Publicité
Publicité

Agfa-Gevaert n'exclut pas des acquisitions en 2015

©Photo News

Agfa-Gevaert n'a pas chômé en 2014 : réduction de sa dette financière, amélioration de la marge brute, contrôle des coûts, refinancement de la société, et augmentation du résultat net. Prochaines étapes : stopper l'érosion des revenus et améliorer la rentabilité du groupe. Le groupe n'exclut pas de réaliser des acquisitions en 2015.

Le groupe d'imagerie industrielle Agfa-Gevaert a publié un résultat net positif pour la seconde année consécutive. Il resort à 59 millions d'euros, soit une augmentation de 20,4% sur un an.

Le chiffre d'affaires a cédé 8,6% (-7,5% hors effets de change) à 2,8 milliards d'euros. Les ventes ont notamment souffert de la baisse continue des activités de films traditionnels, de la rationalisation du portefeuille de produits, de la faiblesse de l'économie globale et de l'instabilité politique dans certaines régions. Plus particulièrement, le climat d'investissement incertain dans le segment de la radiologie aux Etats-Unis a pesé sur les activités d'Agfa Health Care.

Pour le reste, le groupe se fécilicite d'être parvenu à générer un résultat d'exploitation solide, ce qui lui a permis de réduire sa dette financière à un niveau "très décent", cette dernière passant de 217 millions d'euros à 126 millions d'euros en un an. L'EBITDA récurrent s'est bonifié de 8,5% et l'EBIT récurrent de 5,8% sur la période.

En outre, Agfa-Gevaert a amélioré significativement sa marge brute qui atteint désormais 30,8% des revenus grâce à l'effet positif des matières premières et l'efficacité de programmes dédiés .

"En 2015, notre principal objectif est de stopper l'érosion de notre chiffre d'affaires, a commenté Christian Reinaudo, président et CEO d'Agfa-Gevaert. "Nous allons donc concentrer nos efforts sur nos initiatives en matière de croissance organique.Cela pourrait être possible en soutenant les investissements dans des moteurs de croissance comme l'encre d'impression, l'IT en matière de soins de santé et la radiographie directe. Le niveau faible de la dette nous permet également d'envisager des opportunités d'acquisitions si cela se présente. Notre deuxième objectif est d'atteindre un pourcentage d'EBITDA récurrent de 10% des ventes".

KBC Securities estime dans une note que puisqu'Agfa estime être capable de pousser son chiffre d'affaires jusqu'à 3 milliards d'euros, il leur faudra réaliser une acquisition à 300 millions d'euros de chiffre d'affaires pour atteindre ce niveau.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés