Marc Coucke renforce son emprise sur Anderlecht

©Photo News

Le RSC Anderlecht a procédé à une augmentation de capital de 30 millions d’euros. A l’issue de l’opération, Marc Coucke amplifie sa mainmise sur les "Mauve et Blanc" alors que les filles de l’ancien président Roger Vanden Stock se voient diluées.

Les finances du Sporting d’Anderlecht alimentent les conversations depuis quelques semaines. D’abord parce que le club a terminé l’exercice 2017-2018 avec une perte nette de plus de 6 millions d’euros. Ensuite, parce que la semaine dernière, l’entourage de l’agent Mogi Bayat a fait circuler la rumeur selon laquelle le club était en difficulté financière suite au non-paiement par le club de commissions dues au célèbre agent de joueurs. Enfin parce que le club vient de réaliser une augmentation de capital de plus de 30 millions d'euros il y a quelques jours.

30
millions
C'est le montant injecté par la plupart des actionnaires du RSC Anderlecht pour renforcer son capital.

L’entrepreneur Marc Coucke, qui était devenu actionnaire majoritaire du Sporting fin 2017 a, selon nos informations, porté sa participation de 62% à 64%. Son allié lors de la reprise du club, l’homme d’affaires Joris Ide, n’a souscrit que partiellement à l’opération, si bien que sa position s'est légèrement diluée, passant de 12 à 10,3%. Ensemble, le tandem possède un peu plus de 74% des parts.

Dilution 

Les actionnaires minoritaires y ont également participé. Il s’agit de l'entrepreneur en bâtiments Johan Beerlandt (Besix), du comte Etienne Davignon et de son neveu Olivier, du milliardaire de la bière Alexandre Van Damme (AB-InBev), du directeur sportif Michael Verschueren et du directeur général Jo Van Biesbroeck. A l’exception de ce dernier, qui détient 1% des parts, les autres possèdent chacun un peu plus de 5% des actions.

Seules Claire et Julie Vanden Stock, les deux filles de l’ex-président Roger Vanden Stock, n’ont pas souscrit à l’augmentation de capital. Elles se voient donc diluées de 5 à 3,5%.

Renforcer le sportif

"Anderlecht n'est confronté à aucun problème financier."
Marc Coucke
Président d'Anderlecht

Le club entend investir le produit de l’augmentation de capital dans ses activités sportives, soit le renforcement de l’équipe première – qui en a bien besoin - et le développement de son école de jeunes qui a prouvé dans un passé récent son efficacité, plusieurs de ses talents ayant été intégrés cette saison en équipe A.

L’opération n’est, stricto sensu, pas liée directement à la licence professionnelle - pour le maintien de laquelle les clubs ont dû introduire leur dossier le 15 février dernier - mais il paraît clair qu’avec cette opération, les actionnaires veulent marquer leur confiance dans la pérennité du club.

Coucke monte au front

Lors de l’émission De Zevende Dag dimanche dernier sur la VRT, Marc Coucke a d’ailleurs martelé que "Anderlecht n'est confronté à aucun problème financier", réagissant au communiqué diffusé la semaine dernière par la société de Mogi Bayat dans lequel il était question de "précarité financière" d'Anderlecht. "On veut des éclaircissements concernant certaines factures qui nous paraissent bizarres afin de ne pas risquer d'être pointés du doigt comme complices. Il n'y a là rien d'anormal. D’ailleurs, de nombreux agents applaudissent cette mesure", a ajouté Marc Coucke, qui est aussi le président de la Pro League, en faisant allusion aux diverses affaires secouant le football belge.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés