Vers un derby liégeois pour le marché de l'assistance vidéo "2.0"

Utilisée lors de la Coupe du monde l’été dernier en Russie, la ligne de hors-jeu virtuelle va prochainement être intégrée dans le VAR en Belgique. ©REUTERS

Afin d’améliorer le système d’assistance vidéo pour les arbitres, le fameux VAR, la Pro League (ligue professionnelle de football) veut instaurer la ligne de hors-jeu virtuel. Deux entreprises liégeoises maîtrisent cette technologie: Deltacast et EVS.

La semaine dernière, la Pro League, qui regroupe les 24 clubs professionnels de football du pays, annonçait son intention de mettre à la disposition du VAR (système d’assistance à l’arbitrage par vidéo) un nouvel outil: la ligne de hors-jeu virtuelle. Cette ligne imaginaire calibrée et calculée par ordinateur permet de déterminer avec une précision quasi chirurgicale si un joueur est hors-jeu ou pas. Même si le VAR commence à trouver ses marques après des débuts hésitants la saison dernière, cet outil doit le légitimer davantage, le hors-jeu étant sans doute la décision arbitrale la plus sujette à contestation, que ce soit sur le terrain ou au café du commerce.

Le hors-jeu est sans doute la décision arbitrale la plus sujette à contestation, que ce soit sur le terrain ou au café du commerce.

La technologie a été utilisée durant la dernière Coupe du monde en Russie. La Fifa avait fait appel à la société britannique Hawk-Eye, précurseur dans ce type de solution (elle est utilisée notamment dans le tennis depuis 2006). Problème: elle est onéreuse, trop sans doute pour être utilisée dans la plupart des compétitions nationales.

Intelligence artificielle

En réalité, la ligne de hors-jeu virtuelle est utilisée depuis plusieurs années par les chaînes de télévision. "Mais si elle aide les commentateurs, elle reste encore assez approximative pour les arbitres, pour lesquels il faut la meilleure précision possible", explique Christian Dutilleux, CEO de la société technologique Deltacast. Celle-ci a récemment mis au point une technologie de hors-jeu virtuelle, basée sur l’intelligence artificielle – qui permet, entre autres, de repérer automatiquement la position des joueurs sur le terrain – susceptible donc d’intéresser la Pro League.

Il nous revient d’ailleurs que les deux parties sont en contact. Ce qui paraît logique. L’outil pourrait ainsi, le cas échéant, s’intégrer à celui du fournisseur de VAR de la Pro League, le canadien Evertz Technologies qui ne fournit pas de ligne de hors-jeu virtuelle.

Filiale du groupe liégeois Deltatec, bureau d’études technologique spécialisé dans les technologies vidéo et actif tant dans l’industrie et le spatial que l’audiovisuel (65 personnes, plus de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires), Deltacast s’est spécialisée dans les outils graphiques pour la production télévisée, essentiellement dans le monde du sport qui représente 90% de ses activités, le solde venant d’émissions de studio comme le jeu "71" diffusé sur RTL. "Nous sommes présents dans une vingtaine de compétitions comme les championnats belge, allemand, italien, portugais et chinois, la Ligue des champions asiatique, etc.", commente son directeur commercial Erik Kampmann. En Belgique, Deltacast fournit son savoir-faire aux opérateurs télécoms détenteurs de droits – Proximus et Voo – et aux chaînes de télé RTBF et RTL auxquelles elle fournit différentes incrustations (distance parcourue par un joueur, distance entre le coup franc et le but, hors-jeu, palettes…).

Solution intégrée

Deltacast paraît donc bien placée. Toutefois, comme l’indique le CEO de la Pro League, Pierre François, "le marché reste ouvert et il faudra voir le coût que cela va engendrer". Outre Deltacast et Hawk-Eye, figure en effet comme candidat potentiel une autre société liégeoise, une certaine EVS.

Omniprésent dans le sport, le spécialiste des systèmes de production vidéonumériques en direct avait loupé le coche il y a deux ans, sa solution de VAR, Xeebra, n’étant pas encore au point. Après avoir fait ses maladies de jeunesse, celle-ci est opérationnelle depuis 2017 et a été enrichie au printemps 2018 d’une nouvelle fonctionnalité permettant de tracer cette fameuse ligne de hors-jeu virtuelle grâce, là aussi, à de l’intelligence artificielle. "Cela offre une bien meilleure précision et un gros gain de temps, notamment parce qu’il n’est plus besoin de calibrer le terrain avant le match, d’encoder les données, etc.", explique Geoffroy d’Oultremont, directeur de la communication. L’outil a récemment séduit La Liga, le championnat espagnol. Une jolie référence. "Nous avons présenté il y a quelques mois à la Pro League notre solution complète de VAR, incluant donc la ligne de hors-jeu virtuelle, mais il n’y a pas eu de suite", ajoute Geoffroy d’Oultremont.

Reste à voir si, le cas échéant, EVS serait d’accord de greffer sa technologie à celle d’Evertz alors qu’elle propose une offre intégrée. Quel que soit le choix du prestataire, la Pro League espère bien pouvoir utiliser la ligne de hors-jeu virtuelle dès les play-offs du championnat en cours, au printemps 2019.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content