Les rayons X du FBI et d'Elon Musk sont wallons

X-RIS a été élue la semaine dernière par Deloitte au rang d’entreprise belge "hardware" affichant la plus forte croissance. L’entreprise est spécialisée dans les applications rayons X. Son chiffre d’affaires a été multiplié par 3,7 entre 2013 et 2016.

C’est cliché, mais… le premier système digital portable de rayons X à la base de la création de X-RIS est né en 2010 dans le garage de son cofondateur Christophe Greffe, ancien assistant de l’université de Liège et ingénieur physicien doté de 10 ans d’expérience dans le domaine. Ce clin d’œil à l’histoire du créateur d’Apple, Steve Jobs, s’illustre également par une approche à la fois exigeante en termes de qualité des générateurs et des capteurs développés que la facilité d’utilisation de son interface software: Maestro.

X-RIS est l’un des rares acteurs mondiaux à proposer à la fois des générateurs et des capteurs de rayons X adaptés aux besoins des clients. Le champ des applications est très large. Il va de l’inspection des colis suspects aux contrôles de qualité des pièces en métal ou en matériaux composites.

La petite société liégeoise compte ainsi parmi ses clients le géant aéronautique Safran, dont elle contrôle les ailettes de réacteurs. Elle fournit SpaceX – derrière qui on retrouve Elon Musk (Tesla) –, pour laquelle elle effectue le contrôle des soudures de ses lanceurs spatiaux. Autre client de renom: le FBI, pour l’équipement de ses démineurs.

"Nous avons aussi fourni au centre de recherche de Total à Pau un outil leur permettant d’optimiser l’extraction du pétrole de leurs puits offshore en visualisant, grâce aux rayons X et aux techniques de calcul que nous avons établies, les écoulements de pétrole et d’eau dans la roche. Quelques pourcents de pétrole extraits en plus représente, pour eux, un gain énorme", illustre Christophe Greffe, qui vient de signer un 1er contrat en Chine.

Levée de fonds

Avec son équipe de 16 personnes hautement qualifiées, il vise 3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017. 90% des revenus sont réalisés à l’international; un tiers est issu du secteur aéronautique. Surtout, X-RIS revendique une marge exceptionnelle de 40% sur son résultat brut d’exploitation, à faire pâlir de nombreuses PME wallonnes.

"À l’avenir, la croissance va encore fortement s’accélérer. D’une part, nous allons renforcer notre équipe commerciale. D’autre part, nous augmentons la valeur unitaire des commandes en associant tous nos produits. Ainsi, nous venons de recevoir plusieurs commandes de Safran pour des systèmes complets de radiographie totalisant plus de 1 million euros", précise Christophe Greffe. L’entreprise, qui s’est toujours autofinancée, est en discussion pour attirer de nouveaux moyens financiers à hauteur de plusieurs millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content