Un nouveau stade brugeois dès 2022

Le projet d'un nouveau stade à Bruges est largement sous-budgété pour l'instant. ©Clubbrugge

Le FC Bruges veut s’offrir un nouveau stade lui aussi. Selon Dirk de Fauw, le bourgmestre de Bruges, il sera un des plus beaux d’Europe… à défaut d’être un des plus grands.

Bart Verhaeghe, le bouillonnant président du FC Bruges, n’a pas l’habitude de faire les choses à moitié. "Son" stade sera donc, il le promet déjà, un des plus beaux d'Europe. Resté sur un échec cuisant à Machelen, avec son méga-projet de complexe mixte de loisirs Uplace, progressivement rétréci puis avorté récemment, le patron flamand veut redorer son blason immobilier.

"Ce stade sera le plus beau de Belgique, peut-être même d'Europe!"
Dirk De Fauw
Bougmestre de Bruges

Il y a 20 ans, il avait défrayé la chronique en devenant très rapidement un des acteurs incontournables sur l’échiquier européen du secteur immobilier logistique avec sa société Eurinpro (groupe Verelst), revendue 400 millions d’euros dès 2006 au ténor australien du secteur, Macquarie Goodman.

Objectif 2022-2023

Aujourd’hui, alors que le club de foot n’affiche pas une forme olympique sur son terrain confiné, l’homme d’affaire, également président d’Itinera Institute, annonce vouloir développer en lieu et place de l’enceinte actuelle, obsolète et dépassée, un tout nouveau stade. Le projet, sous-budgété pour l’instant, devrait sans doute atteindre au final 100 millions d’euros. L’objectif est d’offrir à 40.000 supporters potentiels un nouvel écrin dès la saison 2022-2023, soit 10.000 places de plus que dans l'ancien stade, qui sera détruit et végétalisé.

C'est le bureau d'architectes parisien SCAU, aux commandes de la rénovation du stade Vélodrome de Marseille, qui en dessinera les contours, aux côtés de ses partenaires réunis au sein de l'association momentanée qui a emporté le marché de conception (SCAU/Bollinger) et construction (Grohmann Engineering/Alheembouw/Cordeel). L'ensemble sera notamment drapé par un type spécial de revêtement textile perforé très résistant conçu par le groupe Sioen Industrie.

Le bourgmestre de Bruges Dirk De Fauw (au centre) et Bart Verhaeghe lors de la présentation publique du futur projet. ©ClubBrugge

Le président du club a justifié ce timing serré en confirmant la semaine dernière, de concert avec les autorités publiques locales, que les plans et programmes retouchés avaient été diffusés par véidé-conférence aux premiers intéressés, les riverains du futur stade, qui disposent d’un délai de 15 jours pour faire part de leurs remarques.

Dans un écrin de verdure

"Dès cet automne, nous finaliserons notre demande de permis et introduirons son volet environnemental au printemps prochain", confiait Bart Verhaeghe, en ajoutant vouloir marier un projet expérimental footballistique optimal et le tissu résidentiel existant via une nouvelle enceinte verte.

À cet effet, un parc agrémenté d’étangs et accessible aux résidents locaux, en dehors des moments de match, sera construit autour du stade. Ce qui a déjà fait réagir favorablement le maire de Bruges Dirk de Fauw (CD&V) qui soutient le projet et n’hésite pas lui-même à claironner que sa ville accueillera d’ici peu "le plus beau stade de Belgique, peut-être même d'Europe".

©ClubBrugge

Travaux dès l’été prochain

Fort de ce soutien, le président Verhaeghe, coutumier des développements immobiliers menés tambour battant, souhaite entamer les travaux dès l’été 2021. Parmi les premiers points forts du futur stade, on note une proximité renforcée "à l’anglaise" des supporters avec les joueurs et une tribune pouvant accueillir 12.000 fans calquée sur le fameux "mur jaune" de Dortmund.

Sur le volet commercial, le projet actuel intègre également un parking VIP de 1.600 places, 5.000 places d’affaires, 40 "sky boxes", et bien sûr une boutique et un musée.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés