Publicité

La Gantoise cherche un acquéreur

Michel Louwagie et Ivan De Witte. ©BELGA

Selon plusieurs de nos sources, Ivan De Witte et Michel Louwagie, personnalités clés du club de football gantois, préparent leur sortie.

Ivan De Witte (74 ans) et Michel Louwagie (65 ans) travaillent à l’avenir de La Gantoise, un des grands clubs de notre pays. Selon une analyse, seules de très grosses fortunes de plusieurs centaines de millions d’euros pourraient maintenir la Gantoise au sommet du football belge. Cette situation est le résultat de l’évolution mondiale du football, devenu une industrie brassant des milliards d’euros, avec un flux croissant d’investissements privés et d’entreprises.

"En raison de l’évolution du contexte - où l’argent règne en maître - De Witte est à la recherche de capitaux extérieurs sous forme de reprise partielle ou totale. Il est exclu que l’on se contente d’un changement de management", a indiqué une source proche bien informée. Selon nos informations, le dossier est en phase exploratoire. Aucun processus de vente formel n’a été lancé. Le prix de vente n’est pas connu.

Recherches dans les environs de Gand

D’après nos informations, les recherches vont bon train. Le club a déjà eu des contacts avec un riche investisseur américain et, en Belgique, avec le propriétaire de Cookware, l’entreprise faîtière du fabricant de poêles Greenpan.

La préférence va à un repreneur belge, ce qui s’explique par les liens étroits - notamment via le stade - avec les autorités locales. Ces dernières n’ont pas caché leur souhait de maintenir l’ancrage local de La Gantoise.

Le club a déjà eu des contacts avec un riche investisseur américain et, en Belgique, avec le propriétaire de Cookware.

Le dilemme est que l’offre la plus élevée proviendra certainement d’un candidat acheteur étranger. De Witte se méfie des acheteurs issus d’endroits où il est difficile de vérifier l’origine de l’argent. Mais un fonds d’investissement américain comme Orkila, qui vient de prendre une participation dans le Club de Bruges, serait considéré comme un candidat acceptable. Cependant, de tels investisseurs ne courent pas les rues, ni aux États-Unis, ni en Belgique.

De Witte et Louwagie contrôlent respectivement 25 et 15% du club. En outre, 40% sont détenus par une dizaine d’administrateurs et 20% sont répartis parmi les membres de l’ancienne ASBL. La ville détient aussi une petite participation. En 2016, l’ASBL a été transformée en société coopérative à responsabilité limitée (à dimension sociale).

Transformation en société

Dans un avenir proche, le club souhaite se restructurer pour devenir une société à responsabilité limitée (l’ancienne S.A.). Cela peut être lié aux projets d’ouverture du capital. La vente au club par Louwagie et De Witte de leur participation (16%) dans la société horeca et la branche de merchandising (distinctes) pourrait également s’inscrire dans cette restructuration.

De Witte et Louwagie sont entrés au capital à la fin du siècle dernier, au moment où le club, quasiment en faillite, ne réalisait qu’un maigre chiffre d’affaires et affichait près de 25 millions d’euros de dettes. Le duo s’est lancé dans un long parcours d’assainissement qui a replacé le club au top du football belge. Aujourd’hui, La Gantoise est en bonne santé avec, pour la saison 2019-2020, un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros, une perte nette de 5,8 millions d’euros, des réserves de 25 millions d’euros et une dette bancaire de 25 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés