Un ex-CEO épinglé pour délit d'initié

Luc Switten. ©Connect Group

Luc Switten, ex-CEO de Connect Group, va s'acquitter d'une amende de 30.000 euros pour avoir vendu des actions Connect une semaine avant l'annonce officielle de son départ, ce qui constitue une infraction à l’interdiction d’effectuer des opérations d’initiés.

Luc Switten, ex-CEO de la société Connect Group , a conclu un règlement transactionnel avec le gendarme belge de la Bourse, la FSMA. Il porte sur un montant de 30.000 euros et sur une publication nominative sur le site web de la FSMA pendant une période de six mois.

Cette dernière explique dans un communiqué que Luc Switten qui était également actionnaire de Connect Group a donné ordre, le 27 mars 2015, de vendre toutes les actions qu’il détenait dans cette société. Un semaine plus tard, le 3 avril 2015, Connect Group annonçait le départ de Luc Switten qui avait volontairement démissionné de ses fonctions d’administrateur et de CEO. Avant l’annonce de sa démission, 26.370 actions Connect Group avaient déjà été vendues.

La FSMA estime que l’information relative au départ de Luc Switten revêtait un caractère privilégié et que celui-ci aurait dû savoir que tel était le cas. Selon la FSMA, les transactions de vente qui ont eu lieu avant le 3 avril 2015 constituaient dès lors une infraction à l’interdiction d’effectuer des opérations d’initiés. Luc Switten a, par ailleurs, omis de déclarer à la FSMA les ventes réalisées les 27 et 30 mars 2015, ce qui est contraire à l’obligation de notification des transactions de dirigeants rappelle le gendarme de la Bourse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content