Gros changements dans l'actionnariat du RSC Anderlecht

Avec 11% des parts, Michael Verschueren devient un des principaux actionnaires d'Anderlecht après Marc Coucke. ©BELGA

Michael Verschueren a racheté les actions détenues dans le RSC Anderlecht par Alexandre Van Damme (AB Inbev) et l'ex-CEO du club, Jo Van Biesbrouck. Il possède désormais 11% des parts du club de football belge le plus prestigieux et s’érige ainsi en fer de lance des actionnaires minoritaires face au grand patron, Marc Coucke.

"Michaël Verschueren a racheté les parts du RSCA d’Alexandre Van Damme et de Jo Van Biesbroeck. Ce faisant, il augmente sa participation dans le club à 11% et devient l’un des piliers du Conseil d’administration", annonce un communiqué de presse du principal intéressé.

Par cette transaction, Michael Verschueren devient de fait un des hommes forts au sein du conseil d’administration du club de football et s’érige en fer de lance des actionnaires minoritaires dans leurs discussions avec le propriétaire et l’actionnaire principal du club de football, Marc Coucke.

"Michaël aura davantage de poids dans le processus décisionnel et les réformes qui s’imposent pour le club."
Alexandre Van Damme
ex-actionnaire du RSC Anderlecht

Les deux actionnaires vendeurs soulignent que la transaction a pour but de renforcer la position d’actionnaire du fils du légendaire manager d’Anderlecht (Michel Verschueren) et ainsi de lui "donner davantage de poids dans le processus décisionnel et les réformes qui s’imposent pour le club". Dans le communiqué, Michaël Verschueren leur renvoie la balle en déclarant qu’il se sent "moralement responsable de ramener, pour eux, le RSCA au sommet du football belge".

11%
du capital
Michael Verschueren détiendra 11% des parts du RSC Anderlecht.

Minorité de blocage

Le réaménagement du capital intervient quelques jours avant une assemblée des actionnaires du RSC Anderlecht. Si son ordre du jour est plutôt technique, les actionnaires devront également se pencher sur la recapitalisation des mauves et blancs.

Les observateurs estiment cependant qu’il ne devrait pas sortir de fumée blanche de cette assemblée. Les contours de la solution financière n’ont guère évolué depuis plusieurs mois. Elle consisterait à assainir les comptes en convertissant la dette du club à l’égard de Marc Coucke en nouvelles parts et à injecter de l’argent frais par le biais d’une augmentation de capital. Aujourd’hui, Marc Coucke et son partenaire Joris Ide possèdent déjà un peu plus de 74% des actions du RSC Anderlecht. L’opération précitée aboutirait à diluer la part des actionnaires minoritaires et à leur ôter leur minorité de blocage. Or, ceux-ci – c’est-à-dire les familles Vanden Stock en Davignon, Michael Verschueren et Johan Beerlandt – veulent continuer à peser sur les décisions stratégiques du club face à l’actionnaire de référence.

Prix de la vente consacrée en partie à la Fondation Vanden Stock

Depuis la vente du club par la famille Vanden Stock, Alexandre Van Damme, qui n’est autre que le Belge le plus riche, détenait encore 5% des actions et Jos Van Biesbroeck quelque 1%. "Il est évident que nous continuerons à supporter le club", explique Alexandre Van Damme dans le communiqué. «A l’époque, j’étais devenu actionnaire à la demande de Constant et Roger Vanden Stock pour partager les joies et les peines du club. Je suis honoré et heureux d’avoir pu, durant toutes ces années, agir pour ce club historique et aider la direction."

Le communiqué ne précise pas le prix auquel Michaël Verschueren a racheté les parts des deux actionnaires sortants. Mais ces derniers y indiquent qu’"une partie substantielle du futur produit sur les actions concernées sera versée à des initiatives telles que la Fondation Constant Vanden Stock, qui se consacre depuis 2011 aux jeunes vulnérables et aux personnes handicapées à travers des activités liées au football."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés