Résultats records pour Charleroi malgré le Covid

Face à la baisse des revenus du ticketing, Mehdi Bayat, administrateur-délégué du Sporting de Charleroi, a été plus actif sur le marché des transferts sortants.

Avant sa publication officielle, Mehdi Bayat présente les grandes lignes du bilan carolo pour la saison 2019-2020. Malgré les mesures prises dès le mois de mars, le club zébré n’a jamais atteint de tels résultats financiers.

Il y a sept mois, Mehdi Bayat exposait fièrement son bilan pour la saison écoulée. Les chiffres affichés avaient effectivement fière allure. 25,7 millions de chiffre d’affaires pour un bénéfice à reporter de 3,1 millions d’euros. Les résultats plaçaient le Sporting de Charleroi comme le meilleur élève francophone au niveau comptable. Depuis, un vilain virus a largement chamboulé la donne. La Pro League l’a confirmé la semaine dernière. Entre mars et septembre, les clubs de D1 ont vu leurs revenus fondre de 50% par rapport à la même période en 2019.

Transfert dicté par le covid

Le bilan de la saison 2019-2020, touchée depuis mars par les mesures sanitaires, s’annonçait donc franchement gris. Mehdi Bayat garde pourtant le sourire. Il faudra encore attendre quelques jours pour consulter l’ensemble des chiffres mais les principales lignes de son bilan sont largement positives. Le chiffre d’affaires dépasse pour la première fois les 30 millions d’euros tandis que le bénéfice après impôt grimpe à 5,5 millions d’euros. Un record pour le club.

"Nous sommes presque gênés de présenter de tels résultats en année Covid", explique-t-il. Dans le quatuor magique des recettes d’un club (ticketing, droits télévisés, sponsors et vente de joueurs), l’impact du virus est pourtant bien visible. "Nous avons été touchés sur le ticketing, il a donc fallu ajuster ailleurs pour garder l’équilibre", précise Mehdi Bayat. Cela s’est fait du côté des revenus du transfert. Le patron des lieux l’admet, certains choix lors du dernier mercato ont été poussés par la situation. "J’aurais par exemple aimé garder un joueur comme Nurio plus longtemps (transféré pour six millions d'euros hors bonus à Gand, NDLR). Mais sans ce transfert, le bilan serait tout autre".

"On a chiffré les pertes entre 200.000 et 300.000 euros par match.Cette saison sera un désastre pour tous les clubs."
Mehdi Bayat
Administrateur-délégué du Sporting de Charleroi (RCSC)

Le virus a également la particularité de toucher différemment les finances de chaque club. "Avec 27.000 abonnés qu’il faudra compenser d’une manière ou d’une autre, le club de Bruges ne vit pas la même situation que nous et nos 5.000 abonnés. C’est la manière positive de voir la situation. On peut aussi se dire qu’il est certain qu’avec nos résultats on aurait eu des travées pleines. On rate des recettes importantes. On a chiffré les pertes entre 200.000 et 300.000 euros par match. Au final, ce seront quelques millions qu’il faudra compenser à la fin." La saison actuelle s’annonce donc encore plus compliquée à gérer. "Depuis le début de la saison, hormis deux matchs, nous n’avons eu personne dans le stade. Cette saison sera un désastre pour tous les clubs."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés