Le nouveau contrat portera sur 3 ans (2019-2021). Dans ce nouveau deal négocié avec les Américains de Liberty Media (désormais propriétaire de la franchise), le prix du plateau augmenterait de 3-4%, mais les Wallons auraient la maîtrise de la restauration, de la vente des tickets, etc. "L’un dans l’autre, c’est un accord raisonnable et équilibré qui se dessine", nous a confié une source proche du dossier. Actuellement, le prix du plateau est d’environ 19 millions.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés