Amazon devient aussi pharmacien

Jeff Bezos, le patron-fondateur du groupe Amazon ©BELGAIMAGE

Le champion de l'e-commerce a mis la main sur PillPack, une société américaine spécialisée dans la vente de médicaments sur internet. Amazon n'a toutefois pas donné le prix de la transaction.

PillPack est une start-up qui propose de livrer des médicaments sur ordonnance commandés en ligne. Elle se focalise principalement sur les patients ayant besoin de prendre plusieurs remèdes quotidiennement. Les livraisons sont calibrées en fonction des ordonnances et PillPack s'assure que les médicaments soient triés. Elle coordonne aussi les recharges et le renouvellement des prescriptions.

La société créée en 2013 a tapé dans l'oeil d'Amazon . Si bien que le groupe de Jeff Bezos a décidé de l'acheter. Le prix de l'opération n'est pas connu et Amazon promet que le rachat sera finalisé avant la fin de l'année.

PillPack avait suscité en avril dernier l'intérêt de numéro un de la distribution Walmart. Il voulait alors la racheter pour moins d'un milliard de dollars, avait rapporté CNBC. Même si la taille de la société reste modeste, elle joue les premiers rôles dans la livraison de médicaments sur ordonnance. Ce marché, encore à ses balbutiements aujourd'hui, va bénéficier selon les analystes d'une forte accélération dans les années à venir avec le vieillissement de la population.

Le secteur pharma en eaux troubles

L'annonce de cette acquisition a sonné les actions des distributeurs pharmaceutiques cotés à Wall Street. Les investisseurs voient d'un mauvais œil l'arrivée de l'ogre du commerce électronique dans le secteur de la santé. CVS Health et Walgreens Boots Alliance  ont perdu entre 6% et 9%, tandis que les grossistes McKesson  et Cardinal Health  ont lâché plus de 6%. 

La percée d'Amazon dans la santé déstabilise une bonne partie des acteurs classiques du secteur. Ces derniers se font du mouron sur leur capacité à suivre les changements d'habitude de consommation des Américains. L'alliance, présentée en janvier dernier, entre Amazon, Berkshire Hathaway et JPMorgan Chase avait donné le coup d'envoi des hostilités. Les trois larrons promettaient alors de s'associer dans une coentreprise destinée à faire baisser les coûts d'assurance maladie de leurs employés américains.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content