Facebook change pour améliorer notre bien-être

©REUTERS

Le réseau social va privilégier davantage la famille et les amis. Les éditeurs de presse pourraient être les grands perdants.

La famille et les amis d’abord. Jeudi, Facebook a annoncé qu’il allait apporter des changements d'envergure au fil d’actualités. Le réseau social explique vouloir privilégier les contenus offrant des “interactions significatives, au détriment des “contenus passifs”, publiés notamment par des entreprises, des marques et des éditeurs de presse.

"Les messages des entreprises, des marques et des éditeurs de presse “évincent les moments personnels qui nous poussent à nous connecter.”
Mark Zuckerberg

Ces messages “évincent les moments personnels qui nous poussent à nous connecter”, justifie Mark Zuckerberg, son fondateur et patron. L’an passé, la société américaine avait déjà fait un premier pas dans cette direction. Mais les modifications à venir - qui seront déployées “au cours des prochains mois” - sont plus profondes.

Pour les éditeurs de presse ou les créateurs de vidéo qui dépendent trop fortement Facebook, le coup est rude. Leurs articles ou clips seront moins visibles que précédemment, qu’ils soient publiés sur leur page ou partagés par les utilisateurs. Cela signifie moins de clics et moins de visionnages, et donc moins de recettes publicitaires.

“Notre responsabilité n’est pas seulement de rendre nos services divertissants, mais aussi de s’assurer qu’il sont positifs pour le bien-être.”
Mark Zuckerberg

Ce changement de cap intervient après plusieurs mois de polémiques sur le rôle de Facebook. De la propagation des fausses informations aux bulles de filtres qui confortent les gens dans leurs idées, le réseau aux deux milliards de membres entend désormais se remettre en cause. “Notre responsabilité n’est pas seulement de rendre nos services divertissants, mais aussi de s’assurer qu’il sont positifs pour le bien-être”, assure désormais Mark Zuckerberg.

En décembre, l’entreprise avait publié le résultat de plusieurs études montrant qu’un comportement passif sur son site pouvait être néfaste. “L’utilisation des réseaux sociaux pour interagir avec les personnes qui nous tiennent à coeur peut être bon pour notre bien-être", résume Mark Zuckerberg. "En revanche, lire des articles ou regarder des vidéos ne l’est pas forcément, même s’ils sont divertissants ou informatifs”.

“Si nous faisons que ce qu’il faut, je suis persuadé que cela sera positif pour notre communauté et notre activité à long terme.”
Mark Zuckerberg

Selon Facebook, ces modifications vont avoir un impact à court terme sur l’activité de ses utilisateurs, qui passeront moins de temps sur la plate-forme. Mais les répercussions sur le chiffre d’affaires pourraient “être atténuées”, estime Brian Wieser, analyste chez Pivotal Research.

Par exemple, en augmentant les prix ou en améliorant les options de ciblage. “Si nous faisons que ce qu’il faut, je suis persuadé que cela sera positif pour notre communauté et notre activité à long terme”, prédit en outre Mark Zuckerberg.

Wall Street n’apprécie guère

Le titre Facebook a fortement baissé dès l'ouverture de Wall Street, affecté par l'annonce de cette refonte de contenus. Vers 16H30 heure belge, l'action du réseau social reculait de plus de 4%, juste en dessous des 180 dollars. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content