Publicité

Mehdi Bayat ne rempilera pas comme président de l'Union belge de football

©Photo News

Le CEO du Sporting de Charleroi quittera ses fonctions de président de l'Union belge lors de l'assemblée générale prévue le 5 juin prochain.

Clap de fin pour Mehdi Bayat à la tête de l'Union belge de football (URBSFA). À peine deux ans après avoir succédé à Gérard Linard, le fringant quadragénaire cédera la présidence de la fédération au cours de l'assemblée générale du 5 juin prochain. Un nouveau conseil d'administration, réduit à dix membres avec deux administrateurs indépendants, sera nommé à cette occasion. Mehdi Bayat a indiqué qu'il ne sera pas dans les bagages des Diables pour le championnat d'Europe qui démarre dans une quinzaine de jours.

"Je dois être plus présent à Charleroi et ce, dès maintenant. Je vais me consacrer à 100% à Charleroi et me concentrer sur ma ville, mon club."
Mehdi Bayat
Futur ex-président de l'Union belge de football

Également CEO du Sporting de Charleroi, il a annoncé sa décision au cours de la présentation du nouvel entraîneur des Zèbres, Edward Still. "Je me recentrerai sur le Sporting", a-t-il déclaré. "Je dois être plus présent à Charleroi et ce, dès maintenant. Je vais me consacrer à 100% à Charleroi et me concentrer sur ma ville, mon club."

Mehdi Bayat avait été nommé président de l'URBSFA un an après une Coupe du monde faste qui avait vu les Diables rouges terminer sur la troisième marche du podium, un résultat historique pour la Belgique. Durant toute la durée de son mandat, l'équipe nationale a trôné au sommet du classement de la FIFA.

Apôtre du football féminin

Mehdi Bayat peut se targuer d'avoir donné un grand coup d'accélérateur au développement du football féminin en Belgique. La Super League, soit la dénomination officielle du championnat féminin, a gagné en visibilité tandis que les Red Flames, le pendant féminin des Diables rouges, sont en progression constante depuis plusieurs années. Symbole de cette ambition, la Belgique s'est portée candidate avec les Pays-Bas et l'Allemagne pour l'organisation de la Coupe du monde féminine de football 2027.

L'accueil d'un tel événement nécessitera cependant la construction d'un nouveau stade national, le Stade Roi Baudouin étant obsolète pour les compétitions de très haut niveau depuis plusieurs années. Alors que Bruxelles devait accueillir quatre matchs de l'Euro 2020, de mesquines bisbilles politiques et communautaires face auxquelles le président était impuissant ont eu raison du projet, repoussant une fois de plus l'édification d'un écrin moderne digne des performances de nos sportifs professionnels.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés