La voiture volante de Larry Page prête à être commercialisée

Baptisée "Flyer", la voiture volante électrique développée par la start-up Kitty Hawk, est disponible en pré-commande. ©AFP

Engin hybride à mi-chemin entre la voiture volante et l'hélicoptère, le "Flyer" créé par la start-up Kitty Hawk pose les jalons de la mobilité du futur. Financé par le cofondateur de Google, le modèle ouvre son carnet de pré-commandes.

"Seulement vous et le ciel". C'est ce que propose la start-up américaine Kitty Hawk avec "Flyer". Cet engin volant électrique est désormais disponible pour des tests grandeur nature et des pré-commandes aux États-Unis, a fait savoir le concepteur du produit.

Mi-drone, mi-voiture

Croisement entre une voiture, un drone et un hélicoptère, l'innovation de Kitty Hawk laisse entrevoir ce que pourrait être le mode de transport de demain. La structure précise qu'il s'agit d'un engin "de loisirs" aussi facile à piloter que de jouer à un jeu vidéo. Aucun brevet de pilote n'est donc nécessaire pour utiliser le véhicule.

"Flyer est le premier véhicule personnel de Kitty Hawk et une première étape pour faire du vol un élément du quotidien"
Kitty Hawk

"Flyer est le premier véhicule personnel de Kitty Hawk et une première étape pour faire du vol un élément du quotidien", a fait valoir l'entreprise.

Doté d'un cockpit pour une personne, d'une dizaine de retors et de flotteurs semblables à ceux des hydravions, l'engin peut atteindre une vitesse maximale de 32 km/h. Conçu pour se déplacer au-dessus de l'eau à trois mètres de hauteur maximum, le "Flyer" dispose d'une autonomie comprise entre 12 et 20 minutes.

Kitty Hawk

Le design est conçu pour être résistant à l'eau, aérodynamique et léger grâce à l'utilisation d'un matériel composite durable. De plus, la voiture volante est alimentée par des batteries fonctionnant au tout électrique.

Jusqu'alors considéré comme un prototype, le "Flyer" entame désormais sa phase commerciale en permettant aux clients de s'inscrire pour réaliser "un rêve d'enfance"  et éventuellement faire une pré-commande. La start-up n'a en revanche pas communiqué le coût d'une telle technologie.

Le projet a reçu un soutien de poids en la personne de Larry Page, co-fondateur de Google , qui a apporté une contribution financière à Kitty Hawk. Pour autant, les activités de la société demeurent des projets personnels, distincts du géant numérique.

Le transport aérien, mobilité de demain?

"Pendant des années, la voiture volante est restée un rêve hors d'atteinte. Maintenant, après les multiples innovations par notre équipe de Kitty Hawk, le premier pas vers le vol quotidien est arrivé", indique la start-up américaine sur son site web.

32 km/h
Vitesse maximale que peut atteindre "Flyer"
La petite voiture volante dispose d'une vitesse de vol maximale de 32 km/h.

Peut-on imaginer demain que les airs deviennent le lieu prisé pour développer la mobilité du futur? Kitty Hawk en est certaine et propose d'"imaginer les possibilités infinies d'un monde avec Flyer". D'ailleurs, en parallèle de ce projet, la structure explore de nouvelles pistes. Elle teste actuellement en Nouvelle-Zélande les taxis volants, créneau également investi depuis peu par Uber.

Baptisé Cora, l'engin est une sorte de voiture électrique volante, sans pilote, vouée à fonctionner sur le modèle des compagnies aériennes ou de taxis, les passagers devant réserver leurs voyages.

Le projet Cora de la start-up Kitty Hawk

Le but affiché étant de désengorger les villes et de fluidifier le trafic. "Cora, ce n'est pas seulement voler. Cora, c'est aussi le temps que vous pouvez gagner en survolant le trafic". Mais il faudra encore faire preuve de patience, la phase de test étant prévue pour durer six ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content