Agfa renoue avec la croissance mais sa dette gonfle

Christian Reinaudo, CEO d'Agfa-Gevaert. ©BELGA

Les chiffres trimestriels d’Agfa-Gevaert sont salués par les analystes financiers qui ne relèvent toutefois pas leur conseil sur la valeur, ni leur objectif de cours.

Le marché a applaudi, comme il se devait, la croissance du chiffre d’affaires (+3%) d’Agfa-Gevaert au deuxième trimestre, une première depuis 2015 a souligné le CEO Christian Reinaudo. L’Ebitda ajusté, pour sa part, a grimpé de 14,3% à 56 millions d’euros. Le résultat des activités opérationnelles a suivi le mouvement (+15,4%) à 31 millions d’euros.

Ce matin l’action s’est donc envolée de 13% à 3,79 euros avant d’effacer une partie de ses gains. Ce rebond, mis à part, le titre est resté quasi inchangé depuis le début de l’année.

Supérieurs aux attentes

"Tous les principaux moteurs de croissance ont contribué à cette belle performance des ventes" a souligné Guy Sips de KBC Securities qui salue ces "très bons résultats". Si pour l’heure, il réitère son conseil à "accumuler" sur la valeur avec un objectif de cours de 4,3 euros, il compte mettre son modèle à jour pour prendre en compte la stratégie d’Agfa d'arrêter ses activités de revendeur dans l’industrie de l’imprimerie aux Etats-Unis.

Maxime Stranart d’ING ("conserver"; 3,4 euros) retient, pour sa part, que le groupe spécialisé dans l’imagerie a dégagé des résultats supérieurs aux attentes du marché et que le coup d’envoi du processus de vente des activités "Healthcare" sera donné à l’automne. "Le groupe s’active déjà pour le pré-marketing de cette cession et rencontrera différentes parties au cours de l’automne."

Il estime que ces résultats sont le reflet des efforts déployés par la direction pour rationaliser la structure de la société et doper sa rentabilité.

Inquiétude sur la dette

Chez Degroof Petercam, Stefaan Genoe ("conserver; 3,95 euros) va relever légèrement ses estimations au regard de la performance meilleure que prévue. "Nous relèverons également notre valorisation des activités Healthcare mais cela sera compensé par un niveau de dette plus élevé qu'attendu."

L’endettement a en effet fortement augmenté. Il atteignait 311 millions d’euros (194 millions hors effet IFRS 16) en juin contre 144 millions fin 2018. Il a été influencé par des effets saisonniers, explique Agfa, ainsi que par la mise en place du programme d’atténuation du risque des pensions et les investissements dans la transformation du groupe.

"Sur une capitalisation boursière de 600 millions d’euros, la hausse de 60 millions de la dette nette est importante" remarque l’analyste.

L’objectif de cours moyen de ces trois brokers, qui sont les seuls à suivre la valeur, s’élève à 3,85 euros ce qui correspond à un potentiel de hausse de 15% par rapport au cours de clôture de mardi.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect