analyse

MBH Management, le "couteau suisse" du footballeur investisseur

Bernard Hutlet, cofondateur de MBH Management, ambitionne d'accompagner les sportifs professionnels dans la gestion de leur patrimoine.

Un ancien banquier et un gestionnaire de family office ont lancé MBH Management, une structure d'accompagnement patrimonial pour sportifs professionnels. Objectif: professionnaliser la gestion des deniers de ces personnalités, rarement bien entourées à ce niveau.

C'est bien connu, les footballeurs gagnent des sommes parfois extravagantes aux yeux du commun des mortels. Même en Belgique. Une étude de Deloitte pour la Pro League publiée en juin 2019 montre que le salaire moyen d’un joueur évoluant dans un des 24 clubs professionnels belges est de 211.000 euros par an. Près de cinq fois plus que le salaire du Belge moyen. Mais certaines stars de notre championnat émargeraient à plus de 3 voire à 5 millions par an.

211.000 €
de salaire
Le footballeur professionnel actif en Belgique gagne en moyenne 211.000 euros par an, selon Deloitte. Mais certains empochent parfois plusieurs millions.

L’image veut qu’ils dépensent sans compter cet argent en voitures de luxe et autres vêtements de marques, négligeant une vision à long terme de leur patrimoine. "Les footballeurs sont très entourés, ils ont leur agent pour s’occuper de leur carrière, un homme à tout faire pour leur intendance quotidienne, un avocat pour gérer leurs problèmes fiscaux et juridiques, mais, paradoxalement, alors qu’ils gagnent beaucoup d’argent, c’est dans la gestion de leur patrimoine qu’ils sont souvent le plus mal entourés", observe Sébastien Ledure, avocat spécialisé en droit du sport au sein du cabinet Cresta. "Il y règne encore un certain amateurisme, les joueurs s’en remettant le plus souvent à des personnes de leur entourage qui, dans la plupart des cas, n’ont pas les compétences pour ce faire ou, pire, sont susceptibles d’entraîner des conflits d’intérêts."

Clientèle captive

Ce sont pourtant des clientèles captives pour le monde de la finance, comme par exemple, les départements de wealth management des banques. Commencent aussi à apparaître des structures spécialisées autour de cet univers particulier qu’est le sport professionnel. On a déjà évoqué dans ces pages le cas du gestionnaire de fortune Creutz & Partners créé par le Belge Marcel Creutz et basé à Luxembourg. Il est, entre autres, en charge du patrimoine de plusieurs joueurs du championnat allemand, la prestigieuse Bundesliga. 

Un autre Belge, lui aussi actif à Luxembourg, Bernard Hutlet, s’est récemment lancé dans le créneau, même s’il ne limite pas son champ d’action aux seuls sportifs mais aussi aux artistes et autres personnes fortunées. Avec un de ses anciens clients, Marc Bauduin, gestionnaire d’un family office, Bernard Hutlet a créé l’automne dernier la société MBH Management. Passionné de sport et de foot en particulier, ce Gaumais a passé plus de trente ans à la BIL (Banque d’Investissement du Luxembourg). Pendant neuf ans, il y a développé une niche dans le "sport concept", proposant un accompagnement patrimonial pour sportifs professionnels avec l’objectif premier de les protéger: footballeurs, tennisman, cyclistes… Lesquels? Mystère: l’homme se réfugie derrière la confidentialité des affaires. 

Chef d'orchestre

Désormais à la tête de sa propre structure, il se présente comme un chef d’orchestre, proposant trois types de services, complémentaires, "afin", résume-t-il, "de permettre au sportif de ne plus s’occuper que de son métier".

Il y a d’abord l’ingénierie patrimoniale, en faisant appel à des spécialistes du secteur bancaire de la gestion d’actifs, de l’administration de fonds, de l’immobilier, de l’assurance vie et des aspects juridiques et fiscaux. "De manière tout à fait indépendante car il est très important de développer avec le sportif, qui n’y connait généralement pas grand-chose, une relation de confiance", souligne-t-il. "Il faut qu’il diversifie ses investissements et ne mette pas tous ses œufs dans le même panier, comme c’est souvent le cas, généralement par manque d’expérience." Bernard Hutlet met notamment en avant les avantages de la "portabilité" de l’assurance vie luxembourgeoise qui permet, par exemple, au footballeur qui serait transféré dans des clubs de différents pays de bénéficier des mêmes avantages – sans "frottement fiscal" comme on dit – partout où il joue.

"Il faut que le sportif professionnel diversifie ses investissements et ne mette pas tous ses œufs dans le même panier, comme c’est souvent le cas, généralement par manque d’expérience."
Bernard Hutlet
cofondateur de MBH Management

Le deuxième type de service proposé est la mise en relation des sportifs avec des sociétés de luxe afin de valoriser leur droit à l’image au travers d’actions marketing pour les marques, mais aussi avec des investisseurs divers. Quant à la gestion patrimoniale de leurs droits à l’image, celle-ci est bien évidemment également assurée par les fondateurs de MBH Management.

Le troisième est la conciergerie de luxe. Bernard Hutlet et Marc Bauduin proposent à leurs clients de les accompagner dans leurs projets de déplacement en aviation d’affaires (réservations de vol, propriété unique ou partagée) ainsi que dans le segment des véhicules de luxe. Ce sont aussi deux domaines qui "parlent" généralement aux footballeurs. Il y a quelques années, l’ex-entraîneur de l’équipe nationale de football Marc Wilmots a ainsi investi, sans succès, dans la compagnie d’aviation d’affaires Yellow, tandis que le Diable rouge Axel Witsel a acquis des parts dans la compagnie LindSky.

Les conséquences de la crise

Pour approcher les joueurs, les fondateurs de MBH Management sont occupés à tisser un réseau de relations auprès de leur entourage direct (agents, clubs, intermédiaires…) mettant en avant leur expérience dans le domaine. Pas plus tard que cette semaine, Bernard Hutlet a ainsi pris contact avec Sporta, le syndicat des joueurs de football évoluant en Belgique, pour réfléchir à une collaboration afin de mieux encadrer les footballeurs professionnels, surtout en temps de crise comme aujourd’hui.

"Beaucoup de footballeurs professionnels se plaignent de ne pas bénéficier d'un accompagnement patrimonial approprié."
Bernard Hutlet

"Beaucoup se plaignent en effet de ne pas bénéficier d'un accompagnement patrimonial approprié", souligne Bernard Hutlet. "En France, par exemple, l’UNFP (l’équivalent français de Sporta, NDLR) s’appuie sur une section spécialisée en la matière. Or, vu le pourcentage élevé de footballeurs ruinés après une carrière dans un contexte social et économique stable, je n’ose imaginer les dégâts que cette crise va engendrer."

Quant à connaitre l’identité des joueurs qu’il cible, Bernard Hutlet préfère une fois encore jouer la carte de la discrétion. Et le fait qu’il nous ait fixé rendez-vous dans un établissement (c’était comme il se doit avant le confinement…) situé à quelque centaines de mètres du stade du Sporting de Charleroi n’est pas forcément lié – assure-t-il – avec son business… 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés