Damso répond à l'Union belge en chanson: "Le plus intelligent serait d'avouer qu'on est con"

Pas de chanson officielle pour nos Diables à la Coupe du Monde cette année. Alors que beaucoup se réjouissaient de découvrir le titre composé par le rappeur bruxellois Damso pour accompagner les Diables Rouges en Russie, l'Union Belge a décidé de mettre un terme jeudi soir à sa collaboration avec le chanteur suite à la polémique lancée par le Conseil des femmes. Ce vendredi, Damso a répondu en chanson.

La polémique lancée par le Conseil des femmes aura donc eu sa peau. Damso ne pourra pas proposer l'hymne qu'il avait écrite pour accompagner nos Diables à la Coupe du Monde, une tradition initiée lors du précédent Mondial au Brésil et qui s'était poursuivie en France pour l'Euro 2016.

Bien que l'on puisse regretter ce choix de la Fédération, "au nom de l'argent" entend-on un peu partout, Damso y aura en tout cas gagné une énorme publicité gratuite, lui qui n'en demandait pourtant pas tant, vu sa popularité incroyable au-delà de nos frontières. Le capitaine des Diables Vincent Kompany s'en est amusé sur Twitter.

Après avoir réaffirmé son choix mercredi malgré les critiques qui commençaient à fuser de toutes parts, l'Union Belge n'aura tenu que 24h avant de céder. Elle a en effet finalement décidé de renoncer à son choix du jeune rappeur bruxellois, ce qui veut dire que les Diables Rouges n'auront pas d'hymne pour cette Coupe du Monde en Russie.

C'est donc la lettre écrite par l'ensemble des sponsors de l'équipe nationale, interpellés par le Conseil des femmes, qui aura finalement permis de faire pencher la balance. Dans cette lettre, les sponsors émettaient de "sérieuses réserves" sur le choix de Damso et demandaient à l'Union Belge de les rencontrer au plus vite pour en discuter.

Il ne faudra donc pas aller jusque là puisque l'Union Belge et Damso ont décidé de mettre fin à leur collaboration d'un commun accord. L'abandon du projet signifie qu'"il n'y aura pas de chanson officielle en vue de la Coupe du Monde 2018", ajoute la fédération, qui avait tenté précédemment de défendre son choix en confirmant sa confiance en l'artiste, qui était vu comme "un exemple d'intégration" issu de l'immigration, un artiste jeune et populaire qui semblait également plaire aux joueurs.

"La controverse sociale autour dudit artiste et l'agitation de ces derniers jours font en sorte de détourner complètement l'attention de tout ce qui prime pour l'Union Belge de Football."
Union Belge

La polémique basée sur de précédentes chansons du rappeur, accusées de véhiculer des paroles sexistes, a toutefois eu raison des efforts de la fédération de calmer le jeu en attendant de faire connaître la composition de Damso pour le périple russe des Diables. "La controverse sociale autour dudit artiste et l'agitation de ces derniers jours font en sorte de détourner complètement l'attention de tout ce qui prime pour l'Union Belge de Football", regrette cette dernière, justifiant finalement son renoncement.

Damso a répondu en chanson ce vendredi à la décision de l'Union belge.

"Perdu dans le berceau, je n'ai pas cessé de naître. J'ai couru dans mon cerveau jusqu'au fond de mon être."
"Je crois que le plus intelligent serait d'avouer qu'on est con. Serait d'avouer qu'on est blanc. Noir ou quelque soit le ton."

©Twitter

Les critiques envers Le choix de Damson par l'Union belge  ont connu un coup d'accélérateur en ce début de mois de mars, avec notamment la "lettre ouverte" du Conseil des femmes, envoyée entre autres aux sponsors. Des personnalités politiques avaient ensuite rejoint la controverse, dont la secrétaire d'Etat à l'Egalité des Chances Zuhal Demir ou encore le vice-Premier Alexander De Croo. Les sponsors officiels n'avaient tardé à, à leur tour, se montrer hésitants, alors que la chanson officielle demandée à Damso n'avait pas encore été rendue publique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content