analyse

Le Real Madrid entre dans la légende avec un triplé inédit

©Photo News

La finale de la 13e Ligue des Champions a rendu son verdict. Le Real Madrid, tenant du titre, a battu Liverpool FC 3-1. C'est du jamais vu dans l'histoire de la "Coupe aux grandes oreilles"! Le Real Madrid a remporté sa troisième Ligue des champions d'affilée.

Le Real Madrid aura souffert une demi-heure samedi à Kiev mais a finalement décroché la 13e Ligue des Champions de son histoire, la troisième de suite.

Les Espagnols se sont imposés 3-1 grâce des réalisations de Karim Benzema (51e) et Gareth Bale (64e et 83e), bien aidés sur deux buts par le gardien de but allemand des Reds Loris Karius. Le Sénégalais Sadio Mané avait égalisé à la 55e pour la formation de Jurgen Klopp.

©REUTERS

Les Madrilènes de Zinédine Zidane ont souffert jusqu'à la demi-heure de jeu, moment où l'Egyptien Mohamad Salah a dû sortir, blessé à l'épaule après un contact avec Sergio Ramos.

Quelque peu groggy par la sortie de sa vedette, Liverpool a vu son gardien Karius littéralement offrir le premier but à Benzema en début de seconde mi-temps avant d'être coupable d'une faute de main sur un tir lointain de Bale (83e).

Peu avant, le Gallois avait donné l'avantage aux Merengue d'une magnifique retournée à la 64e. Depuis le début de la Ligue des Champions lors de la saison 1992-1993, c'est la première fois qu'un club parvient à s'imposer trois années de suite. 

Mohamed Salah sort en pleurs

©Photo News

Pour réussir l'exploit, Liverpool comptait pourtant sur son atout maître Mohamed Salah, déterminé à doper ses chances de devenir le premier joueur à ravir le Ballon d'Or aux "cracks" Lionel Messi et Cristiano Ronaldo lors du dernier match de la plus belle saison de sa carrière (44 buts toutes compétitions confondues).

Mais après un début de partie très encourageant, l'inimaginable s'est produit peu avant la demi-heure de jeu. A la suite d'un duel musclé avec Sergio Ramos, l'Egyptien est retombé sur sa clavicule gauche, laissant le craindre le pire aux milliers de supporters des "Reds" devenus d'un seul coup plus silencieux (27e). 

Décidé à jouer malgré la douleur, il se résout à sortir du terrain en pleurs et la mort de l'âme. Et dire peut-être aussi adieu au Mondial en Russie.

Mohamed Salah représente pourtant le rêve américain de toute la jeunesse égyptienne. Issu d’un milieu très modeste, il a été élu meilleur joueur de la richissime Premier League cette saison. Salah a pourtant coûté bien moins que d’autres stars du ballon rond. Son succès est à l’aune de la saine gestion qui s’est imposée à Liverpool. Acheté le 1er juillet 2017 pour 42 millions d’euros, le joueur est aujourd’hui valorisé entre 100 et 168 millions d’euros, selon les estimations.

Le joueur a quitté le stade en traversant la zone mixte sans le moindre mot, avec le bras en écharpe. Klopp s'est exprimé pour lui: le technicien allemand a évoqué "une blessure sérieuse". "Je pense que c'est soit la clavicule, soit l'épaule, ça n'a pas l'air bon", a-t-il développé.

Cinq minutes plus tard, c'était au tour du madrilène Carvajal de sortir en pleurs sur blessure. Mais ce n'est pas Cristiano Ronaldo, le facteur X du Real. La star portugaise, meilleur buteur de la compétition (10 buts), a failli ouvrir le score juste avant la mi-temps mais sa reprise de la tête, en légère position de hors-jeu, a été bien repoussé par Karius, avant que Benzema, à l'affut, ne voit son but logiquement refusé (43e).

Dès le retour des vestiaires, le Real a été tout proche de punir une incroyable erreur de Lallana, le remplaçant de Salah, mais le tir lobé d'Isco a fini sur la barre de Karius (48e) ! L'épisode annonciateur d'une bourde encore plus énorme signée Karius. Après avoir capté un long ballon anodin, le gardien a relancé... sur le pied de Benzema, tout heureux de voir le but entré de but adverse (51e).

Mais Liverpool ne lâche jamais rien, à l'image de Sadio Mané qui s'est arraché pour reprendre une remise de la tête de Lovren sur corner et égalisé dans la foulée du bout du pied (55e).
C'est alors que le tournant du match a eu lieu : Zidane, désormais réputé pour ses "coaching gagnants", a fait entrer en jeu son joker Gareth Bale (61e)... qui redonnera trois plus tard l'avantage à son équipe d'un retourné somptueux. Sur un centre de Marcelo, le Gallois s'est élevé dans les airs, comme "CR7 face à la Juventus Turin en quarts, pour battre Karius (64e).

Pour le grand bonheur de "Zizou", d'habitude si zen, qui laissera parler ses émotions avec son moulinet du poignet désormais culte. Dans une fin de match haletante, Bale assure définitivement le succès (83e) sur une nouvelle faute de mains spectaculaire du gardien adverse. Le Français peut savourer, il a écrit une nouvelle page de son histoire royale.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content