portrait

Vanhaezebrouck signe à Anderlecht

Anderlecht a son nouvel entraîneur. Hein Vanhaezebrouck, l'homme qui personnifie le succès du business plan de la Gantoise, pose ses valises à Neerpeede pour un sacré challenge.

Dans le football moderne, il y a "anciens joueurs" et "anciens joueurs". Ceux qui, à la fin de leur carrière, sortent du monde du football et ceux qui y restent. Hein Vanhaezebrouck est de cette dernière catégorie.

Joueur, il n’était pas le meilleur, il a pourtant participé à de belles réussites sportives au club de Harelbeke qui passe de division 3 à la division 1. Une aventure de 9 ans qui vaudra au milieu de terrain de rejoindre le club de Lokeren. En tout, Vanhaezebrouck a disputé 131 rencontres en division 1.

©Photo News

Pas un Zinedine Zidane, mais une carrière de joueur respectable donc. La donne sera tout autre quand il prendra la casquette d’entraîneur. D’abord dans différents postes d’adjoint et de formation des jeunes, Hein Van Haezebrouck s’essaie aux fonctions dans les staffs sportifs au sein des clubs avant même d’avoir raccroché les crampons. Il côtoie des grands noms de l’époque. Il sera ainsi l'assistant de Georges Leekens et de Paul Put à Lokeren. 

Il deviendra ensuite entraîneur de plusieurs clubs dans les divisions inférieures. C’est lui qui fera remonter Courtrai en première division en 2008 après avoir été sacré champion de D2. Après un passage éclair à Genk, il revient à Courtrai, club avec lequel il sera sacré entraîneur de l’année en 2012. Hein Van Haezebrouck personnifie l'ascension verticale dans le monde des entraîneurs belges.

Buffalo glorieux

La gloire avec un grand G, c’est à la Gantoise qu’il la connaîtra. Arrivé en mai 2014, Vanhaezebrouck deviendra champion de Belgique en 2015. Une première en 120 ans pour le club des Buffalos, l’aboutissement d’un grand projet tant sportif que financier avec la construction d’un magnifique stade, la Ghelamco Arena à Gand. Au passage, Hein est à nouveau sacré entraîneur de l'année.

Toute la Belgique est unanime, la Gantoise propose un jeu léché, apprécié des fans. Il faut dire que tout le nouveau stade a vibré pendant la belle épopée en Ligue des champions, où le club avait atteint les huitièmes de finales après des victoires de prestige face à Valence, le Zénit et en déplacement à Lyon. Gand avait autant surpris par ses résultats que par son audace et la qualité du jeu proposé. Rappelons que pour un club belge, la Ligue des Champions est un graal financier.

©Photo News

Une ligue des Champions où Anderlecht est à la peine cette année dans un groupe très relevé entre le Bayern Munich, le Paris Saint Germain et le Celtic Glasgow. Seul ce dernier club joue dans la même catégorie financière qu’Anderlecht.

La valeur du coach est maintenant grande. Son salaire le sera aussi. On parle de 1,2 million d’euros brut par an pendant trois ans. Celui que la presse allemande avait qualifié un jour de coach avec un look de "fermier serré dans un costume" est en train de se forger une très belle carrière d’entraîneur. Sur sa carte de visite: quatre distinctions individuelles: Entraîneur de l'Année (2012 et 2015), Coach de l'Année, Trophée Raymond Goethals et Guy Thys Award.

Reste à voir si le meneur d’hommes arrivera à exercer au mieux ses talents dans la maison mauve. Anderlecht, le club le plus riche de Belgique sur la durée, est un de ces clubs où la fonction est réputée difficile.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés