Tir de barrage politique contre la Super League

L'initiative des grands clubs européens pour se tailler une compétition à leur échelle suscite la colère des politiques. ©REUTERS

Des responsables politiques au plus haut niveau dénoncent le projet de Super League, jugé contraire aux intérêts des supporters, voire aux valeurs européennes.

Le projet de Super League européenne, réunissant seulement les meilleurs clubs de football, a provoqué de vives réactions jusqu’au plus haut niveau politique. À Paris, l’Élysée a dénoncé un projet "menaçant le principe de solidarité et le mérite sportif" et a salué la position des clubs français de refuser d'y participer. À Londres, le Premier ministre britannique a fait savoir qu'il tentera d'empêcher le projet, estimant que ce n'est une bonne nouvelle ni pour les fans ni pour le football. "Nous allons voir tout ce que nous pouvons faire [...] pour nous assurer que ça n'avance pas dans la direction proposée", a-t-il assuré.

"Les États-Unis ont un autre ADN: nous avons un modèle européen, qui dit que ce ne sont pas les plus riches qui doivent jouer."
Jean-Michel Dewaele
Politologue (ULB)

Même la Commission européenne est sortie de la réserve à laquelle elle s’astreint d’ordinaire face aux décisions d’acteurs privés. "Nous devons défendre un modèle européen du sport fondé sur des valeurs, basé sur la diversité et l'inclusion. Il n'y a pas lieu de le réserver aux quelques clubs riches et puissants qui veulent rompre les liens", a estimé dans un tweet Margaritis Schinas, vice-président de la Commission.

ADN européen

Pour Jean-Michel Dewaele, politologue à l'ULB, ces réactions sont à la mesure de l'enjeu politique du sujet pour l'Europe. "Le football nous dit quelque chose sur le modèle de société dans lequel on est", souligne-t-il. Les instigateurs du projet de Super League s'inspirent du modèle des grandes ligues américaines. Or "les États-Unis ont un autre ADN: nous avons un modèle européen, qui dit que ce ne sont pas les plus riches qui doivent jouer, qu’il faut avoir mérité sa place", indique-t-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés