Quand la pétanque devient plus belge que provençale

Patrick Neuville, créateur du concept Boogle, a fait entrer la pétanque dans des dizaines de maisons de repos. ©Valentin Bianchi / Hans Lucas

Passionné de pétanque, le Verviétois Patrick Neuville était déjà à l'origine de différents trophées. Avec Boogle, il fait rentrer ce sport dans nos salons.

Ici, le pastis ne coule pas à flots et les grillons ne nous honorent pas de leur chant. Et pourtant avec Boogle, Verviers se dote des parfums de la Provence, des accents de Marcel Pagnol avec son "tu pointes ou tu tires?", du bruit d'une boule de pétanque dégommant une autre.

Patrick Neuville est tombé dans la marmite à l'adolescence. Au fond d'un petit village du sud de la France, il s'intègre alors dans un groupe de joueurs de pétanque. "En jouant aux boules, on rencontre des gens. C'est ludique, convivial."

Cet esprit ne le quittera pas, si bien que lorsqu'un diplôme de psychologie en poche, il ouvre un bureau de recrutement et de consultance en Ressources humaines, il fait de la pétanque un outil de communication.

Histoire de famille

De fil en aiguille, le sport s'impose à lui. Tout commence par l'organisation de différents trophées de pétanque.

Au cours d'un de ces événements, il rencontre Jean-Pierre Albertini. Le Carpentrassien n'a de cesse de lui parler de ses boules en PVC. "Je trouvais le concept attrayant, mais je ne voulais pas devenir un vendeur de boules. J'ai donc commencé à réfléchir à un concept plus global."

L'idée de créer des terrains de pétanque démontables pouvant se placer tant à l'intérieur qu'à l'extérieur naît.  Jean-Luc Minette, son beau-frère menuisier, crée un prototype.

 "Notre terrain est constitué d’un encadrement en bois ou en acier patiné et d’un gazon artificiel, fabriqué à Gand, qui permet à la boule de suffisamment rouler."

150.00
euros
Pour lancer Boogle, un capital de 150.000 euros est constitué avec la promesse des nouveaux actionnaires d'une nouvelle enveloppe d'un montant équivalent si besoin.

Des particuliers financent le projet. Un capital de 150.000 euros est constitué avec la promesse des nouveaux actionnaires d'une nouvelle enveloppe d'un montant équivalent si besoin.

Boogle est placé sur les fonts baptismaux. Son ambition: conquérir les entreprises, les hôtels, et pourquoi pas les croisiéristes.

Coup de boost inattendu

Très vite les demandes affluent après l'exposition de la première piste à la conférence de presse du trophée de pétanque.

Fin 2019, le Belgiam Football Center commande une piste pour l'installer dans son centre de formation de Tubize. À Spa, un hôtel équipe son rooftop. Des hôpitaux et des maisons de repos affichent aussi leur intérêt.

Mais la pandémie coupe la jeune pousse dans ses élans, jusqu'à ce coup fil de RTL Belgique proposant un émission spéciale au cours de laquelle Boogle offre un terrain à une maison de repos.

"L'opération sur RTL a permis de vendre 130 pistes entre les mois de juin et août."
Patrick Neuville
Fondateur de Boogle

Un heureux donateur transformera ce cadeau en 25 pistes pour les maisons de repos. "L'opération sur RTL a permis de vendre 130 pistes entre les mois de juin et août." Depuis septembre, 52 ventes se sont ajoutées et 14 commandes, principalement au sein de milieux hospitaliers, de maisons de repos et de centres pour personnes handicapées.

"S'est alors posée la question de la fabrication, puisque nous travaillons toujours de façon artisanale et en famille." Pour préserver ce caractère artisanal, Patrick Neuville envisage une collaboration avec des ateliers protégés.

Un avenir prometteur

Il continue aussi de réfléchir au concept. Un terrain en aluminium a été dessiné, offrant le choix des couleurs de l'encadrement. Un terrain destiné aux particuliers est en réflexion. Vendu exclusivement par le net et donc sans intermédiaire, le prix pourrait avoisiner les 500 euros contre les 3.000 euros (HTVA) des terrains actuels.

Enfin, Patrick Neuville travaille avec un consultant à la possibilité de produire ses propres boules pour être moins tributaire des aléas de la livraison. L'idée serait de rester sur du PVC, mais recyclé ou bio.

Du côté de la commercialisation, Boogle vient de se trouver un distributeur en Flandre. La prochaine étape sera donc l'exportation, même si la France compte déjà quelques terrains Boogle sur son territoire et que l'Hôtel Plaza à Paris semble aussi séduit.

Showroom de la marque, la Boogle House offre aussi un lieu de rassemblement pour hommes d'affaires et se transforme le week-end en lieu de loisirs pour les familles avec une offre de restauration.

Patrick Neuville vise plus grand. En mai prochain, il se rendra au salon de l’hôtellerie de Dubaï, où quelque 170 établissements sont en construction.

Une Boogle House

Une Boogle House vient enfin de voir le jour à Herve. Le site est équipé de 5 terrains indoor et 2 terrains outdoor. Désormais qualifiée de showroom de la marque, cette maison offre aussi un lieu de rassemblement pour hommes d'affaires et se transforme le week-end en lieu de loisirs pour les familles avec une offre de restauration.

"On réfléchit à une franchise de la Boogle House, notamment pour les futurs distributeurs de la marque", indique Patrick Neuville.

Avec tous ces projets et ces développements, Boogle devra passer par un renforcement de la trésorerie. "Reste à savoir si on demande un prêt bancaire ou si on se tourne vers nos actionnaires."

www.boogle.eu

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés