Interpellé par la police belge à Monaco, l'agent Christophe Henrotay est écroué

L'agent de joueurs Christophe Henrotay et l'ancien Diable rouge Daniel Van Buyten. ©Photo News

Inculpé de blanchiment, corruption et association de malfaiteurs, l’agent de plusieurs Diables rouges pourrait être le premier d’une longue liste.

C’est vêtu d’un peignoir, dans son appartement monégasque avec vue sur le port, que Christophe Henrotay a eu la surprise de voir deux magistrats et deux policiers belges de l’Office central pour la répression de la corruption frapper à sa porte, mardi matin, aux premières heures. Le célèbre agent de joueurs, qui défend notamment les intérêts de Diables rouges comme Thibaut Courtois ou Yannick Carrasco, a passé la nuit dernière en prison. Inculpé de faux et usage de faux, corruption privée, blanchiment et association de malfaiteurs, Christophe Henrotay a été placé sous écrou extraditionnel après un mandat d’arrêt international émis par la Belgique. La Justice monégasque sera sollicitée prochainement pour le remettre à la Belgique.

Sept millions, trois voitures et deux appartements saisis

Ce n’est pas peu dire que le juge d’instruction Michel Claise et le magistrat fédéral Julien Moinil, qui mènent le dossier, ne sont pas repartis les mains vides. Selon une source judiciaire, le suspect s’est vu confisquer son bateau, sa Ferrari, sa Porsche, son Range Rover, ses deux appartements monégasques – dont l’un est en rénovation et comprend une piscine sur le toit – ainsi que 7 millions d’euros sur un compte à vue.

D’autres dévelop-pements judiciaires sont à attendre dans le monde des agents.

Au même moment, à Liège, un collaborateur de Christophe Henrotay, qui s’occupe de sa comptabilité, était interpellé, inculpé et placé sous mandat d’arrêt par un juge liégeois, pour les mêmes préventions que son patron. D’autres auditions étaient également menées à Nice, par le biais de policiers français, mais pas sous le régime de la garde à vue. Une autre perquisition a aussi été menée à Londres, en lien avec les autorités britanniques.

Selon nos informations, l’agent de joueur se voit notamment reprocher son rôle dans le cadre du transfert de son ancien client Aleksandar Mitrovic, passé du RSC Anderlecht au club anglais de Newcastle en 2015 contre 18 millions d’euros. Les perquisitions menées ce mardi sont le fruit de la découverte de pièces importantes lors de la "descente" du juge Claise et des enquêteurs de la police fédérale au siège du Sporting, le 24 avril dernier.

Mais c’est bel et bien plusieurs faits de blanchiment qui sont reprochés à Christophe Henrotay. En visant des préventions d’association de malfaiteurs, les magistrats belges indiquent ainsi qu’ils pensent qu’un groupe a commis les faits suspectés. Et donc que d’autres développements sont à attendre dans le monde des agents de footballeurs de la part de la justice belge.

Constellation de dossiers

Le dossier Henrotay, qui a démarré en début d’année après des suspicions autour du transfert de Mitrovic, n’est qu’une étoile – brillante – dans une constellation de dossiers du parquet fédéral qui tournent autour du monde du football. On peut ainsi considérer qu’il est un dossier "frère" de celui qui implique le Royal Excel Mouscron et, en creux, le super-agent Pini Zahavi, pisté de longue date mais pas inculpé. "Des éléments se recoupent dans ces dossiers et permettent d’avoir une vision panoramique", commente une source judiciaire.

Contacté par nos soins, l’avocat belge de Christophe Henrotay n’a souhaité faire aucun commentaire. Quant au parquet fédéral, il n’a souhaité confirmer aucun nom.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect