EVS abandonne ses perspectives 2020

Depuis la fin avril, les prises de commandes d'EVS ont diminué de 9,6% en cumul annuel par rapport à la même période l'année dernière. ©wim kempenaers (wkb)

Le leader de la technologie vidéo EVS avait déjà annoncé qu'il n'atteindrait pas cette année un chiffre d'affaires de 100 à 120 millions. Désormais, il se refuse à toute indication chiffrée.

"La crise Covid-19 nous touche tous directement ou indirectement", affirme Serge Van Herck, CEO d'EVS, dans une revue de ses activités au premier trimestre publiée ce jeudi 

Le carnet de commandes du leader de la technologie vidéo (hors location de grands événements) au 30 avril s'élève ainsi à 39,6 millions d'euros, contre 42,8 millions un an auparavant (-7,5%). "80% devraient être reconnus comme chiffre d’affaires au premier semestre 2020. En outre, il y a 1,1 million d’euros de commandes supplémentaires déjà reçues et livrées pour la location de grands événements qui ont eu lieu au début de l'année", précise Yvan Absil, le CFO.

"Les dépenses opérationnelles (hors Axon) devraient légèrement diminuer par rapport à 2019."
Communiqué d'EVS

Durant les trois premiers mois de l'année, les prises de commandes, quant à elles, ont progressé de 14% par rapport à la même période en 2019 (hors location de grands événements). Mais depuis la fin avril, et avant que certains contrats importants ne soient conclus début mai en Amérique du Nord, elles ont diminué de 9,6% en cumul annuel (hors location de grands événements) par rapport à la même période l'année dernière.

Fin avril, le groupe avait déjà annoncé que, compte tenu de la pandémie de coronavirus, ses prévisions initiales de chiffre d’affaires de 100 à 120 millions d’euros en 2020 ne seraient pas atteintes. Il avait, dans la foulée, annoncé l'annulation de son dividende final. 

Fin des perspectives

Aujourd'hui, compte tenu des incertitudes, EVS renonce à donner toute indication sur les perspectives de chiffre d’affaires pour l'année 2020. "Les dépenses opérationnelles (hors Axon) devraient légèrement diminuer par rapport à 2019", lit-on dans un communiqué.

Le 1e mai dernier, EVS annonçait, en effet, l'acquisition du néerlandais Axon, spécialisé dans l'infrastructure de réseau de diffusion, pour 10,5 millions d'euros. En termes de chiffre d'affaires EVS envisage trois types de synergies. D'abord, grâce à sa présence mondiale, EVS s'attend à vendre les produits Axon dans des régions où Axon n'était pas présent ou peu représenté. Ensuite EVS et Axon vont développer des propositions permettant de configurer, surveiller et contrôler une infrastructure IP 2110 complète. Enfin, EVS commence à s'engager avec des clients clés en impliquant ses équipes pour réfléchir aux besoins futurs en matière d'infrastructure IP.

Certaines synergies de coûts sont attendues, à hauteur d'environ 1 million d'euros par an à partir de 2021, compensées par des dépenses opérationnelles supplémentaires. Au total, cette opération devrait permettre la réalisation de synergies à hauteur de 6 à 10 millions d'euros d'Ebitda supplémentaire dès 2023. "Ceci devrait conduire à une transaction donnant un accroissement du bénéfice par action dès 2021", précise Yvan Absil.

Rachat d'actions 

Alors que d'aucuns estiment EVS opéable, la société liégeoise affirme, elle, ses velléités d'indépendance. La récente acquisition d'Axon en est une preuve. Le nouveau programme de rachat d'actions en est une autre. "Nous avons achevé le programme de rachat d'actions de 10 millions d'euros annoncé en octobre 2018, indique encore Yvan Absil; nous avons annoncé un nouveau programme de 5 millions d'euros pour un an qui débutera dès demain ".

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés