Acculée, Switch (Apple) est mûre pour un rachat

©Wouter Van Vooren

La société Switch, la principale enseigne de vente pour le géant américain Apple en Belgique avec ses 21 magasins et ses 173 millions d’euros de chiffre d’affaires, pourrait bientôt changer de propriétaire.

Faute de pouvoir présenter un plan de redressement à ses créanciers (dont la KBC), l’entreprise lourdement déficitaire se voit contrainte en effet d’introduire une demande de troisième phase de sa réorganisation judiciaire. À ce stade, le juge sera chargé d’étudier la solution d’un rachat total ou partiel.

Selon Harold Vanheel, le CFO de Switch, il ne manquerait pas de candidats pour injecter de l’argent dans Switch. À court terme, l’entreprise a besoin de 5 millions d’euros pour apurer en partie ses fonds propres, qui étaient négatifs de 9,6 millions à la clôture de son dernier exercice (fin mars 2019) qui affichait une perte reportée de 15,5 millions.

Pour l’heure, les magasins Switch resteront ouverts.

Pour l’heure, les magasins Switch resteront ouverts. L’entreprise a déjà procédé à une grande restructuration, en supprimant au passage 10% de ses effectifs totaux (300 personnes). En avril 2019, elle a sous-traité sa chaîne logistique au grossiste international Tech Data et, en ce mois de janvier, a fermé 5 magasins (dont 2 à Bruxelles, à City 2 et à l’avenue Louise), faute de disposer d’un espace suffisant pour les conseils. C’est en effet à travers ses prestations de services que cet "Apple Premium Reseller" veut se distinguer (et assurer sa survie) par rapport aux magasins en ligne.

Après une vague de consolidation, Switch était devenu le principal revendeur agréé des produits Apple en Belgique. Mais, à la fin de 2016, le rachat de son grand rival Easy-M, beaucoup plus gros que lui et surtout très endetté, a marqué le début de ses ennuis financiers. En cause: une concurrence tous azimuts. Des magasins en ligne comme Coolblue et Bol.com proposent également des iPhones, des iPads ou l’Apple Watch. Sans compter Apple qui distribue elle-même ses produits à travers un nombre croissant de canaux.

Résultat: les ventes et les marges de Switch ont reculé, pendant que les coûts explosaient à la suite du rachat d’Easy-M et des restructurations précitées.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect