Publicité
Publicité

Le choix marketing des nouveaux sports aux JO

Le bloc est l'une des trois épreuves d'escalade qui ont fait leur entrée aux JO cette année. ©Photo News

Cette année, les JO accueillent cinq nouveaux sports. Un moyen de promouvoir le sport mais aussi et surtout d'attirer un nouveau public et faire face à la concurrence.

Ce mardi débutait, du côté de Tokyo, l'escalade sportive. Une première aux Jeux olympiques. Surprenant? Pas tant que ça. Avec le surf, le skate (en street et park), le karaté et le basket 3X3, la grimpe était l'un des nouveaux sports (sans compter le retour du baseball) repris dans le calendrier des Jeux. Un choix réalisé il y a plusieurs mois par le CIO qui, pour chaque édition, se penche sur les sports qui mériteraient (ou non) leur place dans l'organisation aux cinq anneaux.

Le processus de sélection est exigeant. Pour tenter sa chance, un sport doit d'abord être reconnu. Cela passe par l'homologation olympique d'une fédération internationale qui chapeaute la discipline à travers le monde. L'étape est indispensable, mais pas suffisante pour prétendre à une place aux Jeux. Les échecs ont ainsi leur fédération reconnue mais ne sont pas en compétition. Certaines règles éliminent également directement une série de disciplines. C'est le cas pour les courses automobiles, la charte olympique précisant que les sports "dépendant d'une propulsion mécanique" sont interdits.

"Le CIO a décidé d'attirer des sports moins coûteux à organiser et qui sont plus urbains."
Pierre-Olivier Beckers
Président du COIB

Critères à la pelle

Pour pouvoir rejoindre la course à la médaille, une discipline doit également cocher un certain nombre de cases, notamment concernant sa popularité mondiale. Pour prétendre à une place, un sport masculin doit au moins être pratiqué sur quatre continents et dans 75 pays. L'équité est également étudiée de près. Une discipline féminine doit au minimum compter des pratiquantes dans 40 pays. Il y a également une limite maximale, puisque le CIO ne souhaite pas dépasser les 10.500 athlètes présents aux JO. C'est l'une des raisons qui expliquent pourquoi la majorité des nouveaux sports se pratiquent en individuel. L'ajout des nouvelles disciplines n'a fait grimper que d'un peu plus de 400 le nombre de participants.

"Le CIO tient compte du fait qu'il faut garder le côté attractif et attirer les sponsors et les chaînes TV qui représentent 70% des revenus du CIO."
Pierre-Olivier Beckers
Président du COIB

Voilà pour les prérequis. Reste ensuite au candidat à se faire plus beau que les autres. Cela passe par une nouvelle série de critères, avec un aspect économique non négligeable. De préférence, les nouvelles disciplines doivent désormais être peu coûteuses à mettre en place. Le CIO cherche ainsi à éviter les "éléphants blancs", ces fameuses infrastructures aux coûts faramineux, laissées à l'abandon comme à Athènes. "Le CIO a décidé d'attirer des sports moins coûteux à organiser et qui sont plus urbains. Le basket 3vs3 est l'exemple typique, car il est facile à organiser", confirme Pierre-Olivier Beckers, le président du COIB. Outre l'économie, le marketing est également de plus en plus important. "Le CIO tient aussi compte du fait qu'il faut garder le côté attractif et attirer les sponsors et les chaînes TV qui représentent 70% des revenus du CIO. Les JO doivent rester aussi intéressants que les évènements Red Bull ou les X Games. Il y a aujourd'hui toute une génération attirée par les disciplines comme le BMX, l'escalade ou le breakdance. Ce sont des disciplines dans l'air du temps, spectaculaires et qui attirent les jeunes", explique Pierre-Olivier Beckers.

Priorité au public jeune

Parvenir à renouveler son public est l'un des défis majeurs du CIO, qui en est visiblement bien conscient. Depuis 2008, le comité s'est ouvert aux sports extrêmes avec l'arrivée du BMX à Pékin et la venue d'autres sports impressionnants aux Jeux d'hiver. "Nous voulons apporter le sport aux jeunes. Avec les nombreuses options dont ils disposent, nous ne pouvons plus nous attendre à ce qu'ils viennent automatiquement à nous. Nous devons aller vers eux", avait expliqué Thomas Bach, le président du CIO, à l'annonce des nouveaux sports pour Tokyo.

Le résumé

  • Les Jeux olympiques se penchent à chaque édition sur de nouvelles disciplines.
  • Une série de critères sont pris en compte pour intégrer un nouveau sport.
  • Le coût de l'installation de la nouvelle discipline est notamment évalué.
  • L'aspect marketing est également crucial.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés