Publicité

La Maison Béjart prend son envol

Avec une exposition et un ballet, ce lieu affecté à la mémoire de Maurice Béjart témoigne des liens forts du chorégraphe avec la Belgique.

Lorsque Maurice Béjart s’est éteint, à Lausanne le 22 novembre 2007, le Premier ministre belge de l’époque, Guy Verhofstadt, a salué le "Picasso de la danse" par ces mots: "Béjart est un monument qui mérite un grand hommage de notre pays." Signe de l’estime que lui portait la Belgique, le président du Sénat, Armand De Decker assista à ses funérailles en Suisse. C’est là qu’est née l’idée de concrétiser cet hommage dans la durée, en créant une maison Maurice Béjart, terme choisi pour éviter la confusion avec la fondation qui porte son nom et qui avait été créée à Genève pour gérer ses droits d’auteurs.

Les liens entre Béjart et la Belgique sont forts. Le chorégraphe débarque à Bruxelles en 1959. Il y restera 27 années, jusqu’à ce qu’un conflit avec le directeur de La Monnaie, Gerard Mortier, lui fasse fuir le plat pays pour la Suisse où il fonde le Béjart Ballet Lausanne. Même sur les bords du Lac Léman, il est resté très attaché à la Belgique qui lui a permis de créer ses œuvres les plus importantes. Selon Michel Robert, son biographe et actuel président de la Maison Béjart Huis (MBH), le chorégraphe a exprimé, peu avant son décès, le désir d’obtenir la nationalité belge et avait entamé des démarches à cet effet. Las, la grande faucheuse ne lui en laissera pas le temps et il décédera "Belge de cœur, mais de nationalité franco-suisse", selon Michel Robert.

Dès 2008, une fondation d’utilité publique est mise sur pied, avec le soutien du pouvoir politique, pour gérer l’énorme patrimoine laissé par le maître. À la recherche d’un lieu, les porteurs du projet ont arrêté leur choix sur le 49-51 rue de la Fourche, en plein cœur de Bruxelles. Il s’agit d’un loft de 270 m² où il a vécu et créé ses œuvres les plus importantes, un lieu chargé d’histoire et de symboles. Mais le chorégraphe n’en était que locataire, "Maurice Béjart allait là où la danse le portait, explique Michel Robert. La notion de propriété ne signifiait rien pour lui. Le seul lieu dont il était propriétaire était une petit chalet à la montagne." Le loft bruxellois a connu d’autres affectations depuis son départ. La volonté de promouvoir la postérité de l’œuvre de Maurice Béjart et la danse en tant que telle a fait germer l’idée de vouer l’endroit à des logements pour danseurs et chorégraphes qui font cruellement défaut à Bruxelles. La Maison Béjart a été inaugurée en novembre dernier. Un accord de principe a été obtenu en septembre 2009, pour que la ville de Bruxelles, avec l’aide de Beliris, fasse l’acquisition du loft et de la salle de répétition et accorde un bail emphytéotique, avec un loyer symbolique, à la Maison Béjart. Le projet est tributaire d’une mise en conformité du bâtiment, qui a fait l’objet d’aménagements sans permis d’urbanisme.

Dans un deuxième temps, d’autres espaces ont été envisagés, pour créer un centre d’archives et un lieu d’exposition. L’héritage "physique" de Maurice Béjart peut sembler maigre; le bâtiment qui abritait l’école Mudra a brûlé tout comme les costumes qu’il contenait et les théâtres n’ont presque rien gardé des décors. Toutefois un petit fonds s’est déjà constitué: anciens programmes, affiches, photos, revues de presse et même manuscrits originaux. Des vidéos réalisées en partenariat avec la RTBF remontent jusqu’aux années 60. Des amoureux du chorégraphe ont conservé des choses et commencent à les proposer à la Maison Béjart. Pour préfigurer ce que pourrait être cet espace, la Maison Béjart organise une exposition au Pavillon Rodin, propriété de la commune d’Ixelles et pour lequel la MBH négocie une mise à disposition à long terme. Ce parcours découverte présentera des œuvres de grands créateurs internationaux, dont Dali, Cocteaux et Magritte qui ont collaboré avec Maurice Béjart, des costumes signés Versace ou Miyake, des maquettes, des esquisses, des photographies, etc. Le premier spectacle du "Ballet In Progress", un centre chorégraphique qui accueille en résidence des danseurs qui proviennent en priorité de l’enseignement de Maurice Béjart, sera également présenté en avant-première. Les cinq danseurs qui se produiront à Bruxelles sont les derniers élèves que Maurice Béjart a choisis. Comme un nouveau départ.

 

"Maurice Béjart, Parcours libre: Décors & Costumes", du 8 octobre au 22 novembre 2010 (sur rendez-vous), 8, avenue Auguste Rodin, à 1050 Ixelles. 02.347.44.68, www.maisonbejarthuis.be.

Spectacle "Opinion public", avant-première les 8 et 9 octobre à 20h au Théâtre Marni, 02.639.09.82, www.theatremarni.com.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés