Les actionnaires d’Anderlecht allongent encore les millions

Malgré l'injection d'argent frais, la situation financière du Sporting d'Anderlecht reste toujours compliquée. ©Photo News

Le conseil d'administration a voté ce lundi une hausse de capital de cinq millions d’euros. L’opération, réalisée sans nouvel actionnaire, permettra au club d’obtenir sa licence professionnelle.

Les propriétaires du Sporting d’Anderlecht passent une nouvelle fois à la caisse. Ce lundi, en conseil d’administration, les membres de l’actionnariat ont voté pour une augmentation du capital. Ces derniers se sont mis d’accord pour injecter cinq millions d’euros. L’opération se fera proportionnellement à leur engagement respectif. Aucun nouvel actionnaire ne sera donc intégré à la structure.

L’argent frais permettra de répondre aux exigences de la fédération afin d’obtenir la licence professionnelle, indispensable pour pouvoir jouer en première division. La solution trouvée permet donc de s’assurer un avenir. Le nouvel apport n’est toutefois qu’une bouffée d’air à court terme.

La crise est structurelle et la pandémie n’est qu’une petite partie du problème.

Pour rappel, la situation du club est toujours très mauvaise. Le Covid n’a évidemment pas arrangé les choses. En septembre dernier, le précédent CEO rappelait que, selon les estimations du club, "à chaque match à huis clos, le manque à gagner est d’environ 650.000 euros." Karel Van Eetvelt évaluait également la perte pour la saison 2019-2020 entre cinq et dix millions d’euros. La crise est toutefois bien plus structurelle et la pandémie n’est qu’une petite partie du problème. Les comptes pour la saison avant la pandémie indiquaient déjà une perte de 36 millions d’euros. La faute à une gestion loin d’être idéale durant les dernières années.

La transformation en marche

Il fallait donc réagir. La grande transformation est en marche depuis plusieurs mois. Le club a ainsi radicalement changé de visage. Le dernier changement date d’il y a seulement trois semaines, avec le remplacement de Karel Van Eetvelt par Jos Donvil (l’ex-CEO de VOO). Au niveau financier, l’un des premiers tournants concrets s’est effectué durant l’été. Le club a annoncé un vaste plan de restructuration de 70 millions d’euros, visant à assainir les comptes.

À l’heure actuelle, le bilan du mercato affiche un résultat positif de 200.000 euros.

La mission de remise à niveau a, elle, officiellement débuté avec le mercato hivernal. L’ambition de la direction est de finir la période de transferts sans dépenser le moindre euro. L’arrivée de trois nouveaux joueurs a ainsi été compensée par le départ d’une série d’autres joueurs. À l’heure actuelle, le bilan du mercato affiche ainsi un résultat positif de 200.000 euros. Le club pourrait profiter des quelques jours restants pour encore embellir le tableau. L’ambition, à terme, est de se diriger vers une gestion proche de celle du club de Bruges, souffle-t-on du côté du club. Le Sporting souhaite aussi diminuer sa dépendance aux résultats sur le terrain, comme une qualification européenne, dont l’issue toujours aussi incertaine.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés