Publicité
analyse

"Mains propres" dans le football belge, au cœur d'une traque de plusieurs années

Les enquêtes explosives liées au football sont le fruit d'une politique pénale décidée depuis de longues années et récemment sanctuarisée par une note de priorité du parquet fédéral. ©Photo News

Dans le sillage de l'inculpation des ex-dirigeants d'Anderlecht, le parquet fédéral accélère sa traque des infractions dans le monde du football. La promesse d'une révolution?

Les écuries d'Augias, le tonneau des Danaïdes, le rocher de Sisyphe... Les métaphores antiques sont insuffisantes face au mouvement de fond qui balaye le football professionnel belge depuis maintenant trois ans. Et l'annonce des inculpations des anciens dirigeants du Sporting d'Anderlecht et du cabinet d'avocats Clifford Chance pour la vente du club au milliardaire Marc Coucke n'est, au final, qu'un épisode de cette histoire en train de se dérouler devant nos yeux et qui s'écrit, pour une immense partie, au sein des fades bureaux du parquet fédéral, rue aux Laines.

Depuis que le parquet fédéral a vu ses effectifs grossir à la suite de la vague d'attentats terroristes de 2015-2016, la – toujours jeune – institution a réussi à recentrer une partie de ses ressources vers divers pans de la criminalité financière qui gangrènent l'économie du pays. Parmi ceux-ci, le football. Bien sûr, la Belgique a connu son lot de scandales judiciaires dans le monde du ballon rond. En tête, les affaire Standard-Waterschei (1982), Nottingham-Anderlecht (1984) et plus près de nous, le dossier Zheyun Ye (2005-2006).

"Je ne pense pas que pour le Footballgate, le délai raisonnable soit déjà atteint car pour cela, il faut montrer que le dossier a stagné, ce qui n’est pas le cas."
Frédéric Van Leeuw
Procureur fédéral

Mais ce n'est finalement pas grand-chose face à la petite dizaine d'affaires en cours, les dossiers Foot Leaks, Footballgate, Mitrocash-Henrotay, Frenay-De Koster, Mouscron-Zahavi, D'Onofrio et vente d'Anderlecht, sans parler d'autres dossiers de moindre impact. Et pour cela, le parquet fédéral est parvenu à obtenir de la DJSOC (direction centrale de la lutte contre la criminalité grave et organisée) et de l'une de ses composantes, l'Office central de répression de la corruption (OCRC), la section de la police judiciaire fédérale en pointe dans les affaires économiques et financières, qu'il dégage une poignée d'enquêteurs pour travailler sur les dossiers liés au sport en général et au football en particulier. Une rareté en ces temps où les policiers spécialisés sont denrées rares.

L'enquête policière dans le Footballgate est terminée

Et ces dossiers avancent. Selon nos informations, une cinquantaine de personnes sont actuellement inculpées dans le cadre du Footballgate, ou dossier "Zéro" comme aiment l'appeler ses artisans. Ouvert depuis trois ans, il a subi quelques retards dus au covid. En effet, des commissions rogatoires en vue de saisies d'immeubles à l'étranger ont été reportées, faute de pouvoir quitter le pays. Toujours selon nos informations, le juge d'instruction de Hasselt en charge de l'affaire devrait communiquer son dossier au parquet fédéral fin octobre. À charge ensuite au parquet de tracer un réquisitoire.

Toutefois, des devoirs d'enquête pourraient encore être réalisés, selon les demandes des avocats des inculpés. Dans un entretien récent à L'Echo, le patron du parquet fédéral, Frédéric Van Leeuw, a indiqué: "Je ne pense pas que le délai raisonnable soit déjà atteint, car pour cela, il faut montrer que le dossier a stagné, ce qui n’est pas le cas." Matrice des dossiers foot récents, cette affaire qui a vu l'émergence du premier "repenti" de l'histoire de la justice belge - à savoir l'ex-agent Dejan Veljkovic, qui collabore activement avec la justice - promet toujours.

Vente d'Anderlecht, la bombe

Révélées ce jeudi dans les colonnes de L'Echo et du Tijd, les inculpations des anciens dirigeants du Sporting d'Anderlecht et du cabinet d'avocats Clifford Chance pour leur rôle dans la vente du club à Marc Coucke ont provoqué une véritable déflagration dans le pays. Le cœur du dossier: cinq millions d'euros rajoutés à la facture de Coucke en fin de course, pour financer un agent qui n'a pourtant joué aucun rôle dans le deal. Toutes les parties impliquées contestent les faits. Comparativement aux autres dossiers de football du parquet fédéral, celui-ci est considéré comme relativement mineur, vu qu'il n'a pas donné lieu à des commissions rogatoires ou actes d'enquête complexes.

Les Football Leaks et les limites du cryptage

S'ensuit l'affaire des Foot Leaks, ouverte à l'initiative du parquet fédéral après la révélation de 1,9 téraoctet de documents par Der Spiegel et le réseau de journalistes European Investigative Collaborations. Ces informations ont permis d'épingler le système d'évasion fiscale des plus grandes stars du ballon rond liées au super agent portugais Jorge Mendes, avec, en tête, Cristiano Ronaldo (150 millions d'euros dissimulés aux Îles Vierges britanniques, en Suisse et au Luxembourg).

Le décryptage des volets belge et français des Football Leaks est toujours en cours. La justice fonde beaucoup d'espoirs dessus.

Le lanceur d'alerte, un jeune hacker portugais nommé Rui Pinto, a été arrêté en Hongrie sur demande de la justice portugaise. Il a, durant sa détention, été entendu par le magistrat fédéral belge Julien Moinil. En 2019, la Belgique, la France et les Pays-Bas ont mis sur pied une "joint investigation team" qui a pu récupérer les données cryptées de Rui Pinto. Un dossier est à l'information judiciaire au parquet fédéral et les décryptages sont toujours en cours, prenant un temps énorme, car c'est Rui Pinto, poursuivi au Portugal pour plus d'une centaine de chefs d'inculpation, qui détient les clés de cryptage.

Le dossier est cependant prometteur et pourrait permettre de nourrir un nombre considérable d'enquêtes, anciennes ou nouvelles. En effet, les documents sortis dans la presse – qui ont déjà permis la mise en œuvre de nombreuses poursuites judiciaires – ne sont qu'une partie de l'intégralité des fichiers que détenait Rui Pinto. Le décryptage des volets belge et français des Football Leaks est toujours en cours. La justice fonde beaucoup d'espoirs dessus.

Mitrocash-Henrotay, l'affaire tentaculaire

Le dossier centré sur l'agent de joueurs Christophe Henrotay n'est pas bouclé. Et pour cause, il est particulièrement volumineux – six fois plus que celui qui concerne la vente d'Anderlecht. Instruit par le juge Michel Claise, ce dossier est né autour du transfert de l'avant-centre international serbe Aleksandar Mitrovic du Sporting à Newcastle. Mais il s'est étendu bien au-delà, la justice s'intéressant notamment aux transferts de Diables rouges tels que Youri Tielemans ou Leander Dendoncker, anciens clients d'Henrotay.

Plusieurs devoirs d'enquête restent à réaliser. Dans cette affaire, selon son avocat Me Dimitri De Beco, Christophe Henrotay conteste en justice la légalité des saisies faites à Monaco lors des perquisitions réalisées par le juge Michel Claise et le parquet fédéral en 2019, à savoir sept millions d'euros sur un compte, un bateau, une Ferrari, une Range Rover, une Porsche et deux appartements monégasques... Dans ce dossier où de nouveaux rebondissements peuvent être attendus, Me De Beco évoque son "agacement" face à la situation et le fait de ne toujours pas avoir accès à ce dossier, ni à celui de la vente d'Anderlecht, dans lequel son client est également inculpé.

Frenay-De Koster, des agents suspectés d'abuser leurs joueurs

Le dossier dit Frenay-De Koster, du nom de deux agents réputés, Didier Frenay et Patrick De Koster, est né d'une plainte déposée par l'ex-Anderlechtois Landry Dimata (2019-2021) contre son agent Didier Frenay, dans le cadre de son transfert depuis le club allemand de Wolfsburg vers le RSCA. D'autres joueurs se sont greffés à la procédure, y compris le Diable rouge et joueur vedette de Manchester City Kevin De Bruyne, qui accuse son ancien agent Patrick De Koster de l'avoir roulé dans le cadre de son transfert de Chelsea à Wolfsburg, en 2013. Dans cette affaire, les deux agents ont effectué de la détention provisoire.

Mouscron, sur les traces du super-agent Pini Zahavi

Dans cette affaire également ouverte au cabinet du juge d'instruction Michel Claise, la justice s'interroge sur l'identité de la personne qui dirigeait réellement le petit club de Mouscron. Il y a deux ans, le travail des enquêteurs s'est dirigé vers le super-agent Pini Zahavi, artisan du transfert de la star brésilienne Neymar du FC Barcelone au Paris Saint-Germain.

L'agent israélien Pini Zahavi est soupçonné de tirer les ficelles du club de Mouscron en sous-main, l'utilisant comme véhicule pour les transferts des joueurs de son portefeuille.

L'agent israélien est soupçonné de tirer les ficelles du club en sous-main, l'utilisant comme véhicule pour les transferts des joueurs de son portefeuille. Dans cette affaire, les enquêteurs ont réalisé plusieurs commissions rogatoires, dont une à Malte. Selon nos informations, le dossier est quasiment clôturé. La justice envisage de demander une fixation devant la Cour de cassation.

Une constellation d'affaires en parallèle

Le parquet fédéral s'intéresse aussi à toute une série de personnalités du monde du sport. Ainsi, un dossier a été ouvert à charge de Lucien D'Onofrio, au cabinet du juge d'instruction liégeois Frédéric Frenay. Il y a également l'affaire Alfred Obrou, l'agent de l'ancien joueur d'Anderlecht et du Standard de Liège Gohi Bi Cyriac. Dans cette affaire, selon nos informations, le dossier est bouclé et le parquet fédéral a demandé le renvoi d'Alfred Obrou en correctionnelle pour escroquerie et blanchiment.

Enfin, récemment, le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné, en juin 2020, l'agent Fifa Clément Eboué à trois ans de prison, avec sursis pour ce qui excède la détention d'un an déjà effectuée, avec l'interdiction de gérer une société. Il a été condamné pour le détournement de 500.000 euros escroqués alors qu'il prétendait défendre les intérêts de joueurs... qui n'existaient pas.

D'où vient cet intérêt pour les affaires footballistiques?

C'est entendu, le parquet fédéral, depuis plus de trois ans, se démène sur tous les fronts du foot-business. Ce mouvement n'est pas né de rien, mais au contraire vient de loin, décrit le procureur fédéral adjoint Eric Bisschop. "Beaucoup de gens se demandent pourquoi le parquet fédéral s'intéresse au football et au sport. C'est une histoire qui remonte à loin, avec l'affaire Zheyun Ye, qui a vu pour la première fois l'intervention de la mafia dans notre sport. Une affaire énorme qui a suscité un débat parlementaire qui a abouti au fait que le parquet fédéral et moi-même coordonnons les fraudes dans le monde du sport, main dans la main avec la police judiciaire fédérale", raconte Eric Bisschop.

"Le dossier Zéro et les autres sont des dossiers financiers qui empoisonnent le monde sportif et falsifient tout le championnat, bien plus qu'un match truqué."
Eric Bisschop
Procureur fédéral adjoint

C'est ainsi qu'une plateforme nationale est née et a vu la création de la convention de Macolin, convention du Conseil de l'Europe sur la manipulation des compétitions sportives, qui regroupe les plateformes antifraudes européennes. "Tout cela a généré un flux d'informations qui n'existait pas à l'époque. Aujourd'hui, l'information passe très vite et arrive où elle doit arriver", note le procureur adjoint.

Dernière nouvelle en date, la finalisation d'une note de priorité du parquet fédéral qui a reçu l'aval du Collège des procureurs généraux, expliquant que la justice doit regarder la fraude dans le sport sous l'angle de la criminalité organisée. Une note qui n'est pas qu'un trait de plume, car elle fixe un cadre et facilite l'accès à des enquêteurs spécialisés. "Le dossier Zéro et les autres sont des dossiers financiers qui empoisonnent le monde sportif et falsifient tout le championnat, bien plus qu'un match truqué", martèle Eric Bisschop. À l'heure où les commissions d'agents en Belgique représentent 13% des dépenses annuelles des clubs en 2020, l'opération mains propres est loin d'avoir tout nettoyé...

Le résumé

  • L'inculpation de Clifford Chance et des ex-dirigeants d'Anderlecht n'est qu'une infime partie des dossiers du parquet fédéral liés au football.
  • L'enquête policière dans le Footballgate est terminée. Il y a une cinquantaine d'inculpés.
  • Les dossiers sur des agents réputés comme Christophe Henrotay, Didier Frenay ou Patrick De Koster sont en cours. D'autres aboutissent, comme l'enquête sur le club de Mouscron.
  • Une note de priorité a sanctuarisé cette politique pénale décidée depuis de longues années.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés