Apple dépasse les 2.000 milliards de capitalisation boursière

Tim Cook est arrivé à la tête d'Apple en août 2011. L'entreprise affichait alors une capitalisation boursière de 347 milliards de dollars. ©AFP

Apple a doublé de taille en deux ans. C'est la première entreprise cotée à Wall Street à franchir le cap des 2.000 milliards de capitalisation en bourse.

Un nouveau plafond a été percé par Apple . Le groupe technologique dont l'action s'échangeait, peu avant 17h, à plus de 467,77 dollars, est à présent valorisé à Wall Street à plus de 2.000 milliards de dollars. Il y a à peine deux ans Apple était la première entreprise à franchir le cap des 1.000 milliards.

La taille de l'entreprise californienne fait beaucoup d'ombre à ses 29 acolytes du Dow Jones. Au sein de l'indice vedette de la Bourse de New York, seul Microsoft et ses 1.600 milliards de capitalisation sont capables de suivre la cadence à 13 chiffres imposée par Apple. Sur les autres indices new-yorkais, il n'y a qu'Amazon et Google pour tenter de rivaliser.

À titre de comparaison, le fabricant de l'iPhone pèse plus que Facebook, Walmart, Coca-Cola, Netflix, Disney, IBM et Boeing... réunis.

©Filip Ysenbaert

7 fois le Bel 20

La marque à la pomme vaut plus que les 1.820 milliards de dollars de capitalisations rassemblés dans le Cac 40 parisien.

À l'échelle de la Bourse de Bruxelles, 2.000 milliards de dollars, c'est quasi sept fois le poids de l'ensemble de l'indice Bel 20, sachant qu'AB InBev, plus gros sociétaire de la cote, vaut environ 95 milliards de dollars.

Si l'action Apple venait à être cotée sur le Vieux continent, il faudrait que les 50 plus grosses capitalisations boursières de la zone euro (soit environ 3.500 milliards de dollars de capitalisation) s'unissent pour lui tenir tête.

Et, à l'échelle d'une nation, Apple peut à présent rivaliser avec le PIB brésilien ou celui de l'Italie et venir frapper à la porte du G7.

x 5,7
La capitalisation boursière d'Apple
Depuis son arrivée en août 2011 au poste de CEO, Tim Cook a pu multiplier par 5,7 la capitalisation boursière d'Apple pour la faire passer de 347 milliards de dollars à 2.000 milliards.

Apple peut-il aller plus haut?

Depuis le début de l'année, l'action Apple a grimpé de plus de 125% à Wall Street.

À l'occasion de la présentation de ses derniers résultats trimestriels fin juillet, le groupe dirigé par Tim Cook a montré qu'il était loin d'être essoufflé par son ascension fulgurante.

"+18% en 7 séances sans nouveaux produits, cela ne signifie pas qu'on se retrouve en pleine 'tulipomanie', mais cela veut dire que la courbe de l'action devient un peu parabolique et qu'elle a besoin de revenir vers le bas".
Matt Maley
Stratégiste en chef - Miller Tabak

Apple a progressé dans tous ses secteurs d'activité et sur tous ses marchés géographiques, dégageant sur un trimestre la bagatelle de 59,7 milliards de dollars de revenus, soit 11% de mieux qu'un an plus tôt.

Des performances qui ont poussé de nombreux analystes à revoir à la hausse leur objectifs de cours sur la valeur. Tom Forte, gestionnaire chez D.A. Davidson voit l'action grimper jusqu'à 480 dollars d'ici l'année prochaine.

D'autres sont plus pessimistes. Le stratégiste en chef de Miller Tabak, Matt Maley, pointe le fait que la récente montée d'Apple ne se base sur "aucun nouveau produit ni aucun vaccin qui va venir sauver le monde". Pour lui, "+18% en 7 séances sans nouveaux produits, cela ne signifie pas qu'on se retrouve en pleine 'tulipomanie', mais cela veut dire que la courbe de l'action devient un peu parabolique et qu'elle a besoin de revenir vers le bas".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés