Comment Amazon a mis le grappin sur le cloud

©REUTERS

Face à la concurrence, Amazon Web Services continue à innover pour garder un temps d’avance. Ses recettes cloud se rapprochent aujourd’hui des 20 milliards de dollars. Avec un service toujours plus crucial et central pour les entreprises.

Leader sur le marché du cloud computing, Amazon Web Services (AWS) ne ralentit pas. Face à la concurrence, la filiale du géant du commerce en ligne a dévoilé de nouveaux services et outils au cours d’un conférence organisée la semaine dernière à Las Vegas. Elle espère notamment tirer profit de l’intérêt grandissant pour l’intelligence artificielle. "Nous n’en sommes encore qu’aux débuts", promet Andy Jassy, le patron d’AWS.

Onze ans après son lancement, en 2006, le groupe affiche toujours une forte croissance. Sur les neuf premiers mois de l’année, son chiffre d’affaires a grimpé de 42%. "Nous nous rapprochons de la barre des 20 milliards de dollars de recettes par an", se félicite Andy Jassy. "Mais le potentiel est bien plus grand", assure le responsable. De nombreuses entreprises n’ont en effet pas encore basculé vers le cloud. Et très peu de sociétés ont migré à 100%.

"Amazon bénéficie du fait d’avoir démarré plusieurs années avant les autres."
lydia leong
cabinet gartner

Clientèle de choc

Le cloud permet à des entreprises et à des administrations de ne plus bâtir leur propre infrastructure informatique. À la place, elles utilisent les serveurs d’AWS, qu’elles rémunèrent en fonction de leur usage. Coût, flexibilité, rapidité et facilité d’utilisation,… La société de Seattle a été l’une des premières à miser sur ce marché naissant. AWS revendique désormais "des millions de clients", comme Samsung, Walt Disney, Goldman Sachs, Netflix et de très nombreuses start-ups. Mais aussi la CIA, l’agence américaine de renseignement.

"Amazon bénéficie encore du fait d’avoir démarré plusieurs années avant les autres", souligne Lydia Leong, analyste au sein du cabinet Gartner.

Selon les estimations du cabinet, sa part de marché se chiffre à 44%. C’est davantage que ses neuf principaux rivaux réunis. Pendant longtemps, le groupe a occupé une position quasi-hégémonique sur le marché. Depuis, la concurrence s’est réveillée. Microsoft, Google ou encore Alibaba investissent massivement pour rattraper leur retard.

Au cœur de la croissance

Leur tâche est difficile car AWS maintient la cadence. "Notre rythme d’innovation s’accélère", assure même Andy Jassy, citant le chiffre de 1.300 nouveaux services lancés en un an. Parmi eux: une gamme d’outils qui doivent démocratiser l’intelligence artificielle en mettant à disposition des développeurs une gamme d’algorithmes de reconnaissance vocale ou de traduction.

En outre, Amazon continue d’étendre sa couverture et ses capacités, deux domaines où la société est déjà en avance, avec l’ouverture de nouveaux data centers.

Pour Amazon, le cloud est d’autant plus stratégique qu’il n’est pas qu’un simple relais de croissance. Il est également devenu la principale source de profits.

Depuis janvier, AWS a dégagé un bénéfice opérationnel de près de trois milliards de dollars, contre une perte opérationnelle d’un milliard pour les activités de distribution. Cela permet à l’entreprise de Jeff Bezos de poursuivre sa coûteuse politique d’investissements, à l’abri des pressions des investisseurs. Un luxe dont ne bénéficient pas les autres distributeurs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content