"Une princesse comme ambassadrice? On ne peut pas rêver mieux!"

L'entrepreneuse Camille Liebaert avait offert à la Princesse Élisabeth un legging de sport RectoVerso lors du lancement de la marque. Suite à la publication de cette photo, les commandes sur le site de la marque ont explosé. ©BELGA_HANDOUT

Une photo de la princesse Elisabeth portant un pantalon RectoVerso a provoqué une véritable ruée sur la jeune marque de vêtements de sport de Camille Liebaert (27 ans). Un coup de pouce pour cette entreprise textile familiale fortement touchée par la crise du coronavirus. La jeune entrepreneuse fait partie de la cinquième génération.

Camille Liebaert est presque tombée de sa chaise mercredi en découvrant dans les journaux la photo de la princesse héritière Élisabeth, en train de faire un jogging avec un pantalon de sa marque RectoVerso. En vue de son entrée à l’École Royal Militaire, la princesse portait le pantalon de jogging que lui avait offert la jeune entrepreneuse lors du lancement de sa marque de vêtements de sport. La jeune femme a lancé la marque il y a un peu plus d’un an avec son père, dans le giron de l’entreprise familiale Liebaert, vieille de 133 ans.

Épuisé 

"Aujourd’hui, notre site internet explose", réagit la jeune Camille Liebaert au téléphone. "Je pense que nous avons vendu deux fois plus qu’une journée ordinaire, même si le pantalon porté par la princesse date de la dernière collection et est épuisé. Au début de l’année, nous avons lancé avec succès notre deuxième collection. C’est peut-être un peu cynique, mais je dois reconnaître que le confinement fut une aubaine pour notre marque."

"Nous avions déjà lancé une campagne de marketing avec des athlètes connus, comme la gymnaste Nina Derwael, en tant qu’ambassadeurs. Par ailleurs, je pense que la campagne 'J’achète belge' nous a également aidés. Et pendant le confinement, beaucoup de citoyens se sont mis au sport. Mais cette photo est bien entendu la cerise sur le gâteau. Une princesse comme ambassadrice, on ne peut pas rêver mieux."

"Je pense que nous avons vendu deux fois plus qu’une journée ordinaire, même si le pantalon porté par la princesse date de la dernière collection et est épuisé."
Camille Liebaert
Brand Manager de RectoVerso

L’entreprise familiale a cependant payé un lourd tribut à la crise du coronavirus. De nombreux producteurs de vêtements, dont la société de lingerie Van de Velde, à laquelle elle fournit des tissus élastiques et des bretelles, ont été obligés de revoir leurs commandes à la baisse ces dernières semaines. "Ce type de textile représente près de 95% du chiffre d’affaires total de la société."

Cinq générations 

L’entreprise familiale Liebaert qui se trouve derrière RectoVerso existe depuis cinq générations. Le trisaïeul de Camille Liebaert a fondé à Deinze un atelier de corsetterie et de bretelles. Au fil des années, l’entreprise a évolué pour devenir un important fournisseur du secteur de la lingerie. Elle produit depuis des années des tissus élastiques et des bretelles pour Marks & Spencer.

"Nous avions déjà lancé une campagne de marketing avec des athlètes connus, comme la gymnaste Nina Derwael, en tant qu’ambassadeurs."
Camille Liebaert
Brand Manager de RectoVerso

L’idée de lancer une marque de vêtements de sport est née il y a un peu moins de deux ans dans le cadre d’un projet avec l’Université de Gand dont l’objectif était d’améliorer les performances des sportifs, de réduire les blessures et de permettre une récupération plus rapide. Elle a conduit à la création d’un petit atelier de confection de leggings.

"Mon père a alors demandé à une de nos stylistes de créer à titre expérimental une première collection avec notre tissu Nano Stitch Air. Il s’agit d’un tricot fin, très respirant, et qui sèche rapidement. Il est produit par des machines conçues par notre entreprise. Il avait également besoin de quelqu’un pour parachever la collection et la commercialiser. J’ai proposé de m’en occuper."

Ingénieure commerciale 

Même si Camille Liebaert a fait des études d’ingénieur commercial, elle a très vite compris qu’elle était aussi créative. "J’ai étudié le graphisme à l’école du soir, ainsi que la photographie et le design d’intérieur. Aujourd’hui, je travaille aussi aux collections de RectoVerso, même si elles sont nées grâce à l’input de toute la famille et de nombreux collaborateurs de notre entreprise."

Pour l'heure, la marque RectoVerso ne permet toutefois pas de compenser la perte de chiffre d’affaires de la maison mère – Liebaert préfère ne pas donner de détails – "Mais qui sait? Peut-être un jour?", conclut la jeune entrepreneuse en riant.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés