BeCode, fabrique des ouvriers du Web, vise la Flandre après Liège

©Kristof Vadino

Officiellement lancée en mars 2017, BeCode, l’école de code 100% gratuite et 100% anti-conventionnelle, a déjà formé plus de 150 personnes à Bruxelles. Elle ambitionne de redorer le blason des formations sociales et de réduire le taux de chômage.

Petit à petit, la formation BeCode étend sa méthode et sa vision de l’apprentissage du code en Belgique. "Nous allons doubler de taille à Charleroi et nous ouvrons à Liège en octobre prochain", explique Cédric Swaelens, COO de BeCode. Preuve s’il en faut que depuis le lancement de cette école d’un nouveau genre, la demande pour une formation gratuite en développement web ne cesse d’augmenter. Et ça, c’est tout bénef pour les entreprises.

"On a vu, ces dix à quinze dernières années, toute la difficulté dans le secteur privé à trouver des développeurs web et/ou d’applications mobiles. Cela a créé une véritable bulle spéculative. Il n’est pas rare d’exiger 10.000 euros pour de petits projets. Pour les petites entreprises et les commerçants, cela pose un vrai souci. Les projets existent mais les entreprises manquent d’exécutants. Ce que nous fabriquons, ce sont des ouvriers du Web polyvalents", explique Cédric Swaelens.

Une "marque" nationale

L’exercice le plus délicat consiste sans doute à renverser l’image des formations sociales et à les revaloriser tant du côté des apprenants que des entreprises. "Il faut à la fois une formation qui soit suffisamment impertinente et moderne pour attirer un public qui n’a pas trouvé sa place au sein du système conventionnel et qui soit suffisamment professionnelle pour convaincre les entreprises que les profils et projets qui en sortent sont de qualité", résume Cédric Swaelens.

"C’est possible aujourd’hui parce que les outils et les frameworks existent, qu’ils sont gratuits et de qualité."
Cédric Swaelens

La sauce semble avoir bien pris puisque les premières promotions enregistrent 80% de sorties positives. Concrètement, cela signifie que 8 diplômés sur dix ont soit trouvé un job dans l’IT, soit créé leur propre boîte, soit entrepris une formation technologique plus avancée (blockchain, IA…). "De plus en plus d’entreprises engagent avant la fin du stage", note également le COO de BeCode.

Si le succès est au rendez-vous, c’est notamment parce que tous les astres sont alignés. "C’est possible aujourd’hui parce que les outils et les frameworks existent, qu’ils sont gratuits et de qualité", estime, en effet, Cédric Swaelens. Et parce que progressivement, les entreprises réalisent qu’il faut revoir l’organisation et le fonctionnement des départements IT.

"Il faut arrêter de créer d’énormes départements IT déconnectés du reste de l’entreprise. Nous sommes à une époque où il faut des informaticiens sociaux. Des codeurs qui sont capables de résoudre les problèmes de leurs clients et qui sont réintégrés dans les équipes opérationnelles", conclut Cédric Swaelens qui rappelle que la formation s’inscrit dans un écosystème existant où la collaboration avec les différents organismes (Forem, IFAPME…) commence à prendre forme.

La Flandre bientôt

Si l’on ne sait pas encore exactement où s’implantera la nouvelle antenne liégeoise, on sait que l’emplacement sera forcément central à l’instar des versions bruxelloises et carolos. Et BeCode ne s’arrêtera pas là puisqu’elle annonce déjà une ouverture prochaine à Genk, sur le site du tout nouveau campus technologique T2.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content