Publicité
Publicité

Quand Ocon gagne sur le circuit, Alpine jubile en dehors

Le Français Esteban Ocon a remporté ce dimanche le Grand prix de Hongrie. ©Photo News

Arrivée cette année dans les paddocks, Alpine a de jolies ambitions en Formule 1. L'intérêt de la marque française se situe toutefois hors des circuits.

Les exploits sportifs inattendus n'ont pas lieu qu'à Tokyo. Ce week-end, la révélation est venue du circuit de Hongrie. Le Français Esteban Ocon a gagné son premier Grand Prix en Formule 1. L'année dernière, Pierre Gasly, un autre pilote de l'Hexagone, avait également remporté sa première victoire. Mais avant ce dernier, il fallait remonter à 1996 pour retrouver un Français sur la première marche du podium. La victoire de ce dimanche est encore plus savoureuse pour nos voisins vu que c'est un bolide français que pilote Esteban Ocon: il roule pour l'écurie Alpine.

Lancée cette année, la célèbre marque de voitures de sport a repris la place laissée vacante par Renault, qui était revenu sur le circuit depuis 2016. Dans les faits toutefois, il s'agit plus d'une vraie stratégie marketing que d'une simple reprise. Alpine a été lancée en 1955. La marque au losange en est devenue l'actionnaire majoritaire dans les années 1970 avant d'en devenir l'unique propriétaire. À la grande époque, la marque sortait un bon millier d'exemplaires par an, avant de s'éteindre en 1995. Après deux bonnes décennies d'hibernation, la marque a fait son retour fin 2017.

Campagne marketing géante

Si la marque est iconique et dans le cœur de beaucoup de fans de moteurs français, il était nécessaire de la remettre au goût du jour et convaincre les jeunes générations. Comment? Pour Luca de Meo, le patron de Renault, cela passe par une bonne dose de visibilité. Et pour toucher un maximum de monde, la Formule 1 est la discipline idéale. La décision a donc été prise de mettre fin à l'écurie Renault à la fin de la saison dernière pour la remplacer par Alpine. Dans les faits, l'Alpine A521 n'est rien d'autre qu'une évolution de la Renault R.S.20, la voiture utilisée l'an dernier sur les circuits. Sous le capot, Renault est d'ailleurs toujours à la manette en fournissant son moteur.

"Nous avons une augmentation de 70 % des demandes de renseignements autour de la marque et les ventes ne sont pas loin de suivre la même tendance."
Laurent Rossi
CEO d'Alpine

Au-devant de la scène, Alpine nourrit de grandes ambitions. L'une d'elles serait notamment de toucher de nouveaux marchés et particulièrement celui de l'empire du Milieu. Renault n'y est aujourd'hui plus actif. Selon le journal français les Echos, s'attaquer au marché via Alpine serait d'ailleurs une stratégie plus qu'envisagée. Mais il faut d'abord s'y faire connaître. Tout semble donc pensé dans ce sens. À commencer par le choix des pilotes. À côté du Français, Alpine a fait revenir la star un peu vieillissante Fernando Alonso. L'Espagnol qui a remporté ses deux titres avec Renault a effectué son retour cette année. Au-delà de son rôle derrière le volant et de mentor pour le jeune Ocon, c'est aussi sa popularité et son histoire qui intéressaient les dirigeants d'Alpine. Très populaire, Alonso joue un rôle essentiel dans la communication de la marque.

Sortie réussie

Le coup de pub géant semble porter ses fruits. "Nous avons une augmentation de 70% des demandes de renseignements autour de la marque et les ventes ne sont pas loin de suivre la même tendance", a notamment déclaré  Laurent Rossi, le CEO d'Alpine, à la BBC l'été dernier. "Nous sommes donc sur une très bonne trajectoire." La victoire de ce dimanche devrait encore faire grimper l'engouement.

La transition réussie vers Alpine est même un coup double. En s'éclipsant des écrans des fans de sport du dimanche, Renault sort avec les honneurs du sport de référence. Si elle fait rêver les fans de belles mécaniques, la Formule 1, synonyme de vitesse, ne correspond plus vraiment à l'image que tentent d'afficher les marques grand public. Voir des McLaren, Aston Martin, Ferrari ou Mercedes AMG lutter pour le titre de la voiture la plus rapide a du sens. C'était de moins en moins le cas pour Renault.

Le résumé

  • Esteban Ocon a gagné ce dimanche son premier GP de F1.
  • La nouvelle est surtout excellente pour Alpine.
  • La marque française utilise la F1 comme une campagne marketing.
  • L'ambition est de relancer la marque partout dans le monde.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés