Une perte record plonge Anderlecht dans une nouvelle crise

Vincent Kompany, entraîneur d'Anderlecht ©BELGA

Le club de football d'Anderlecht a enregistré une perte colossale de 36 millions d'euros sur la saison 2019-2020. Johan Beerlandt, CEO de Besix et administrateur historique du club donne sa démission.

La crise du coronavirus fait particulièrement mal au Sporting d'Anderlecht. Le club de la capitale a en effet enregistré sur la saison dernière une très lourde perte de 36 millions d'euros. Les actionnaires du club voteront sur la survie ou non du RSCA lors d'une assemblée générale la semaine prochaine. La loi l'exige car les capitaux propres du club sont tombés en négatif.

Les flux de trésorerie sont suffisants pour permettre au club de continuer à fonctionner dans les mois à venir.

Rassurons toutefois les supporters: le club est en grosses difficultés mais ne fera pas faillite. Malgré un profond gouffre financier, Anderlecht a toujours le soutien de ses riches propriétaires. Par intérêt personnel bien compris, ils n'ont aucun avantage à laisser le club passer par-dessus bord. Anderlecht est trop grand pour disparaître. Les flux de trésorerie sont suffisants pour permettre au club de continuer à fonctionner dans les mois à venir.

Mais à plus long terme, une solution est nécessaire pour sortir le club du marasme financier. Sinon, les mauves risquent de se retrouver dans un cercle vicieux de pertes records, auquel ils tendent déjà pour la troisième année consécutive. Le club doit absorber les pertes et réduire les dettes - près de 100 millions - afin de pouvoir redémarrer. Après cela, il pourra à nouveau envisager de gagner des prix grâce à une augmentation de capital. Il faudra apporter suffisamment d'argent pour donner un coup de fouet au moteur de profit et relancer un club bien mal en point.

Retrait de Johan Beerlandt

Cette AG décisive intervient alors que des dissensions apparraissent au grand jour au sein du management et du Conseil d'administration. Johan Beerlandt, représentant de Besix au conseil d'administration du club a remis sa démission ce vendredi.

Johan Beerlandt a expliqué cette décision dans un communiqué. Le CEO de l'entreprise de construction Besix dénonce "les décisions unilatérales d'une gestion dictatoriale inacceptable" en référence au propriétaire du RSCA, Marc Coucke. "En tant que fan inconditionnel et loyal du Royal Sporting Club Anderlecht, il ne m'est plus possible de rester membre de son conseil d'administration, un conseil au sein duquel seules les décisions de l'actionnaire majoritaire doivent être entérinées sans dialogue entre parties. C'est là un conseil d'administration dans lequel je ne puis participer de façon constructive, et dans lequel je ne veux donc pas rester", déclare Beerlandt.

"De plus, les décisions unilatérales d'une gestion dictatoriale inacceptable étant désormais utilisées pour faire porter à tous les actionnaires, y compris à moi-même, la responsabilité de la situation financière dramatique et de la vente forcée de joueurs essentiels, alors il n'y a rien d'autre que je ne puisse faire si ce n'est de me retirer en tant qu'administrateur." "Je refuse de porter la moindre responsabilité ou participation dans la chute financière et sportive du Club, ni dans la décision de monétiser rapidement des joueurs de haut niveau."

Beerlandt rappelle en outre qu'en décembre 2017, il était aussi co-candidat acquéreur du club, mais qu'il est resté administrateur malgré le fait que son offre ait été évincée. "La façon dont la gestion a été menée ces derniers temps m'a décidé à remettre mon mandat d'administrateur. Je suis et reste cependant un fervent fan du RSCA.", conclut Johan Beerlandt.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés