9.000 emplois supprimés chez HP pour rester leader

©REUTERS

S'adapter aux nouvelles habitudes de consommation, ou devenir une entreprise plus numérique, telles sont les raisons avancées par le fabricant d'ordinateurs et d'imprimantes pour expliquer ses réductions d'effectifs.

"Nous voyons d’importantes possibilités de créer de la valeur pour les actionnaires et nous y parviendrons en renforçant notre leadership, en perturbant les industries et en transformant de manière agressive notre façon de travailler", explique Dion Weisler, président et CEO de HP . Le fabricant d'ordinateurs et d'imprimantes américain annonce ses intentions pour les prochains mois et années.

1 milliard
dollars
Le coût de cette restructuration est estimée à 1 milliard de dollars, dont 100 millions seront comptabilisés au 4e trimestre.

Néanmoins, ces ambitions ne se réaliseront pas sans casse sociale. Le groupe lance en effet un vaste plan de restructuration "pour devenir une entreprise plus numérique et orientée vers les services" et pour s'adapter aux nouvelles habitudes de consommation, en particulier en matière de cartouches d'encre, qui pendant longtemps ont été la véritable vache à lait de l'entreprise. 

"La société prévoit de réduire l'effectif total de 7.000 à 9.000 personnes grâce à une combinaison de départs à la retraite et de départs volontaires", lit-on dans un communiqué. Le groupe emploie 55.000 personnes à travers le monde.

Nous estimons que ces mesures permettront d'économiser annuellement environ 1 milliard de dollars d'ici fin 2022.
Dion Weisler
président et CEO de HP

Des emplois en moins, pour des économies en plus

Le coût de cette restructuration est estimé à 1 milliard de dollars, dont 100 millions seront comptabilisés au 4e trimestre, 500 millions en 2020 et le solde réparti sur l'exercice 2021. "Cette restructuration devrait s'achever au cours de l'exercice 2022. Nous estimons que ces mesures permettront d'économiser annuellement environ 1 milliard de dollars d'ici fin 2022."

Ce plan sera implémenté par Enrique Lores, qui prendra les rênes au 1er novembre. Dion Weisler a en effet annoncé son départ en août dernier pour des raisons familiales. Il va donc rentrer dans son Australie natale.

Que prévoit HP?

HP compte se recentrer davantage sur les services. Il pourrait ainsi vendre ses imprimantes à des prix cassés, mais avec à la clé un contrat d'approvisionnement en cartouches. Autre possibilité: acheter le matériel HP plus cher et avoir ensuite toute liberté de s'approvisionner en cartouches d'une autre marque.

Enrique Lores, le nouveau PDG qui prendra les rênes de HP au 1er novembre. ©document HP

Côté financier, HP anticipe pour 2020 un bénéfice par action compris entre 1,98 et 2,10 dollars. Compte tenu des conditions actuelles de marché, il vise un cash flow d'au moins 3 milliards de dollars l'an prochain. "Je suis confiant dans notre capacité à exécuter cette création de valeur et nos bénéfices grâce aux multiples leviers dont nous disposons", se targue le directeur financier Steve Fieler.

Lors de l'exercice 2018, HP avait engrangé un chiffre d'affaires de 58,5 milliards de dollars pour un bénéfice net de 5,3 milliards de dollars.

HP est né de la scission, en 2015, de Hewlett-Packard, l'ancêtre des entreprises high-tech californiennes qui avait été la première d'une longue série à être fondée dans un garage par Bill Hewlett et Dave Packard en 1939. HP Enterprise, l'autre société née de la séparation, est spécialisée dans les serveurs et les machines de stockage de données destinées aux entreprises.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect