Comment Monaco veut devenir une "nation intelligente" avec la 5G

©AFP

Les opérateurs monégasques déploient leur réseau 5G. Une porte ouverte vers de nouvelles possibilités et un moyen pour Huawei de se racheter une image après le blocus américain.

Monaco a célébré ce mardi 9 juillet son entrée dans le cercle restreint des pays dotés de la 5G. La principauté est aussi le premier pays sur le sol européen à déployer cette technologie mobile. Une occasion célébrée en grande pompe dans un lieu de prestige, l’hôtel de Paris, situé à deux pas du casino de Monte-Carlo. "C'est un changement de paradigme qui nous permet de connecter notre vie au numérique", s’enthousiasme le délégué interministériel en charge de la transition numérique de la Principauté, Frédéric Genta. "À Monaco, la 5G est la promesse d'une meilleure qualité de vie pour tous et d'opportunités exceptionnelles. Elle permettra d'adapter la vie à nos besoins." 

Destination connectivité

L’objectif: faire de Monaco une ville connectée dans le cadre du projet  "+Extended Monaco+". Un hub numérique à la pointe de la technologie, notamment dans le cadre de la mobilité de demain. La principauté expérimente cet été les premières voitures autonomes. Accessibles gratuitement et capables de commuter quinze passagers à la fois. Autre illustration, les pompiers de la principauté disposeront pour leur part de drones permettant la diffusion d'images en qualité 4K et en temps réel, grâce à la très faible latence offerte par la 5G. Une manière de mieux surveiller les éventuels incidents dans l'ensemble de la ville.

Les possibilités sont multiples dans des domaines variés, de la gestion énergétique des bâtiments à la livraison par drones. Le spécialiste du mobilier urbain Clear Channel a également présenté ses abribus connectés équipés de wifi et proposant des services additionnels."La 5G n’est pas une simple amélioration des performances, elle concrétise l’intégration du numérique au sein de tous les piliers de notre société et de notre économie", estime Frédéric Genta. 

Petite victoire pour Huawei 

Avec ce lancement à Monaco, il y a comme un parfum de retour en grâce pour le géant des télécommunications, Huawei. Boudé par l’administration Trump pour soupçons d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois, le réseau 5G de Monaco emploie bien des équipements de l’entreprise chinoise.

"La principauté est un territoire peu étendu, ce qui nous permet d'en faire une vitrine dans un certain nombre de domaines, notamment en associant le développement de la 5G à celui de la ville intelligente. Cela pourra servir de modèle pour d'autres opérateurs et États", a déclaré à l'AFP le vice-président de Huawei, Guo Ping. Une décision saluée par Xavier Niel, l’un des actionnaires majoritaires de Monaco Telecom, qui s’est empressé de publier un "speedtest" sur son compte Twitter. 

Huawei a tenu, d'ailleurs, à relativiser l'impact de la campagne de dénigrement de la part de l'administration Trump. "Nous avons jusqu'ici signé des contrats avec 50 opérateurs dans le monde, parmi lesquels 28 opérateurs européens", affirme Guo Ping, l'un des vice-présidents du groupe. L'occasion de réaffirmer l'intégrité de son entreprise en matière de sécurité des données. "Sur nos 30 années d'existence, nous n'avons jamais connu le moindre problème de sécurité, notre historique est totalement vierge en la matière, se défend-il. Nous rappelons au passage que nous ne détenons à aucun moment les données qui transitent sur ces réseaux, cela reste entre les mains des opérateurs nationaux, nous ne faisons que fournir les équipements."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect