En panne de croissance, Agfa-Gevaert fignole sa riposte

©BELGA

Agfa-Gevaert qui se trouve confronté depuis deux ans à une érosion de ses chiffres-clés, devrait donner plus de détails mercredi prochain sur la finalisation de ses activités d’informatique des soins de santé.

La deuxième partie de l’année 2018 aura été bien mouvementée chez le spécialiste de l'imagerie Agfa-Gevaert . Un investisseur activiste allemand, Active Ownership Capital (AOC), s’est invité dans son tour de table devenant son premier actionnaire avec une participation de 10,3% révélée en août. Le groupe anversois n’a pas pu faire autrement que de lui offrir un siège au conseil d’administration.

En septembre, l’Espagnol Kanteron Systems spécialisé dans l’informatique biomédicale et les soins de santé a manifesté son intérêt pour un rachat d’Agfa via une offre publique d’acquisition (OPA). Cette approche quelque peu farfelue, du moins dans sa forme -c’est sur son blog que l’entreprise a signalé avoir communiqué son offre à Agfa, une offre au demeurant non chiffrée- a été courtoisement repoussée par le groupe anversois.

Le grand projet

Tout cela alors que Christian Reinaudo, le CEO, et ses équipes planchent sur la réorganisation du portefeuille de son pôle "Agfa Graphics" et surtout préparent leur grand projet : la filialisation (et dans la foulée, la cession?) des activités informatiques de soins de santé, (Healthcare IT). En novembre dernier, lors de la présentation des (mauvais) chiffres du troisième trimestre, le CEO avait déjà précisé que la partie technique de cet exercice complexe était pratiquement achevée.

On devrait donc en savoir plus à ce propos le mercredi 13 mars lors de la présentation des résultats annuels du groupe. Toutefois, Guy Sips de KBC Securities ne s’attend pas à ce que le voile soit complètement levé sur ce projet. Il pense qu’il faudra se contenter d’un aperçu.

On se souviendra qu’en octobre dernier, le patron de Philips avait indiqué qu’il examinerait avec intérêt la division "Healthcare". "Mais autant que je sache, elle n’est pas encore sur le marché" avait-il ajouté.

Chiffres-clés en berne

Pour en revenir aux résultats, les analystes tablent sur des revenus en baisse de 6% à 602 millions d’euros à l’issue du quatrième trimestre. Le Rebit (résultat d’exploitation récurrent) est attendu en chute de 16% à 47 millions d’euros. Sur l’ensemble de l’année, cela donne des estimations de chiffre d’affaires de 2,27 milliards (-7%) et de Rebit de 128 millions (-24%). En 2017, déjà, les chiffres clés du groupe s’affichaient en repli.

Malgré tout, Guy Sips maintient sa recommandation sur la valeur à "accumuler" avec un objectif de cours de 4,70 euros, soit un potentiel de hausse de 32% par rapport au cours actuel de 3,55 euros. "Nous estimons qu’Agfa a pris un certain nombre d’initiatives pour sa croissance future en s’attaquant à la complexité du groupe et au déclin de ses revenus."

Précisons que deux autres brokers suivent la valeur : ING ("conserver"; 3,40 euros) et Degroof Petercam ("conserver"; 3,95 euros).

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content