Voici à quoi ressemblera le nouveau stade du Standard

Stade Dufrasne

L'Echo a obtenu en primeur les images du nouveau stade de Sclessin dont la demande de permis intégrée est déposée ce vendredi. Chez Assar, le bureau d'architectes en charge du projet, on parle de créer "un véritable lieu de vie."

Il faisait particulièrement torride jeudi soir dans le chaudron du Standard de Liège à Sclessin lors du Business Meeting de début de saison. Mercato et nouveaux maillots étaient au centre du terrain; mais aussi le projet de modernisation du stade et de ses abords. L’Echo vous en dévoile tous les contours en primeur.

La demande de permis intégré sera déposée ce vendredi. Et on peut déjà dire que le résultat valait l’attente et le détour, tant le projet mixte était compliqué à mettre en oeuvre. Les architectes du bureau Assar L’Atelier et Bruno Venanzi, le Président du Standard, ont travaillé discrètement durant des mois pour faire avancer le dossier en concertation avec toutes les parties publiques et privées autour de la table. 

©doc
©doc
©doc
©doc
©doc
©doc
©doc

Boucler l’anneau

Une concertation indispensable tant le projet était complexe: pour boucler l’anneau de Sclessin, il fallait en effet préalablement négocier un échange de terrains avec la Région wallonne pour supprimer une voirie mal placée et en redessiner une nouvelle, qui sera financée par le club. Il fallait aussi intégrer tous les parkings, dont celui de délestage, lié au futur arrêt de tram. Tout cela autour d’une esplanade publique qui fera le tour complet du futur anneau "rouche". 

Toutes ces fonctions feront du stade d’hier un véritable lieu de vie constituant un pôle au cœur du redéveloppement d’un quartier.
Pierre-Maurice Wéry
Architecte chez Assar.

Autrement dit, avant même de penser briques et tribunes, il fallait tracer bitume et accès jusqu’à l’échangeur du pont d’Ougrée, tant le fonctionnement du futur complexe mixte (bureaux, commerces, loisirs, etc.) – pendant et en dehors des heures de match – va dépendre de la mobilité globale, désormais multimodale et bien plus fluide.

Demande de permis déposée

La demande de permis intégré déposée ce vendredi n’est pas piquée des hannetons: elle intègre la rénovation et l’extension du stade, l’aménagement d’une vaste esplanade destinée à l’accueil des supporters, le réaménagement de l’échangeur du pont d’Ougrée et la création de fonctions complémentaires. A savoir un immeuble multifonctionnel de bureaux, des espaces HoReCa, un fitness, une crèche, une zone commerciale et un espace dédié aux loisirs.

Les étapes futures du projet

28 juin 2019: dépôt du permis intégré.                          

6 décembre 2019: concertation avec les entreprises.

Début 2020: préparation des travaux.

Juin 2020: début du chantier phasé.

"Toutes ces fonctions feront du stade d’hier un véritable lieu de vie constituant un pôle au cœur du redéveloppement d’un quartier. Ce projet intègre une triple priorité du maître d’ouvrage qui dépasse largement l’amélioration des infrastructures sportives et leur mise en conformité avec les normes techniques imposées par l’UEFA. Il s’agit aussi d’améliorer l’accueil des supporters et l’intégration du stade dans son environnement", résume Pierre-Maurice Wéry, un des architectes en charge du projet chez Assar.

Confort et services accrus

Du côté des infrastructures sportives, on peut pointer en vrac la rénovation et l’extension des vestiaires, la création d’un nouveau centre de presse avec auditoire et studio, la mise en œuvre d’un meilleur éclairage du terrain et même le déplacement de celui-ci pour offrir un meilleur recul à la captation d’images.

Un parking de délestage de 650 places sera construit dans le cadre du projet du tram, le long du terminus prévu le long du stade.
Pierre-Maurice Wéry

Du côté de l’accueil des supporters, outre la création d’une grande esplanade circulaire en dehors des voiries publiques pour renforcer la sécurité et la convivialité, la vue du terrain sera le maître-mot: "Par une projection virtuelle 3D, on a pu améliorer la visibilité qui sera offerte à partir de chaque siège, avec un angle d’incidence sur chaque partie du futur terrain." Le projet permet en outre une augmentation de la capacité du stade de quelque 4.000 places et une amélioration de l’accueil et du confort; sans oublier les personnes à mobilité réduite (+/-110 places PMR) qui, avec leurs accompagnateurs, disposeront d’un espace dédié dans la nouvelle tribune 2, entièrement rasée et reconstruite pour boucler l’anneau, inachevée dans l’état actuel. 

Les fonctions autour du stade

Trois immeubles de bureaux (14.300 m² au total) seront construits le long de la rue de la Centrale, en bordure de la Tribune 1.

Une surface commerciale (1.200 m²) sera logée au rez-de-chaussée de la tribune 3, rue Ernest Solvay, en face de l’arrêt de tram. La place voisine devrait animer le quartier.

L’augmentation de l’offre en stationnement proposée par le permis est également substantielle: "520 parkings sous la tribune 1, 272 sous la tribune 2, 600 places de parking en face de celle-ci, de l’autre côté de la voirie, et 130 nouvelles places rue de la Centrale. Il faut souligner également qu’un parking de délestage de 650 places sera construit dans le cadre du projet du tram, le long du terminus prévu le long du stade", détaille encore Pierre-Maurice Wéry.

Mobilité revue

Au-delà de l’amélioration des places de parking évoquées ci-dessus, le futur projet est conçu pour permettre une distribution aisée par des navettes qui desserviront différents parkings de délestage. Cette offre, en cours d’étude, permettra de réduire la pression sur les quartiers environnants. La grande esplanade circulaire permettra une séparation entre flux automobile et piéton: on ne roulera plus à travers la foule pour rejoindre son emplacement de parking. Le travail de la police locale et des services d’entretien des voiries sera également grandement sécurisé et facilité.

Stade à l’anglaise

La nouvelle tribune 2, l’actuelle étant entièrement rasée, fermera et complétera le stade: "Le bandeau horizontal vitré qui marque une ligne dans la grande 'boîte rouge' est poursuivi et s’ouvre sur la ville, sur le paysage, sur le passé industriel dont le site du Standard est indissociable. Cette ouverture vitrée bénéficiera aux bureaux du Standard qui occuperont les 2 derniers étages en duplex, mais elle bénéficiera avant tout aux spectateurs présents dans la coursive dite du 'fer à cheval', qui, par cette occasion, devient 'l’anneau'. Cette volonté d’harmonisation se lit également en tribune 1 avec de légères extensions qui améliorent tous les services et équipements et agissent comme une seconde peau permettant de rendre l’ensemble du stade cohérent et homogène", détaille l’architecte.

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect