Un ballon d'oxygène de 25 millions d'euros pour le RSC Anderlecht

Après le renouveau footbalistique mené par Vincent Kompany, Marc Coucke doit mener à bien le redressement des finances. ©Photo News

Une nouvelle augmentation de capital est programmée pour le club entraîné par Vincent Kompany.

Sportivement, le RSC Anderlecht a repris du poil de la bête, après sa qualification inespérée il y a quelques semaines encore pour les Playoffs. Financièrement aussi, le club le plus titré du Royaume a besoin d'un sérieux coup de fouet. Le club est virtuellement en faillite avec une dette abyssale de 116,7 millions d'euros.

Après un an de blocage en raison d'un désaccord profond entre le camp de Marc Coucke, ex-président, mais toujours propriétaire du club, et les petits actionnaires historiques que sont les Verschueren et les Vanden Stock, le conseil d'administration est parvenu à un accord ce mercredi soir.

63
millions d'euros
Le RSC Anderlecht a essuyé une perte cumulée de 63 millions d'euros au cours des deux dernières saisons.

La solution se dessine en deux temps pour le club bruxellois. Dans un premier temps, Marc Coucke va avaler les pertes en convertissant des prêts en capitaux. Concrètement, cela signifie qu'il annule ses créances sur le club pour les transformer en actions. Le montant converti n'est cependant pas précisé.

Dans un second temps, les actionnaires vont procéder à une injection de 25 millions d'euros de capitaux frais. Ce montant sera en partie assumé par les actionnaires actuels. Le reste sera très probablement amené par de nouveaux investisseurs, même si l'on n'en sait pas plus à ce stade.

Une marge pour les transferts

Marc Coucke demeurera l'actionnaire principal du club, mais cette position a un prix. Le milliardaire ne reverra jamais les montants qu'il a prêtés au Sporting. Il doit dès lors tout mettre en œuvre pour que le RSCA retrouve son statut de premier club du pays, aujourd'hui assumé par le Club de Bruges, afin que celui-ci prenne de la valeur.

Cet accord met fin à une période agitée au sein du conseil d'administration. Les actionnaires majoritaires Marc Coucke et son partenaire Joris Ide (qui détiennent 74,3% des parts ensemble) ont mis la pression sur le président Wouter Vandenhaute afin de trouver une solution.

Les petits actionnaires refusaient de voir leur participation réduite à néant et entendaient garder un certain contrôle sur le club. Ils désiraient encore moins remettre la main au portefeuille afin de conserver leurs parts, alors que les lourdes pertes essuyées ces deux dernières saisons (63 millions d'euros) l'ont été sous la férule de Marc Coucke.

Avec cette bouée de sauvetage, la direction technique espère gagner de l'impact sur le marché des transferts. Le directeur sportif Peter Verbeke espère obtenir une marge pour réaliser des acquisitions qualitatives, même si son objectif principal est de conserver son noyau actuel tout en vendant les joueurs excédentaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés