Les 5 tendances technologiques qui rythmeront 2020

Lovot, le robot qui réclame votre attention et votre amour, est l’une des stars de l’édition 2020 du CES à Las Vegas. ©REUTERS

Le CES, la grand-messe de l’innovation technologique mondiale, ouvre ses portes à Las Vegas et dévoile les tendances qui feront notre quotidien pour les prochaines années.

Début d’année rime systématiquement avec CES pour le secteur du digital et de l’électronique. Cet acronyme désigne la grand-messe mondiale qui se tient chaque année à Las Vegas et qui donne généralement le ton pour l’année à venir en matière d’innovation. L’occasion de sentir le pouls des tendances technologiques qui vont pénétrer différents secteurs et notre quotidien d’ici peu.

1/ Les objets connectés au service de la santé

Les objets connectés font désormais partie de notre quotidien et la santé est l’une des préoccupations principales des consommateurs. L’alliance des deux est donc assez évidente. Grâce aux objets connectés que les consommateurs possèdent déjà, comme les smartphones ou les montres connectées, les entreprises technologiques disposent désormais de données précieuses en matière de santé. Sur cette base, elles vont encore proposer cette année une foule d’objets et d’applications liées à la santé. Un domaine dans lequel des entreprises comme Facebook et Google ont investi des dizaines de milliards au cours des dernières années.

Un focus précis devrait se révéler en 2020: le digital pour le troisième âge. Il s’agit d’une tendance qui épouse un besoin sociétal: l’accompagnement des personnes âgées pour leur permettre de rester chez elles le plus longtemps possible avec des objets connectés pour assurer leur sécurité et leur bonne santé.

2/ La reconnaissance faciale comme norme d’identification

Lanceur de tendance, l’événement américain du CES démontre, par l’exemple, que la reconnaissance faciale devient une norme comme une autre pour l’identification. Chaque participant à cet événement a la possibilité de s’identifier via une prise de photo. Il peut ensuite accéder aux différents lieux de l’événement en se présentant face à une caméra qui remplace le traditionnel vigile qui vérifie les badges et autorisations. Une tendance qui devrait se propager ailleurs dans le monde.

La Chine n’a évidemment pas attendu les Américains pour adopter la technologie et une ville comme Shenzhen est maintenant entièrement monitorée grâce à des caméras intelligentes.

En Europe, les réticences sont plus grandes à l’adoption de ce type de moyen d’identification. Les questions de vie privée et de l’utilisation potentielle des données qui font débat en Europe ne semblent pas freiner le développement de la technologie cependant. Après son adoption dans certains aéroports, elle arrive maintenant sur des événements professionnels. Prochaine étape, le grand public et des applications plus fun pour en faire une technologie du quotidien.

3/ L’agriculture autonome

5,97 milliards
de dollars
Le marché mondial de l’agriculture connectée représentera 5,97 milliards de dollars d’ici 2024, selon le département américain de l’agriculture.

Les tracteurs autonomes existaient bien avant les Tesla autonomes d’Elon Musk. Pourtant, le secteur agricole est l’un de ceux qui reste encore à conquérir pour le digital. 2020 pourrait être l’année de la "ferme connectée". En témoigne la recrudescence de création de fonds d’investissements liés à ce qu’on appelle dans le milieu l’"AgTech".

L’avènement et la concrétisation des outils dépendant de l’intelligence artificielle, comme les capteurs hydrométriques connectés et intelligents, rendent enfin possible l’application de la technologie à l’agriculture. Mais, le coût de ses outils reste encore un frein à une adoption massive du secteur. Le marché mondial de l’agriculture connectée représentera 5,97 milliards de dollars d’ici 2024, selon le département américain de l’agriculture.

4/ La salle de bain connectée

Les maisons deviennent de plus en plus intelligentes. Cela a commencé par les thermostats intelligents et les caméras de sécurité. L’année dernière, les assistants vocaux Alexa et Google Home ont commencé à faire leur entrée dans les maisons belges. Les frigos et machines à laver connectés se font aussi une place sur le marché. Seule pièce à ne pas avoir son côté digital: la salle de bain.

Les fabricants technologiques vont se battre pour être dans votre salle de bain et savoir ce qu’il se passe dans vos intestins.

Que peut-on bien digitaliser ou améliorer grâce au digital dans une salle de bain? On vous rassure, une douche restera une douche. Par contre, les toilettes sont dans le viseur des entreprises technologiques. L’innovation devrait se faire au niveau de la quantité d’eau utilisée pour chaque chasse d’eau. Cette dernière sera déterminée par des capteurs présents dans la cuvette. Certains fabricants pourraient même présenter des applications pour vous dire quand il faut aller aux toilettes pour un transit optimal.

Ce n’est pas l’innovation la plus sexy mais il faudra s’y faire, les fabricants technologiques vont se battre pour être dans votre salle de bain et savoir ce qu’il se passe dans vos intestins.

5/ La réalité virtuelle et augmentée enfin réelle?

Oui, c’est vrai que cela fait des années qu’on l’annonce comme une tendance, mais cette fois-ci, cela devrait être la bonne. Le consommateur commence à adopter les casques de réalité virtuelle, comme la dernière version de l’Oculus de Facebook, tout simplement parce que ces objets sont enfin de bonne facture et commencent à être facile d’utilisation.

Il faut bien reconnaître que les casques qui ont défilés depuis plus de 5 ans entre nos mains n’ont quasi jamais dépassé le stade de l’expérience et de la démonstration. Jamais ils n’ont réussi à conquérir le consommateur lambda faute de pertinence et de facilité d’usage. Mais, 2020 est annoncée comme l’année de la confirmation pour la réalité virtuelle et augmentée avec des appareils simples et destinés au plus grand nombre. Rendez-vous dans 12 mois pour le verdict par casque interposé.

Les Belges à Vegas
Une timide présence au fort accent wallon

Pour trouver des Belges dans les allées du plus grand événement technologique au monde, il faudra se donner du mal. Las Vegas, qui accueille le Consumer Electronics Show cette semaine ne comptera qu’une petite délégation belge dans ses rues pendant les quatre prochains jours. À vrai dire, elle sera majoritairement wallonne puisque seule l’Agence Wallonne à l’Exportation (Awex) a choisi d’emmener avec elle 16 entreprises du sud du pays. "Pour nous, c’est une opportunité en or. C’est l’occasion d’entretenir nos relations avec nos clients, de nous montrer au cœur de l’innovation et de nous ouvrir à de nouveaux marchés", explique Jérôme Wertz, CEO de Phasya, une start-up qui développe des logiciels de détection et de mesure d’états physiologiques comme la somnolence ou le stress. La Flandre et Bruxelles ont fait une croix sur le CES de Las Vegas pour se concentrer sur d’autres salons et conférences plus orientés entreprises que consommateurs comme le SXSW qui se tient au Texas au printemps.

Il faut dire qu’une présence dans ce type d’événement est extrêmement coûteuse. Pour l’Awex qui finance le stand où sont installées les start-ups durant l’événement, la facture s’élève à 175.000 euros. Pour les entreprises en elles-mêmes, il y a le coût direct mais surtout un coût de temps; "Cela nous coûte 5000 euros environ en frais directs mais le coût réel, c’est le temps qu’on y passe avant, pendant et après." Malgré le coût important, cela reste "the place to be" pour bon nombre de sociétés à la fois pour les opportunités business et le networking, comme l’explique Frederik Tibau de Startups.be, l’association qui aide et accompagne les start-ups belges.

"L’événement est beaucoup plus orienté vers les start-ups depuis quelques années. La France en envoie 300 sous sa bannière "FrenchTech". En Belgique, les moyens sont limités, c’est donc une question de choix de la part de chaque région." Un choix qui étonne Jérôme Wertz: "Je regrette qu’il n’y ait pas plus de sociétés belges, il y a tellement d’opportunités à saisir ici en 4 jours." A noter que 6 sociétés belges ont aussi décidé de rejoindre Las Vegas comme exposant sur leurs propres deniers, ce qui porte la maigre délégation noir-jaune-rouge à 22 entreprises.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n